La Kalaa des Beni-Hammad: une capitale berbère de l'Afrique du nord au XIe siècle

Couverture
E. Leroux, 1909 - 124 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 6 - Kalâa atteignit bientôt une haute prospérité; sa population s'accrut rapidement, et les artisans, ainsi que les étudiants, s'y rendirent en foule, des pays les plus éloignés et des extrémités de l'empire. Cette...
Page 21 - Hammàd) est une des villes les plus considérables de la contrée ; elle est riche , populeuse , remplie de beaux édifices et d'habitations de toute espèce ; on y trouve de tout en abondance et à bas prix. Elle est située sur le penchant d'une montagne escarpée qui est d'un accès difficile et entourée par les murailles de la ville.
Page 20 - Les princes hammadites accueillirent, à une époque vraisemblablement assez voisine de la fondation d'ElCala, une colonie nombreuse de chrétiens berbères parmi les tribus qui vinrent peupler leur première capitale , et qui continuèrent à l'habiter encore longtemps après la fondation de Bougie. La bonne entente existant entre ces princes et le Saint-Siège donnait une entière sécurité à leurs sujets chrétiens.
Page 21 - Elle était dans son temps , avant la fondation de Bougie , la capitale de leur empire , l'entrepôt de leurs trésors , de leurs biens , de leurs munitions de guerre et de leurs blés. Il y avait pour ces derniers des magasins tellement excellents qu'on pouvait les garder une et même deux années , sans avoir à craindre la moindre altération. On y trouvait des fruits , d'excellents comestibles à prix modique , et une grande variété de viandes. Dans ce pays , ainsi que dans ceux qui en dépendent,...
Page 11 - ... et alla faire sa résidence à Bougie avec ses troupes et sa cour. Il s'éloigna ainsi d'une région où la violence et la tyrannie des Arabes avaient tout ruiné. — L'audace de ces brigands en était venue à un tel point, qu'ils portaient la dévastation dans les environs de la Kalâa, et enlevaient tout ce qui se montrait en dehors de la ville.
Page 13 - Kalàa une église dédiée à la Vierge Marie. Leur évêque habitait une maison voisine de l'église. C'est le dernier prélat indigène dont nous puissions constater l'existence ; et déjà la population, peut-être ses propres fidèles, qu'envahissait d'année en année l'influence du langage et des habitudes arabes, le désignaient sous (1) De Mas-Latrie.
Page 6 - Il transporta dans la Kalaa les habitants de Msila et de Hamza, villes qu'il détruisit de fond en comble. Vers la fin du quatrième siècle de l'hégire (c'est-à-dire apparemment en deux ou trois ans), il acheva de bâtir et de peupler la ville qu'il entoura de murs, après avoir construit plusieurs mosquées• caravansérails et autres édifices publics. » C'est toujours la même scène. Un sultan fonde sa capitale comme un bourgeois bâtit sa villa. La Kalaa partagea le sort de la dynastie...
Page 111 - Au nom de Dieu clément et miséricordieux. Que Dieu répande ses bénédictions sur notre seigneur Mohammed, son prophète, sur sa famille, ses épouses et ses descendants, et qu'il leur accorde le salut!
Page 6 - Zenata, et il prit avec lui l'engagement de ne jamais lui signifier son rappel, mais de le laisser en possession d'Achîr, du Maghreb central et de toutes les villes qu'il parviendrait à soumettre. Hammad remplit sa mission avec une grande habileté et réussit à dompter les Zenata. En l'an 398 (1007-8), Hammad fonda la ville d'El-Calâ (le Château), dans le voisinage du...
Page 13 - Ilalie, tombèrent entre les mains des pirates et furent conduits en Afrique. Peu de temps après, une tempête ayant poussé sur les côtes de Sicile les moines que l'abbé renvoyait en Afrique pour racheter leurs frères, le Comte Roger, jaloux de rendre hommage au glorieux père Benoît, dit Pierre Diacre, s'empressa d'envoyer ses propres messagers au roi de la ville de Calama, que les Sarrasins appelaient Alchila (1).

Informations bibliographiques