Images de page
PDF
ePub

Le sultan fut tellement inquiet des suites que pourrait avoir cette révolte qu'il enferma dans la citadelle tous les enfants du prince fugitif et les y retint sous bonne garde. Son vizir, Ibn-Abi'l-Hocein, travailla, de son côté, à semer la division entre AbouIsbac et Dafer. Pour y parvenir, il fit entendre officieusement à

У la seur de ce prince, laquelle se trouvait alors dans la capitale, que son frère ferait bien de se méfier de l'affranchi. Elle ne manqua pas d'en faire avertir Abou-Ishac, et cette communication eut le résultat auquel le vizir s'attendait. Dafer ayant remarqué que le prince lui témoignait une extrême froideur, le quitta et s'en alla dans le Maghreb d'où il passa en Espagne. Les bandes qui entouraient les drapeaux d'Abou-Ishac se dispersèrent aussitôt, et ce prince fut obligé de s'enfuir à Tlemcen. De là, il se rendit en Espagne et se présenta à la cour de Mohammed-Ibn-el-Abmer. Accueilli avec de grands honneurs par ce monarque, ancien ami de son père, il obtint de lui une pension considérable et eut ensuite l'occasion de prendre part à la guerre

à sainte et de se distinguer dans plusieurs rencontres avec les infidèles. Le sultan El-Mostancer ne cessa, jusqu'à sa mort, d'envoyer à Ibn-el-Ahmer des cadeaux et des députations almohades, afin de conserver sa bienveillance et l'empêcher de seconder les projets du fugitif, sur lequel, du reste, il obtenait des renseignements

par

la même occasion. Plus loin, nous raconterons comment Abou-Ishac parvint au trône de l'Ifrîkïa.

Après la mort d'El-Mostancer, Dafer quitta l'Espagne et alla débarquer à Boogie, d'où il envoya ses fils auprès d'El-Ouathec (le nouveau khalife], afin d'obtenir sa grâce et l'autorisation de partir pour la Mecque. Le vizir [Ibn-el-Habbeber] qui, à cette époque, gouvernait en maître l'empire hafside, craignait tant l'influence de cet affranchi qu'il écrivit au gouverneur de Bougie, le cheikh almohade Abou-Hilal-Aïad-el-Hintati, lui ordonnant de le faire assassiner, plutôt que de le laisser partir pour l'Orient. Daser fut tué et ce crime demeura impuni. Ses fils Irouvèrent un refuge chez les Beni-Toudjîn et reparurent, plus tard, dans le cortège d'Abou-Ishac, quand ce prince revint en Afrique pour monter sur le trône.

DISTOIRE ET CHUTB DES BENI-'N-NÔMAN.

EXPEDITION DU SULTAN

DANS LE ZAB.

Les fils de Nòman appartenaient à la tribu des Hintala où ils tenaient le rang de cheikhs et de chefs de peuplade. Sous le règne de l'émir Abou-Zékérïa, ils figuraient au premier rang parmi les fonctionnaires de l'empire, et, lors de l'avènement d'El-Mostancer, ils avaient obtenu en don le gouvernement de Constantine, ville qu'ils firent administrer par un de leurs parents. L'aîné de ces chefs se nommait Abou-Ali; les deux autres s'appelaient Meimoun et Abd-el-Ouahed. Comme ils avaient trempé dans la conspiration (du fils] d’El-Lihyani, le sultan les fit tous arrêter en l'an 651 (1253-4), aussitôt qu'il eut raffermi son autorité et rétabli l'ordre dans ses états. Abou-Ali fut déporté à Alexandrie, Meimoun fut mis à mort, et, avec eux, disparut toute l'influence de leur famille.

Quelque temps après, un nommé Abou-Himara suscita une révolte dans le Zab. Le sultan partit aussitôt de Tunis pour châtier les rebelles, et ayant fait essuyer à leurs bandes une défaite sanglante, il ota la vie à leur chef, que l'on était parvenu à faire prisonnier. La tête de cet aventurier fut portée à Tunis et exposée aux regards du peuple. El-Mostancer se rendit ensuite à Maggara et en arrêta les notables, qui appartenaient tous aux tribus de Mirdas et de Debbab, branches de la grande tribu de Soleim. Parmi eux se trouvèrent Rehab-Ibn-Mahmoud et son fils. Il les envoya à El-Mehdľa pour y être mis au cachot, et, après ce coup de main, il rentra à Tunis chargé de butin.

LA MECQUE RECONNAÎT LA SOUVERAINETÉ DES HAFSIDES.

Le seigneur et gouverneur de la Mecque appartenait à la plus noble famille du monde, à celle des chérifs descendants d'ElHacen, fils de Fatema (fille de Mahomet). Il se nommait AbouNemi; son frère s'appelait Idris. Depuis l'époque où Salah-ed

[ocr errors]

Din (Saladin) - Youçof, fils d’Aroub le kourd, eut rétabli l'aulorité spirituelle des khalifes abbacides en Egypte, en Syrie et en Hidjaz", les chérifs de la Mecque avaient continué à reconnaître la souveraineté de cette famille. Le droit de commander les pèlerins et d'administrer la ville demeura, toutefois, entre les mains de (Salah-ed-Dîn] qui le transmit à ses des cendants, desquels il passa à leurs affranchis, ainsi que cela se voit encore de nos jours. Il s'éleva bientôt de vives contestations entre ces affranchis et les chérifs, et la lutte durait encore quand les Tatars vinrent renverser le khalifat de Baghdad et que la dynastie bafside s'éleva en Afrique, forte des væux et de l'appui des peuples.

Il se trouvait alors domicilié à la Mecque un soufi (ou docteur ascétique) qui s'appelait Abou-Mohammed [-Abd-el-Hack]-IbnSebâïn. Cet individu, ayant quitté Murcie, sa ville natale, s'était d'abord rendu à Tunis, et, comme il était profondément versé dans la connaissance de la loi et des sciences intellectuelles, il avait affiché la prétention de s'être domplé au point de pouvoir marcher droit dans la voie du soufisme. Il professait même une partie des doctrines extravagantes que l'on apprend dans cette école, et il enseignait ouvertement que rien n'existe excepté Dieu, principe dont nous avons parlé dans notre chapitre sur les soufis exagérés 2. Il prétendait même s'être acquis la faculté de régir selon sa volonté : toutes les diverses espèces d’êtres (et

3

· Avant la conquête de l’Egyple par Saladin et la chule des Fatemides, laquelle en fut la conséquence, ce pays, ainsi que la Syrie et la partie de l'Arabie qui s'appelle le Hidjaz et qui renferme la ville de la Mecque, reconnaissaient l'autorité spirituelle et temporelle des khalifes fatemides.

· Ce chapitre se trouve dans les Prolegomènes. Le tone xe du recueil des Notices ct Extraits, elc., renferme une notice des Vies des Soufis de Djame, daus laquelle M. de Sacy donne une savante exposition des doctrines du soufisme. Il y a inséré le texte et la traduction du chapitre auquel Ibn-Khaldoun renvoie le lecteur.

3 Il faut corriger le texte arabe et lire tesarrof à la place de tesauwof. Voy. Notices et Extraits, l. XII, pp. 303, 304, ainsi que le texte arabe. p. 297, lignes 6 et 8.

opérer des miracles). Par suite de ces opinions, il se vit altaqué dans ses croyances religieuses et accusé de professer une doctrine impie et contraire aux bonnes meurs; il finit même par encourir la réprobation d'Abou-Bekr-Ibn-Khalîl-es-Sekouni, ancien chef des théologiens de Séville et alors chef de ceux de Tunis. Comme celui-ci avait déclaré qu'on devait poursuivre IbnSebåïn comme criminel, les muftis et les traditionnistes s'acharnèrent contre le novateur dont ils repoussèrent les prétentions extravagantes. Craignant que ses adversaires trouvassent assez de preuves pour le faire condamner, cet homme passa en Orient et se fixa à la Mecque. Résugié là, dans l'asile inviolable du temple, il se lia d'amitié avec le chérif, seigneur de la ville, et l'encouragea dans la résolution qu'il avait formée de reconnaître la souveraineté d'El-Mostancer, sultan de l'Ifrikra. Voulant capter la bienveillance de ce monarque et trouver le moyen de se venger à son tour, il composa el traça de sa propre main la lettre par laquelle les chérifs de la Mecque acceptaient ce prince pour souverain'.

Quand le sultan reçut cet écrit, il convoqua tous les dignitaires de l'empire ainsi que le peuple, afin de leur en donner lecture. Le cadi Abou-'l-Berra, prédicateur de la cour, prit ensuite la parole et, à la suite d'un long discours sur l'admirable style de la lettre, il signala l'excellent effet qu'elle devait produire dans le monde en faisant connaître le nouvel éclat

que

la gloire du sultan et de son royaume venait de recevoir

par

l'empressement des habitants de la Ville Sainte à reconnaître son autorité. Il termina son discours par une prière pour la prospé

[ocr errors]

· Dans le texte arabe, celle lettre remplit onze pages. Elle se compose d'allusioos coraniques, scolastiques, métaphysiques, cabalistiques, mystiques, historiques et grammaticales, entremêlées de jeux de mols iolraduisibles et de jeux d'esprit presqu’insaisissables. Bien que nous ayons compris la plus grande partie de ces graves futilités, nous d'avons pas essayé de les traduire, puisqu'il faudrait, en outre, un long commentaire pour les rendre intelligibles. La reconnaissance d'ElMostaacer par les habitants de la Mecque est le seul fait qui y est énoncé. L'auteur, Ibn-Sebâin, niourut en 669 (1270).

rité du monarque et renvoya l'assemblée. Ce fut là un des plus beaux jours de l'empire.

LES BENI-MERÎN ET LE ROI DES NOIRS ENVOIENT DES AMBASSADES

AU SULTAN HAFSIDR.

1

Quand les Beni-Merin eurent fait leur soumission à l'émir Abou-Zékérïa et reconnu la souveraineté des Hafsides, ils décidèrent les habitants de Mikpaça (Mequinez), de Tèza, d'El-Casr et des autres localités qui leur étaient tributaires à expédier au sultan des adresses de félicitation et de dévouement. Après l'avènement d’El-Mostancer au trône de Tunis et la proclamation d'El-Morteda comme souverain de Maroc, une guerre prolongée, dont nous avons déjà parlé et dont nous rapporterons ailleurs les détails, eut lieu entre les Mérinides et les Almohades marocains.

En l'an 652 (1254), l'émir Abou-Yahya, fils d'Abd-el-Hack, envoya au sultan bafside une députation de cheikhs mérinides chargée de lui présenter les hommages et la soumission des habitants de Fez. L'arrivée de cette ambassade produisit une sensation profonde dans tout l'empire, et le sultan lui-même en témoigna sa haute satisfaction par l'accueil bienveillant qu'il fit aux envoyés et par les présents dont il les combla au moment de leur départ.

Après la mort d'Abou-Yahya, son frère et successeur, Yacoub, expédia au sultan une nouvelle députation avec de riches cadeaux. Cette mission eut pour but d'obtenir l'appui d'El-Mostancer contre le sultan almohade, El-Morteda, et de lui donner l'assurance que son autorité serait établie dans Maroc aussitôt que les Mérinides deviendraient maîtres de cette ville. Plusieurs autres députations mérinides parurent successivement à la cour du sultan jusqu'à l'époque où Maroc succomba.

En l'an 655, le sultan El-Mostancer reçut un riche cadeau de

! Voy., ci-devant, p. 260 et suivantes.

« PrécédentContinuer »