Chronique d'Abou Zakaria

Couverture
l'Association ouvière V. Aillaud et cie, 1878 - 410 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
Publiée pour la première fois traduite et commentée par E. Masqueray

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 107 - Nous serons, te dis-je, portés sur un cheval habitué aux courses nocturnes , un cheval de race berbère ; « Aux flancs sveltes comme un loup de Gada; un cheval qui presse sa course rapide, dont on voit les flancs ruisseler de sueur.
Page 244 - Son cadavre fut écorché et sa peau, remplie de paille, fut placée dans une cage pour servir de jouet à deux singes qu'on avait dressés à ce métier.
Page 227 - ... du gouvernement. Une forte muraille, garnie de portes en fer, l'entourait de tous les côtés, et chaque battant de porte pesait cent quintaux. On commença les travaux vers la fin de l'an 303 (juin 916). Quand les murailles furent élevées, le Mehdi y monta et lança une flèche du côté de l'occident.
Page 101 - ... sont les héritiers du royaume. Ainsi, après que le fils de Dieu a épousé la Pauvreté, bien qu'on y résiste, bien qu'on en murmure, elle est noble et considérable par cette alliance. Les pauvres, depuis ce temps-là, sont...
Page 247 - Tripoli, il fit partir un fort détachement de cavalerie, avec l'ordre do presser sa marche. Le lendemain, au matin, ce corps arriva à Sabra, dont les habitants, oubliant toute précaution, avaient ouvert les portes pour envoyer paître leurs bestiaux. Les [musulmans] pénétrèrent dans la ville sans que personne pût s'en échapper, et [l'armée...
Page xxvii - Ceux-ci pour le feu éternel ; » puis, avec la même indifférence, il jeta l'autre au ciel en ajoutant :
Page 213 - Ketamiens se joignit à AbouAbd-Allah ; leurs docteurs eurent des conférences avec lui et devinrent ses amis dévoués. Alors il leur déclara que l'imamat appartenait à un membre de la famille [de Mahomet], et il les invita à soutenir la cause de l'agréé (er-rida).
Page 241 - Takious et y passa son temps à enseigner. Entraîné par le fanatisme, il déclara infidèles les personnes qui professaient la religion (orthodoxe), décidant que, par ce fait même, elles avaient encouru la peine de mort, et la confiscation de leurs biens. Il posa aussi en principe l'obligation de se révolter contre le Sultan. En l'an...
Page 191 - L'une, qui est ouehbite, occupe la moitié occidentale de l'île et a pour chefs les Beni-Semoumen ; l'autre est nekkarite et habite la moitié orientale. La seule famille marquante est celle des Semoumen, son autorité étant reconnue également par les deux parties.
Page 212 - Chutes et, comme il montra une piété extrême et une grande abnégation de soi-même, il fit sur leurs esprits une profonde impression. Les fréquentes visites qu'il rendit à ces chefs, dans leur camp, furent aussi agréables pour lui que pour eux. Quand ils se disposèrent à partir pour leur pays, ils l'invitèrent à les y accompagner ; mais lui, qui tenait à cacher ses véritables projets, n'y donna son consentement qu'après avoir pris d'eux des renseignements sur leur peuple, leurs tribus,...

Informations bibliographiques