Revue africaine

Couverture
1886
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 239 - ... de pacage aux Arabes des deux Empires qui viennent y camper pour y trouver les pâturages et les eaux qui leur sont nécessaires.
Page 297 - ... et détruisant tout ce qui se trouvait sur leur passage. Ces événements, et les guerres acharnées qu'il fallut soutenir, ébranlèrent profondément la prospérité de l'Ifrikia; la dévastation s'étendit partout; plusieurs grandes villes furent détruites et une foule de brigands interceptaient les routes et dépouillaient les voyageurs. Les Arabes, ayant enlevé au peuple sanhadjien toutes ses villes, établirent leur autorité sur les lieux que le khalife leur avait assignés. Le prince...
Page 296 - Kalàn, une colonie nombreuse de chrétiens berbères parmi les tribus qui vinrent peupler leur capitale, et qui continuèrent à l'habiter encore longtemps après la fondation de Bougie, ville dans laquelle les princes "hammadites établirent plus tard le siége de leur gouvernement.
Page 369 - Za!i, quand ils fondèrent la ville qui porte encore leur nom et qui est située à huit journées au Sud de Biskera, en tirant vers l'Ouest. Elle se composa d'abord de quelques bourgades voisines les unes des autres, mais sa population ayant augmenté, ces villages finirent par se réunir et former une ville considérable. Les Beni-Ouargla avaient alors parmi eux une...
Page 296 - Cette défection amena des guerres sanglantes et interminables, qui eurent pour conséquence l'entrée dans l'Afrique septentrionale d'une nouvelle invasion arabe. A cette époque, les tribus arabes nomades des Hilal étaient cantonnées dans la Haute-Égypte, où elles répandaient la dévastation, attaquant même les pèlerins de la Mecque aux jours où l'on remplissait les grands devoirs de la religion. Afin de se débarrasser de leur présence d'une manière utile, le khalife résolut de -les...
Page 297 - d'El-Moëzz-Ibn-Badîs le sanhadjite, esclave qui s'est soustrait » à l'autorité de son maître. Ainsi , dorénavant , vous ne serez
Page 297 - Kalàa, se vil bientôt bloqué par l'ennemi. Les assiégeants, après avoir dévasté les jardins et coupé tous les bois qui entouraient la place, allèrent insulter les autres villes de la province. Ayant mis en ruines celles de Tobna et de Msila, dont ils avaient chassé les habitants, ils se jetèrent sur les caravansérails, les villages, les fermes et les villes, abattant tout à ras de terre et changeant ces lieux en une vaste solitude, après en avoir comblé les puits et coupé les arbres.
Page 239 - Messaoura; c'est de là, en effet, que partent » toutes les difficultés, tous les désordres, et, tant qu'ils » n'occuperont pas ces frontières naturelles, il n'y aura » aucun calme durable dans le Sud-Oranais. » Depuis, ceci a été répété dans toutes les études faites sur cette région.
Page 372 - H/ml passé par Ouargla, il en fut émerveillé et, voulant ajouter à l'importance de cette ville, il y fit bâtir l'ancienne mosquée dont le haut minaret porte encore inscrit sur une pierre le nom du fondateur et la date de sa construction.
Page 233 - ... le pays à l'avant, en même temps qu'elle en » garantit la soumission à l'arrière est au contraire » une opération des plus simples et qui ne livre rien

Informations bibliographiques