Images de page
PDF
ePub

porta d'assaut au bout de trois jours de siége. Dans toutes ces entreprises, les Arabes le secondèrent avec un zèle vraiment infernal. Il se présenta ensuite devant Constantine et, pendant qu'il faisait le siége de cette place forte, il prit à son service les bandes d’Arabes qui lui arrivaient de tous côtés avec leurs tentes, leurs troupeaux et leurs familles.

El-Mansour [le souverain almohade) eut connaissance de ces événements en débarquant à Ceuta après son expédition en Espagne. Il désigna aussitôt le cîd Abou-Zeid, fils d'Abou-Hafs et petit-fils d’Abd-el-Moumen, comme gouverneur du Maghreb central et le fit partir pour cette destination à la tête d'une forte armée. Il ordonna aussi à son amiral, Ahmed le sicilien, de prendre la mer avec la flotte, et il confia le commandement de cette expédition maritime à Abou-Mohammed-Ibn-Ibrahim-IbnDjamê. Les habitants d'Alger, avertis de l'approche des secours, tant par mer que par terre, se soulevèrent contre YahyaIbn-Akhi-Talha et le livrèrent, lui et ses compagnons, au cîd Abou - Zeid. Les prisonniers furent mis à mort sur le bord du Chelif; mais Abou-Zeid épargna Yahya, parce que Talha, l'oncle de ce chef, avait passé (du côté des Almohades). Yedder Ibn-Aïcha quitta Milfana de nuit, mais les troupes (almohades] se mirent à sa poursuite et l'atteignirent à Omm-el-Alou ". Les Berbères voulant le faire passer [la rivière), livrèrent un combat aux Almobades, mais ils ne purent empêcher leur protégé d'être fait prisonnier, conduit devant le cid Abou-Zeid et d'être exécuté à mort.

A peine la flotte almohade fut-elle arrivée au port de Bougie, que Yahya-Ibn-Ghanià en fut expulsé par les habitants et alla rejoindre son frère Ali, sous les murs de Constantine. Cette forteresse était déjà réduite à la dernière extrêmité quand le cîd Abou-Zeid, ayant délivré le cîd Abou - Mouça , quitta Tiklat, lieu des environs de Bougie où il s'était campé, et marcha au secours des assiégés. Ibn-Ghania se jeta alors dans le Désert, et

[ocr errors]

Celte localité, dont l'exacte position nous est inconnue, devait être située sur le Chelif. Il ne faut pas la confondre avec un endroit du même nom, aux environs de Tlemcen.

x

[ocr errors]

les Almohades l'ayant poursuivi inutilement jusqu'à Maggara et Nigaous, reprirent le chemin de Bougie. Pendant que le cîd AbouZeid s'installait dans cette ville, Ibn-Ghanîa s'empara de Cafsa et entreprit le siége de Touzer et de Castîlîa. Découragé, ensin, par la résistance qu'il y rencontra, il partit pour Tripoli.

Caracoch-el-Ghozzi 2 -el-Modafferi se trouvait alors dans cette ville. Voici l'histoire de ce chef d'après les renseignements consignés par Abou-Mohammed-et-Tidjani dans son ouvrage intitulé Er-Rihla . Salah-ed-Din (Saladin), souverain de l'Egypte, avait envoyé son neveu Taki-ed-Din, fils de Chabanchah, vers le pays de l'Occident avec la mission d'y prendre autant de villes qu'il le pourrait, afin d'avoir des lieux de retraite en cas d'une guerre avec-Nour-ed-Din-Mahmoud, fils de Zingui et souverain de la Syrie. Salah-ed-Dîn était alors vizir de Nour-edDin, et comme il avait réussi à établir son indépendance en Egypte, il s'attendait à y être attaqué par son ancien maître. Un événement imprévu ayant forcé Taki-ed-Din à rebrousser chemin, Caracoch l'arménien l'abandonna avec une partie des troupes. Son exemple fut imité par Ibrahîm-Ibn-Caratikîn, le silahdar (porte-glaive), surnommé El-Moaddemi, parce qu'il avait été attaché au service d'El-Mélek-el-Moaddem-Chems-ed-Dola, fils d'Aïoub et frère de Saladin. Caracoch atteignit Santerïa dont il s'empara en l’an 586 (1190), et le vendredi suivant, il

у

fil célébrer la prière au nom de Salab-ed-Din et de Taki-ed-Dîn.

Après leur avoir envoyé des dépêches renfermant l'annonce de celte conquête, il alla se rendre maître de Zella, d’Audjela et du Fezzan, province qu'il enleva aux Beni-Khattab, famille

appar

[ocr errors]

Ibn-Khaldoun s'exprime ici d'une manière incorrecte. Voyez l'index géographique, au mot Castilia.

? Le mot Caracoch ou Caracouch appartient à la langue turque et signifie, à la lettre : oiseau noir. El-Ghozzi signifie membre de la tribu des Ghozz. Caracoch élait client de la famille de Saladin, laquelle apparlenait à la race turcomane aiosi que la grande famille des Ghozz. Pour l'origine de ce peuple, voy. l'Histoire des Huns, t. II, p. 206.

3 On trouvera dans le Journal asiatique d'août-septembre 1852 la traduction de ce rihla (récit de voyage), par M. A. Rousseau. Dads notre premier volume, p. 136, nous avous parlé d'Et-Tidjani.

tenant à la tribu des Hoouara. Le roi qu'il détrôna se nommait Mohammed, fils de Khallab, fils d'Isliten, fils d'Abd-Allah, fils de Sanfel, fils de Khattab. Avec lui finit cette dynastie, mais Zouila, l'ancienne capitale de son empire, porte encore le nom de Zouila des fils de Khattab. Caracoch l'ayant fait prisonnier, le laissa mourir dans les tourments, en essayant de lui faire déclarer le lieu où il avait caché ses trésors. Il passa ensuite auprès de Tripoli, rallia sous ses drapeaux les Arabes soleimides de la branche de Debbab, pénétra dans la montagne de Nefouça et y fit un grand butin qu'il abandonna à ses nouveaux alliés. Masoud-Ibn-Zemam, cheikh des Douaouida étant alors arrivé dans cette province, après avoir effectué son évasion du territoire du Maghreb', réunit ses ban les à celles de Caracoch et l'aida à réduire la ville de Tripoli. Caracoch, qui avait pris à son service une foule de brigands arabes appartenant aux tribus de Hilal et de Soleim, établit sa domination dans cette forteresse et les pays voisins. Arménien de naissance, on lui avait donné les surnoms d'El-Modafferi et d'En-Naceri, parce qu'il était mamlouk d'ElModaffer ? et qu'il avait prononcé la prière du vendredi au nom d'El-Mélek-en-Nacer (le prince victorieux) Salah-ed-Dîn. Dans ses manifestes, il s'intitulait Ouéli amr il-Moumenin (chargé d'affaires des vrais croyants 3). L'alama (paraphe) qu'il inscrivit de sa main au bas de ces documents renfermait les mots suivants : Ouathecto billahi ouahdahou (j'ui placé ma confiance en Dieu seul).

Son camarade, Ibrahîm-Ibn-Caratikîn, se dirigea sur Cafsa à la tête d'une troupe d'Arabes, et, en ayant occupé tous les alentours, il somma les Beni-'r-Rend qui y commandaient de faire leur

[ocr errors]

? Voy. t. 1, page 71.

• El-Mélek- el-Modaffer (le prince victorieux), lel fut le titre honorifique de Taki-ed-Din, fils de Chabanchah.

3 Dans le texte arabe, les mots bi-sokoun il-mim (avec un m quiescent) se rapportent au mot amr. L'intention de l'auteur était d'empêcher le lecteur de regarder amr comme une faute de copiste et amir comme la bonde leçon. En ce dernier cas, le titre porté par Caracoch aurait signifié ami du commandant des Croyants.

soumission. Cette famille portait une telle haine à la dynastie d’Abd-el-Moumen qu'elle ouvrit les portes de la ville et permit à Ibn-Caratikin d'y faire célébrer la prière publique aux noms du khalife abbacide et de Salah-ed-Din. Officier dévoué, il maintint la suprématie de ces princes à Cafsa jusqu'à ce qu'il fut tué par El-Mansour [le souverain almohade] lors de la prise de cette ville.

Revenons maintenant à Ibn-Ghania. Quand Ali-Ibn-Ghania arriva à Tripoli, il y trouva Caracoch et prit avec lui l'engage

, y ment de se soutenir mutuellement contre les Almohades. Il rallia sous ses drapeaux tous les Arabes soleimides qui s'étaient cantonnés avec leurs troupeaux dans le territoire de Barca, et il eut toujours à se louer du dévouement que celle tribu lui témoigna. Plusieurs fractions de la tribu de Hilal, telles que les Djochem, les Rîah et les Athbedj, embrassèrent aussi sa cause, tant elles détestaient la domination des Almohades ; mais les Zoghba se rangèrent du parti de cette dynastie et lui restérent invariablement fidèles. Les débris des Lemtouna et des Messousa accoururent de tous les côtés pour soutenir Ibn-Ghania et l'aider à consolider son autorité. Ayant établi dans ces contrées la domination de son peuple, il réorganisa l'empire almoravide dont il ressuscita tous les usages. Après avoir pris plusieurs villes du Djerid et y avoir fait proclamer la suprématie des Abbacides, il envoya son fils auprès du khalife En-Nacer, Gils d'El-Mostadi, en le faisant accompagner par son secrétaire, Abd-el-Berr-IbnFerçan, natif d'Espagne. L'objet de cette mission était de solliciter l'appui du khalife et de renouveler à la cour de Baghdad les assurances de fidélité et d'obéissance que les Almoravides du Maghreb n'avaient jamais cessé de lui donner. Le divan répondit à cette communication en accordant à Ibn-Ghania tous les priviléges dont ses prédécesseurs avaient joui et en adressant une lettre à Salah-ed-Dîn-Youçof, fils d'Aroub-el-Ghozzi, souverain de l'Egypte et de la Syrie, qui lui ordonnait de porter secours au prince almoravide. Conformément à cette injonction, Salah-edDin transmit à Caracoch la recommandation de travailler de concert avec Ibn-Ghania, afin de relever en Afrique la suprématie des

[ocr errors]

Abbacides. Secondé par son allié, Caracoch mit le siége devant Cabes, l'enleva à Said-Ibn-Abi-'l-Hacen et en confia le commandement à un de ses affranchis, après y avoir déposé ses trésors. Ayant ensuite appris que Cafsa s'était révollé contre Ibn-Ghanîa, il l'aida à emporter cette place d'assaut. De là, ils allèrent réduire la ville de Touzer.

Quand Él-Mansour reçut la nouvelle de ces événements et de l'invasion du Djerîd, il quitta Maroc, l'an 583 (1487-8), afin d'y porter remède et de reprendre les villes que ces chefs avaient conquises. Arrivé à Tunis, où il établit son quartier-général, il envoya l'avant-garde de son armée contre Ibn-Ghania. Ce corps, qui était commandé par deux chess, le cîd Abou-Youçof-Yacoub, (fils d'Abou-Hafs-Omer, fils d’Abd-el-Moumen) et Omar-IbnAbi-Zeid, personnage de haut rang parmi les Almohades, attei gnit Ghomert et livra bataille aux troupes d'Ibn-Ghania qui s'étaient portées de ce côté. Dans cette rencontre, les Almohades essuyèrent une défaite, Ibn-Abi-Zeid y perdit la vie avec beau

y coup des siens, et Ali-Ibn-ez-Zoborteir tomba entre les mains de l'ennemi. Les vainqueurs firent un butin immense.

Déjà les avant-coureurs d'Ibn-Gbanîa se montraient aux environs de Tunis quand El-Mansour marcha contre les insurgés et, dans le mois de Châban 583 (oct.-nov. 1487), il les mit en déroute sous les murs d'El-Hamma. Ibn-Ghanîa et Caracoch échappèrent à grand'peine aux dangers qui les entouraient, et les habitants de Cabes, ville où Caracoch avait jusqu'alors commandé à l'exclusion d'Ibn-Ghansa, s'empressèrent de faire leur soumission au vainqueur et de lui livrer tous les amis de leur ancien maître. El-Mansour envoya ces prisonniers à Maroc et marcha contre Touzer dont les habitants, voyant la déroute des partisans d'Ibn-Ghanîa, reconnurent sans difficulté l'autorité des Almohades. Il tourna ensuite ses armes contre Cafsa, et, l'ayant assiégé jusqu'à ce que la garnison se rendît à discrétion, il passa au fil de l'épée lous les contingents des tribus arabes qui s'y étaient enfermés. Il fit mourir aussi Ibrahim-Ibn-Caratikin, mais il pardonna aux autres Ghozz et les renvoya libres. Ayant autorisé les habitants à se gouverner eux-mêmes, il les laissa en

« PrécédentContinuer »