Images de page
PDF
ePub

commandement d'une flotte et l'envoya contre les rebelles. Cette flotte fut dispersée par celle d'Ibn-Corhob, et son chef périt dans le conflit. Quelque temps après, les Siciliens rétablirent l'ancien ordre de choses et envoyèrent Ibn-Corhob prisonnier en Ifrikïa, où le Mehdi le fit immoler sur le tombeau d'Ibn-AbiKhanzîr. Un nouveau gouvernenr, nommé Ali-Ibn-Mouça-IbnAhmed, leur arriva alors de la part du Mehdi, amenant avec lui un corps de troupes ketamiennes.

La perspective du danger auquel l'empire serait exposé dans le cas où les Kharedjites [de l'lfrîkïa) prendraient les armes, décida le Mehdi à fonder, sur le bord de la mer, une ville qui pût servir d'asile aux membres de sa famille. L'on rapporte, à ce sujet, qu'il prononça les paroles suivantes : « Je bâtirai cette ) ville pour que les Falemides puissent s'y résugier pendant » une courte durée de temps. Il me semble les y voir, ainsi que » l'endroit, en dehors des murailles, où l'homme à l'únei viendra » s'arrêter. » Il se rendit lui-même sur la côte afin de choisir un emplacement pour sa nouvelle capitale, et, après avoir visité Tunis et Carthage, il vint à une péninsule ayant la forme d'une main avec le poignet : ce fut là qu'il fonda la ville qui devait être le siége du gouvernement. Une forte muraille, garnie de portes en fer, l'entourait de tous les côtés, et chaque battant de porte pesait cent quintaux. On commença les travaux vers la fin de l'an 303 (juin 916). Quand les murailles furent élevées, le Mehdi y monta et lança une flèche du côté de l'occident. Faisant alors remarquer le lieu où elle tomba, il dit : « Voilà l'endroit > auquel parviendra l'homme à l'âne », voulant ainsi désigner Abou-Yezid. Il fit tailler dans la colline un arsenal qui pouvait contenir cent galères (chini); des citernes et des silos y furent creusés par son ordre; des maisons et des palais s'y élevèrent et tout ce travail fut achevé en l'an 306 (918-9). Après avoir mené à terme cette entreprise, il s'écria : « Je suis maintenant » tranquille sur le sort des Fatemides ! »

[ocr errors]

Il sera question de ce personnage plus loio.

L'année suivante, son fils, Abou-'l-Cacem mena une seconde expédition en Egypte. S'étant encore emparé d'Alexandrie, il se rendit maître de Djiza, d'Ochmounein et d'une partie considérable du Said (le Hauto-Egypte). Une lettre par laquelle il somma les habitants de la Mecque de faire leur soumission, demeura sans réponse, et bientôt il eut à combattre les troupes que l'eunuque Mounès, général d'El-Moclader, amena (de la Syrie) contre lui. Une suite de revers, la peste et le manque de vivres, réduisirent tellement son armée qu'il lui fallut opérer une prompte retraite en Isrîkîa. Une flotto de quatre-vingts vaisseaux commandée par l'eunuque Soleiman et par Yacoub-el-Kelami, officiers d'une grande bravoure, se dirigeait d'El-Mehdia à Alexandrie pour secourir Abou-'l-Cacem, quand elle fat rencontrée et brûlée, auprès de Rosetle, par une escadre de vingtcinq vaisseaux envoyée de Tarsus pour la combattre. Soleiman et Yacoub tombèrent au pouvoir de l'ennemi : le premier mourut en captivité, mais Yacoub parvint à s'échapper de la prison de Baghdad et à rentrer en Ifrîkïa.

En l'an 308 (920-1), le Mehdi envoya en Maghreb MessalaIbn-Habbous accompagné de plusieurs chess mikpaciens. Messala attaqua le prince idricide , Yahya-Ibn-Omar-lba-Idris-Ibn

,

Idris, qui régnait à Fez, et le força à reconnaître la souveraineté du Mehdi. Ayant alors confié le gouvernement du Maghreb à Mouça-Ibn-Abi-'l-Asia, un des principaux chefs des Miknaça,

il reprit le chemin de l'lfríkïa. L'année suivante, Messala envahit le Maghreb une seconde fois et le soumit en entier; puis, cédant aux invitations de son voisin, Mouça-Ibn-Abi-'l-Afia, il attaqua Yahya-Ibn-Idris, seigneur de Fez, le fit prisonnier, en ajouta les élats à ceux de Mouça et mit fin à la puissance des Idricides dans le Maghreb. Ces princes, chassés du royaume de leurs pères, se réfugièrent dans le Rif et la province de Ghomara, où ils fondèrent un nouvel empire, comme nous le raconterons ailleurs en parlant de la tribu des Ghomara'. Les BeniHammoud, ces descendants d'Ali qui s'emparèrent de Cordoue

[blocks in formation]

.

[l'an 407-1016], dors de la chute des Oméïades espagnols, appartenaient aussi à la famille d'Idris. Messala tourna ensuite ses armes contre Sidjilmessa et installa son cousin dans cette ville, après en avoir tué le princu midraride qui y exerçait la souveraineté et qui avait repoussé la domination des Fatemiiles. Il se mit à la poursuite des Zenata et kur livra plusieurs comirats dans diverses parties du Maghreh, mais il tomba enlin sur le champ de bataille, frappé à mort par Mohammed-Ibn-Khazer, de la tribu des Maghraoua”.

La perte de cet habile capitaine irrita vivement le souverain fatemide et le décida à envoyer contre les Maghraoua une nouvelle armée de Ketamiens. Mohammed-Ibn-Khazer mi! ce corps en déroute, et, par l'éelat de sa victoire, il ébranla le Maghreb entier. Aussi, en l'an 345 (927-8), le Mehdi dut-il y dépêcher son fils Abou-'l-Cacem à la tête d'une colonne à laquelle les Ketama et les autres tribus partisans des Fatemides avaient envoyé leurs contingenls. Ce prince refoula Ibn-Khazer dans le Désert, envahit les territoires des Mezata, des Matmata, des Hoouara et des autres peuples qui professaient les doctrines des Eibadites et des Sofrites. Passant ensuite auprès de Tehert, capitale du Maghreb central, il s'avança loujours, pénétra dans le Rif et s'empara de Nekour, ville maritime de cette région. Ensuite, il marcha sur Djeraoua, où il assiégea le prince idricide, El-Hacen-Ibn-Abi-'l-Arch. Après avoir soumis les provinces du Maghreb, il esseclua sa retraite sans opposition. En passant par l'endroit où s'élève maintenant la ville d'El-Vecila, il

у

trouva les Beni-Kemlan, tribu hoouaride, el, comme il les croyait mal disposés pour le gouvernement de l'Isríkïa, il les transporla dans la plaine de Cairouan. Bientôt après, Dieu permit que cette tribu embrassåt la cause d'Abou-Yezid, l'homme à l'âne. Au moment d'éloigner les Beni-Kemlan de leur pays, il y posa les fondations d'une ville qu'il nomma El-Mohammedïa et que l'on appelle maintenant El-Mecila.

3

+ Voy. t. I, p. 261.

* En l'an 313 (925-6), une flotte musulmane, sous les ordres de Salem-Ibn-Rached, quilla la Sicile, d'après les instructions du Mehdi, et fit une desceple sur la côte de la Lombardie. Ensuite, elle alla débarqner des troupes dans la Calabre où elles portèrent la dévastation.

Ali-Ibn-Hamdoun-el-Andeloci, l'un des protégés de la cour des Fatemides, eut l'ordre de terminer la construction de cette place, et, quand il l'eut fortifiée et approvisionnée, il en reçut le commandement avec le titre de gouverneur du Zab. On verra plus loin qu'El-Mecila fut très-utile au souverain fatemide, ElMansour, par la résistance qu'elle offrit à Abou-Yezid.

Ces événements furent suivis par la révolte de Mouça-Ibn-Abi’l-Afia, gouverneur de Fez et du Maghreb, qui abandonna le parti des Fatemides pour celui des Oméïades d'Espagne. Le Mehdi envoya contre lui Ahmed-Ibn-Isliten le Miknacien, un de ses principaux généraux. Les deux armées se rencontrèrent dans la plaine de Messoun, et la défaite des Mikpaça força leur chef, Ibn-Abi-'l-Afia, à sortir du Maghreb et à se réfugier dans le Désert. Ibn-Isliten s'en retourna aussitôt qu'il eut rétabli l'ordre dans le pays insurgé.

[ocr errors][ocr errors]

MORT DU MEADI, OBEID-ALLAH, ET AVÉNEMENT DE SON

FILS ABOU-'L-CACEM.

Obeid-Allah le Mehdi mourut dans le mois de Rebid premier 322 (février-mars 934) et dans la vingt-quatrième année de son khalifat. Il eut pour successeur son fils, Abou-'l-CacemMohammed, surnommé El-Caïm biamr Illah (qui maintient l'ordre de Dieu), et appelé par quelques personnes AbouNizar. Le nouveau khalife ressentit un si vif chagrin de la mort de son père que, depuis cet événement, il ne monta plus à cheval, dit-on, excepté à deux occasions. Sous son règne eurent lieu plusieurs révoltes, dont celle d'Ibn-Talout le Coreichide. Cet aventurier souleva la province de Tripoli en se donnant pour le fils du Mehdi; il se présenta même devant Tripoli pour en faire le siége, mais, ayant laissé découvrir son imposture, il fut tué par les Berbères,

[ocr errors]

Mouça-Ibn-Abi-'l-Afïa , encouragé par la mort du Mehdi, rentra dans le territoire du Maghreb, s'empara de toute cette région et donna le gouvernement de Fez à Ahmed-Ibn-BekrIbn-Sehl-el-Djodami. Il s'occupait à assiéger les Idrîcides, princes du Rif et de Ghomara, quand Meiçour leunuque arriva de Cairouan, à la tête d'une armée, enleva Fez à El-Djodami, se mit à la poursuite d'Ibn-Abi-'l-Afia, lequel lui livra plusieurs combats dans un desquels il perdit son fils El-Bouri. Les Idricides du Rif réunirent leurs forces à celles de Meiçour et l'aidèrent à à chasser du

pays

leur ennemi commun. En l'an 324 (933-6), Meiçour reprit la route de Cairouan, après avoir accordé les états d'Ibn-Abi-'l-Afia et les contrées voisines à El-Cacem-Ibn-Mohammed-Ibn-Idris, surnommé Kennoun, qui était alors chef de la famille des Idrîcides. Ce prince devint ainsi seigneur de tout le Maghreb, excepté Fez, et y fit reconnaître la souveraineté des Fatemides. Une flotte nombreuse, commandée par Yacouh-Ibn-Ishac, fut alors expédiée par Abou-'l-Cacem contre les côtes du pays des Francs. Cette armée répandit la dévastation dans ces contrées, enleva beaucoup de prisonniers, assiégea la ville de Gênes et s'en empara par une faveur spéciale de Dieu. Elle passa ensuite auprès de Sardaigne, île appartenant aux Francs, et y tua beaucoup de monde "; puis elle se dirigea vers les côtes de la Syrie et brûla les pavires qui se trouvaient dans le port de Cæsarée ?.

[ocr errors]

· Voici en quels termes Jbn-el-Alhîr rend compte de cette expédifion : « En l'an 323, El-Caïn fit partir une flotte de l'Afrique pour allaquer le pays des Francs. Ses troupes s'emparérent de la ville de Gêpes et opérèrent ensuite vue descente en Sardaigne où elles alla quèrent les habitants et brûlèrent un grand nombre de pavires. Eosuite, la flotte alla incendier les navires qui se trouvaient dans les parages de la Calabre, et elle en revint saine et sauve. »

2 Cette ville, située sur la côte de la Syrie, à douze lieues S. S. O. de St-Jean-d'Acre, appartenait alors à Ikhcbîd-Ibc-Tordj, souverain de l'Egypte. – A la place de Cæsarde (Caisarïa), le manuscrit porte

( Carkicïa, nom d'une ville située sur l'Euphrate.

34

[ocr errors]

T. II.

« PrécédentContinuer »