Le tombeau de la chrétienne: mausolée des rois mauritaniens de la dernière dynastie

Couverture
Bastide, 1867 - 96 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 59 - Sur une pierre de ces ruines il découvrit une inscription dont on lui fournit l'interprétation suivante : Je suis Soleiman le Serdéghos *. Les habitants de cette ville s'étant révoltés, le roi m'envoya contre eux; et Dieu ma'yant permis de les vaincre, j'ai fait élever ce monument pour éterniser mon souvenir3.
Page 59 - Les habitants de cette ville s'étant révoltés, [le roi m'envoya contre eux, et Dieu m'aida à les vaincre. » II serait imprudent à coup sûr de faire trop de fonds sur un témoignage archéologique de ce genre, transmis par un épigraphiste berbère du xe siècle. Les seules campagnes de Solomon que nous connaissions par Procope sont dans l'Aurès. Il est naturel de croire pourtant...
Page 52 - M. Marcus les regarde plutôt comme des « ... gages d'alliance et de paix que comme des mausolées... » Ce sont, d'après lui, des monuments destinés, comme les » pierres posées les unes sur les autres par Jacob et par Laban, » à perpétuer le souvenir de la concorde que les princes du » nord de l'Afrique auraient juré d'entretenir entre eux, après » de grandes dissensions intestines ou quand les héritiers d'un » prince partageaient son pays entre eux. » Le prétendu mausolée de Koubber...
Page 59 - Ces monuments étaient en pierre de taille, et vus de loin, ils présentaient l'aspect de tombeaux en dos d'âne. Sur une pierre de ces ruines il découvrit une inscription dont on lui fournit l'interprétation suivante : Je suis Soleiman le Serdéghos *. Les habitants de cette ville s'étant révoltés, le roi m'envoya contre eux; et Dieu ma'yant permis de les vaincre, j'ai fait élever ce monument pour éterniser mon souvenir3.
Page 50 - La hauteur totale du monument est aussi de 90 pieds, quoique Shaw, qui en parle sans l'avoir vu, ne lui donne que 20 pieds. Cette hauteur absolue de 90 pieds était-elle une mesure réglée par l'étiquette? Nous l'ignorons; mais cette coïncidence remarquable d'une même élévation...
Page 32 - Kili, à une époque très-éloignée, un berger menait habituellement son troupeau paître aux environs du Tombeau de la Chrétienne ; chaque soir, en rentrant au douar, il remarquait l'absence d'une certaine vache noire, sans toutefois s'en inquiéter beaucoup, car il était sûr de la retrouver toujours le matin au pâturage accoutumé. Cependant, à la longue, ces allures mystérieuses piquèrent sa curiosité et il voulut en connaître la cause. A l'heure de la rentrée du troupeau, il laissa...
Page 50 - I, p. 67), ne lui donne que 20 pieds. Cette hauteur absolue de 90 pieds était-elle une mesure réglée par l'étiquette pour les mausolées des rois Numides? Nous l'ignorons. Mais cette coïncidence remarquable d'une même élévation et d'une forme semblable', pour deux...
Page 46 - ....11 ya un dôme fort haut que les Maures appellent » Coborrumia, ou sépulture de romain, et les Chrétiens, par » corruption, Cabaromia, où ils disent qu'est enterrée la fille « du comte Julien. » Rien n'autorisait donc Shaw à attribuer l'absurde tradition à Marmol. Au reste, le hasard, appliquant cette fois assez intelligemment la loi du talion, l'a puni de cette faute par la main de son propre traducteur qui lui fait donner vingt pieds de haut à notre Tombeau de la Chétienne quand...
Page 34 - Sud, on est tenté de croire qu'elles sont dues à l'emploi de l'artillerie. Nous consacrerons, du reste, un paragraphe spécial à ce genre d'explorations, qui n'ont été que trop mises en usage, même jusqu'à nos jours, et où certains de nos civilisés ont joué assez volontiers .le rôle de vandales. En comparant le texte de Marmol avec...
Page 12 - I«, chap. vi, p. 38. Edition de Leyde, 1748.) Ce que nous traduisons, en rectifiant les noms de lieux estropiés : . « loi, sur le bord de la mer, jadis inconnu; illustre maintenant pour avoir été la cité royale de Juba et parce qu'il se nomme Césarée. En deçà (à l'ouest), les...

Informations bibliographiques