Images de page
PDF
ePub

les prédicateurs vinrent lui demander quel était le souverain au nom duquel ils devaient faire la prière, il ne leur désigna personne; mais, d'après ses ordres, on frappa des monnaies portant, sur une des faces, les mots Hoddja-'t-Allah (la preuve de Dieu), et, sur l'autre, tefarrac adá Ollah (que les ennemis de Dieu soient dispersés). Sur les armes, il fit inscrire les mots fi sebil Illah (dans la voie de Dieu), et il marqua les chevaux des mots el-molk lillah (le royaume appartient à Dieu). Il partit alors pour Sidjilmessa, afin de délivrer Obeid-Allah ; mais, avant de se mettre en marche, il désigna son frère pour gouverner l'Ifrikra pendant son absence et il placa auprès de lui le chef addjanien, Abou-Zaki-Temmam-Ibn-Temim. Aussitôt qu'il se fut mis en campagne, une agitation extrême se répandit par tout le Maghreb : les Zenata siétant empressés d'abandonner le pays qu'il devait traverser et d'offrir leur soumission. Elîçâ-Ibn-Midrar, souverain de Sidjilmessa, auquel il envoya une députation dans l'espoir de l'amener à un accomodement, en fit mourir tous les membres et sortit de sa ville pour livrer bataille. Quand les deux armées se trouvèrent en présence, celle d'Eliçà recula dans le plus grand désordre et il prit lui-même la fuite, suivi d'un petit nombre d'amis. Le lendemain, les habitants de Sidjilmessa allèrent au-devant du Chii et l'accompagnèrent jusqu'à la prison où le Mehdi et son fils étaient enfermés. Les en ayant fait sortir, il prêta hommage au Mehdi et les fit monter à cheval ; puis, il marcha à pied devant eux, ainsi

que tous les chefs de tribu, et les conduisit ainsi au camp, en versant des larmes de joie. « Le voici, s'écria-t-il, le voici, votre seigneur ! » Eliçà tomba entre les mains des personnes envoyées à sa poursuite et sut mis à mort par l'ordre du chfite.

Après avoir passé quarante jours à Sidjilmessa, les vainqueurs reprirent le chemin de l'Isríkïa, et le Chfi, en passant par Ikdjan, remit au Mehdi tous les trésors déposés dans cette ville. Ils arrivèrent à Raccada dans le mois de Rebià, 297 (déc. 909), et les habitants de Cairouan s'y rendirent aussi pour prêter le serment de fidélité au Mehdi. Ce prince étant ainsi parvenu au pouvoir, envoya des agents dans toutes les parties de l'empire

[ocr errors]

pour sommer les populations à reconnaître son autorité. Le petit nombre qui se refusa à cette invitation sut passé au fil de l'épée. Les principaux personnages parmi les Ketama reçurent en récompense de leurs services, des sommes d'argent, de belles esclaves et des commandements importants. Les bureaux du gouvernement s'organisèrent, les impôts commencèrent à rentrer régulièrement et, dans toutes les villes, s'installèrent des gouverneurs et d'autres fonctionnaires. Makinoun-Ibn-Debara-elAddjani fut nommé au gouvernement de Tripoli, et El-HacenIbn-Ahmed Ibn-Abi-Khapzir à celui de la Sicile,

Débarqué à Mazera le 10 de Dou-'l-Hiddja 297 (août 910), Ibn-Abi-Kbanzîr confia à son frère le gouvernement de Girgente et à Ishac-Ibn-el-Minhel l'office de cadi. En l'an 298, il traversa la mer et, débarqué sur le bord septentrional (du détroit de Messine), il établit son camp dans la Calabre, province du pays des Francs. Après y avoir répandu la dévastation, il revint en Sicile; mais, par ses actes tyranniques, il indisposa tellement les habitants [musulmans] de cette île qu'ils se jetèrent sur lui et le mirent en prison. El-Mehdi accueillit favorablement la lettre de justification qu'ils lui adressèrent et, ayant agréé leurs excuses, il remplaça Ibn-Abi-Kbanzir par Ali-Ibn-Omar-el-Beloui. Le nouveau gouverneur arriva à sa destination vers la fin de l'année 299.

§ V.-- MORT D'ABOU-ABD-ALLAH-ES-CHîï ET DE SON FRÈRE.

[ocr errors]

Obeid-Allah le Mehdi, se voyant maître de l'Ifrîkïa, résista à l'influence que les deux frères Abou-Abd-Allah-es-Chti et Abou'l-Abbas voulaient exercer sur son esprit; il ne leur permit même pas de se mêler de ses affaires. Par cette preuve de fermeté, il les blessa si profondément qu'Abou-'l-Abbas ne put dissimuler son mécontentement, malgré les conseils de son frère, et que celui-ci finit par en faire de même. Le Mehdi n'en voulut d'abord rien croire, et Abou-Abd-Allah lui ayant ensuite adressé des remontrances au sujet de sa trop grande familiarité avec le pouple, conduite unisible, disait-il, au respect du à la souveraineté, il lui répondit avec beaucoup de douceur et de modérasion. Frappé, cependant, du morne silence avec lequel son ancien serviteor accueillit ses paroles, il sentit éveiller ses soupçons, et, dès ce moment, il resta aussi' mal disposé pour Abou-AbdAllah

que celui-ci l'était pour lui. Abou-Abd-Allah se mit alors à semer les germes de mécontentement parmi les Ketanna er à les exciter contre le Melidi « qui, disait-il, s'était approprié les trésors d'Ikdjan sans leur en avoir decordé la moindre partie , et qui pourrait bien élre ni l'imam impeccable; ni la personne pour laquelle ils avaient tant travaillé à soutenir les droits.» Cette déclaration froubla la confiance des Ketama, de sorte qu'ils chargèrent leur grand cheikh d'exposer au Mehdi les doutes qu'ils avaient conças et de lui demander un miracle en preuve du caractère sacré qu'il s'altribuait. Le Mehdi y répondit en faisant mourir l'envoyé et, par cet acie, il førtifia tellement leurs soupçons qu'ils prireät la résolution de l'assassiner. Abou-Zaki-Temmam et plusieurs autres grands personnages de la tribu de Ketama entrèrent dans le complot. Pour déjouer celle conjuration, le Mehdi eut recours à la ruse : chacun de ces cliefs reçut sa nomination au gouvernement d'une ville, et Abou-Zaki eut l'ordre d'aller prendre le commandement à Tripoli. Makînoun, le commandant de eelle forteresse, avait déjà reçu ses instructions et, aussitôt qu'AbouZaki y fut arrivé, il lui ôta la vie. Ibn-el-Cadim, qui avait autrefois servi Ziadet-Allah et que l'on soupçonnait d'avoir trempé dans le complot, fut aussi mis à mort et toutes les richesses qu'il tenait de son ancien maitre passèrent entre les mains du Mehdi. Voulant alors se défaire d'Abou-Abd-Allah et d'Abou-'Abbas, ce prince autorisa les frères Arouba-Ibn-Youçof et Hobacha-Ibn-Youços de les faire mourir. Dans le mois de Djomada 298 janvier 914), ils rencontrèrent, auprès da château, les deux hommes qui devaient être leurs victimes; Arouba se jeta sur eus et quand le Chîi lui cria de s'arrêter, il répondit : « Celui à qui tu nous a ordonné d'obéir nous commande de to » Iner. » On dit que le Mehili lui-inème présida à l'enterrement Ju Chii et qu'il invoqua sur lui la miséricorde divine, déclarant, en même temps, que ce malheureux s'était laissé égarer par les conseils de son frère, Abou-'l-Abbas. Comme la mort de ecs deux missionnaires excita une révolte parmi leurs partisans, le Mehdi monta à cheval et réussit à calmer les esprits. Une lutte sanglante, qui éclata ensuite entre les Ketamiens et les babitants de Cairouan, fut calmée de mème par le Mehdi qui se rendit au milieu d'eux à cheval. A cette occasion, l'ordre fut donné aux missionnaires de ne plus faire des prosélytes parmi les gens de la basse classe et de meltre à mort plusieurs membres de la famille aghlebide qui étaient rentrés à Raecada après la fuite de Ziadet-Allah.

[blocks in formation]

Le Mehdi désigna son fils, Abou-'l-Cacem-Nizar, comme successeur au trône, après s'être débarrassé du Chti, et il accorda le gouvernement de Barca et des contrées qui en dépendent à Hobacha-Ibn-Youçof. Ambeça, frère de Hobacha, reçut le gonvernement du Maghreb et alla s'installer à Baghaïa. La ville de Tehert, dont le Mehdi s'empara ensuite, fut placée sous le commandement de Dowas-Ibn-Soulat-el-Lehici. Plusieurs tribus ketamiennes ayant pris les armes pour venger la mort du Chii, mirent à leur tête un enfant auquel ils donnèrent le titre de Mehdi; ils prétendirent même qu'il était prophète et que le Chii

· Pour d'autres détails sur la chulo des Aghlebides et les exploits d'Abou-Abd-Allah-es-Chiï, voy. le chapitre sur l'origine de la dynastie des Fatimis, dans l'Histoire des Druzes, de M. de Sacy, l. 1, p. ccxlvi et suiv.; ainsi que Thc Establishment of the fatemile Dynasty in Africa, par M. J. Nicholson, Tubingue, 1840; tradeit sor le manuscrit arabe de la bibliothèque de Gotha, n° 261. Il faudrait aussi consulter le texte arabe du Bažan, cuvrage doot le savant éditeur, M. Dozy, devrait bien nous dononer la traduction. Pour l'histoire des Arabes de la Sicile, on a un long chapitre d'Ea-Noweiri, traduit en français, par J.-J.-A. Caussin. Celle traduction aurait besoin d'être revue et corrigée à l'aide du texte arabe.

vivait encore. Abou-'l-Cacem, fils du Mehdi, marcha contre eux, les tailla en pièces, tua l'enfant et revint auprès de son père dont il venait ainsi d'exécuter les ordres.

En l'an 300 (912-3), le peuple de Tripoli se révolta et chassa son gouverneur, Makînoun. Abou-'l-Cacem partit pour le châtier, d'après les ordres de son père, et, à la suite d'un long siége, it s'empara de la ville, passa au fil de l'épée une partie des babitants et frappa les survivants d'une contribution de trois cent mille pièces d'or.

L'année suivante, le Mehdi plaça ce même prince à la tête d'un corps de troupes ketamiennes et l'envoya contre la ville d'Alexandrie, en Egypte, pendant qu'une flotte de deux cents navires, parfaitement approvisionnée et commandée par Hobacha-Ibn-Youçof, partit pour la même destination. Abou-'lCacem soumit d'abord le pays de Barca et se rendit ensuite maitre d'Alexandrie et de la province d'E!-Faiyoum ; mais, à la suite de plusieurs combats qu'il eut à soutenir contre les troupes que le khalife El-Moctader y avait envoyées de Baghdad, sous la conduite de ses généraux, Tikin et Mounès l'eunuque, il se vit forcé d'évacuer l'Egypte et de rentrer en Maghreb. Hobacha arriva avec sa flotte à Alexandrie, en l'an 202, et prit possession de la ville. Il marcha ensuite sur le Vieux-Caire ; mais, ayant perdu sept mille hommes dans le dernier des nombreux combats que Mounès lui livra, il s'empressa de repartir pour le Maghreb où il fut mis à mort par l'ordre du Mehdi. Cet acte de sévérité porta Arouba, frère de Hobacha, à lever l'étendard de la révolte et à rassembler une nombreuse armée composée de Ketamiens et d'autres peuples berbères. Ghaleb, affranchi du Mehdi, marcha contre les insurgés et les dispersa, après leur avoir tué beaucoup de monde. Dans cette bataille, Arouba et ses cousins perdirent la vie.

En l'an 304 (916-7), les habitants de la Sicile arrêtèrent leur gouverneur, Ali-Ibn-Amr, et choisirent pour chef Ahmed-IbnCorhob. Comme cet officier n'eut rien de plus pressé que de proclamer, dans cette île, la souveraineté du khalife abbacide El-Moctader, le Mehdi donna à El-Hacen-Ibn-Abi-Khanzir le

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »