Images de page
PDF
ePub

IRZIGUEN, localité du pays des Ghomora.

IZNACEN. Le pays des Beni-Iznacen (ou Beni-Snassen) est situé entre Oudjda, le Molouïa et la mer.

KAKDEM (OU KAKODEM, ou COCDEM), paraît avoir eu pour limites le fleuve du Sénégal au S.; le Djoliba, jusqu'à la hauteur de Tenboktou, au S. E.; les contrées près du Noul au N., et l'Océan à l'O. Du côté de l'E, il devait s'étendre à quelques journées au delà de la route qui mène de Touat à Tenboktou. Il y avait une ville du même nom.

KANEM, la partie du pays des Noirs qui est au N. du lac Tchad. KAOUAR, voy. KOUAR.

KEBDANA, endroit du Rîf marocain auprès du Molouïa.

KECAL, montagne située à l'extrémité S. O. du Djebel-Amour. KEF, forteresse sur la frontière occidentale de la régence de Tunis. Voy. SICCA.

KELDAMAN, localité entre Téza et le Rif.

KELMITOU, bourg et canton sur la rive gauche du Chelîf, à trois lieues de la mer. Ibn-Khaldoun les place, par inadvertance, sur la rive droite de cette rivière.

KEMOUÇA, localité du pays des Ketama; sa position nous est inconnue.

KERKINNA (Cercinna), îles tunisiennes situées à cinq ou six lieues E. de Sfax.

KETAMA. Le pays des Ketama avait pour limites: Bône au N. E., Bougie au N. O., et, le Zab au S.

KHADRA. Les châteaux des Beni-Bou-Khadrá étaient probablement situés dans la province de Constantine; mais nous n'avons pas pu en fixer la position.

EL-KHADRA, ville située sur le Chelif, à une journée O. de Milîana. EL-KHAMIS (lieu de marché du jeudi), 1o dans la vallée du Chelif, vis-à-vis de Mazouna. - 2o Dans la vallée de Bougie, entre Tiklat et Bordj-Hamza. 3o Dans la vallée de Bougie, près de Tiklat.

Le KHAMIS des MAGHRAOUA, sur le Chelif, est à moitié chemin d'Orléanville à Miliana.

KHALIL,VOY. BENI-KHALIL.

KHARZOUZA, localité du Melâb-Tafna.

KIANA, le Djebel-Mzita de la carte Carette, est à sept lieues N. E. d'El-Mecîla. Elle s'appelle aussi Djebel-Aïad.

KODIA-T-EL-ABED, localité à une des extrémités du Seressou. Ce nom signifie tertre de l'adorateur. C'est peut-être le DjebelSidi-Habet (montagne de monseigneur l'adorateur) que nos dernières cartes placent entre Tîaret et le Nador. KODIA-T-EL-ARAÏCH (tertre des berceaux), colline qui domine la Ville-Neuve de Fez du côté de l'ouest.

KODIA-T-EZ-ZATER, colline dans le voisinage de Tunis. EL-KORRATH. Les îles de ce nom sont placées, par El-Bekri (passage inédit), vis-à-vis du ribat de Casr-Abi-s'-Safr, localité que les indications du même géographe nous mènent à regarder comme celle que l'on nomme aujourd'hui Porto

Farino.

Kotar ou KaouAR, contrée située à soixante lieues S. E. de Mor

zouc.

KOUMAT, forteresse située dans le territoire de Téza (?)

LAGHOUAT, bourgades du Grand-Désert, près du Ouad-Djeddi et au S. E. du Djebel-Amour.

LAHCA, localité de la province de Tunis; position inconnue.
LAMBESA est située au pied septentrional de l'Auras.

LAMTA, Village maritime de la province de Tunis, à trois lieues d'El-Monastir, sur la route d'El-Mehdia.

LAOU, rivière dans le voisinage de Tetouan.

LAOUD, voy. YAOUD.

LARIBUS, nom que Léon a lu Urbs, mal à propos, et dont on trouve dans les manuscrits les variantes qui suivent: El

Arbès, Laris c.-à-d. Lares, ville située à quatre lieues E. S. E. (?) de Kef.

LBBDA, ville maritime, à dix-sept lieues E. S. E. de Tripoli. LEBZOU, montagne; probablement celle qui domine le défilé d'Agbou dans la vallée de Bougie.

LEDJEM, Voy. EL-EDJEM.

LENDIA, Voy. MÉDÉA.

LEMLI, localité des environs de Téza.

LOKAŸ, montagne et forteresse à onze lieues O. N. O. (?) de Téza. LOUATA. Cette tribu habitait la Cyrénaïque, la province de Tripoli et les environs de Tèhert.

LOUATA, montagne au S. de Cabes.

LOUATA, OU MEDINA-LOUATA, Ville du Maghreb-el-Acsa, ruinée par les Almoravides en 452 de l'hégire. Elle était située sur le Sebou, à trois lieues S. E. de Fez, selon la carte Renou.

Lucos (le Lixos de Pline), rivière du Maghreb qui coule auprès d'El-Casr-el-Kebir et se jette dans l'Océan à El-Araïch.

LULIANI, village des environs d'El-Mehdia.

MA-EL-FERÈS, Voy. ci-après, p. 334, note.

EL-MACARMEDA (nommé aussi EL-CARMEDA), village à six ou sept lieues E. de Fez.

MACHACH, village attenant à Biskera.

MADAS, bourgade du Zab oriental, dans les dépendances du Meddila.

EL-MADEN, et MADEN-BENI-FAZAZ (les mines des Beni-Fazaz), localité de l'Atlas marocain, auprès de Fazaz.

MAGGARA, ville à cinq ou six lieues E. d'El-Mecîla.

MAGHILA, localité entre Fez et Sofrouï.

MAGHRAO, localité de la chaîne de montagnes au S. de Tripoli. MAGHRAOUA. La tribu de ce nom habitait le bassin du bas Chelif. Dans le Maghreb, il y avait une fraction de ce peuple à six lieues N. E. de Téza.

MAGHREB, ou, plus grammaticalement, MAGHRIB, signifie le Couchant, l'Occident. Chez les historiens arabes, ce mot s'employa d'abord pour désigner l'Afrique septentrionale et l'Espagne ; mais, ensuite, ils lui donnèrent une signification plus restreinte en l'appliquant à tout le pays qui s'étend à l'ouest de l'Ifrikïa. Alors ils introduisirent les dénominations de MAGHREB CENTRAL (El-Maghrib-el-Aousat) et de MAGHREB ULTÉRIEUR (ElMaghrib-el-Acsa), dont la première s'appliquait aux contrées qui forment les provinces actuelles d'Alger et d'Oran, pendant que la seconde servait à désigner toute région qui est située entre le Molouïa, la mer, l'Atlas et la province de Sous c'està-dire le royaume actuel de Maroc. On trouve assez souvent le terme Maghreb employé à la place de Maghreb-el · Acsa. Ibn-Khaldoun indique Asfi comme l'extrême limite occidentale de cette dernière région; mais, ailleurs, il lui donne implicitement pour bornes la chaîne de l'Atlas jusqu'à Agadîr. MAHNOUN (variante MAHÎOUN), place forte du pays des Toudjîn, située probablement sur le flanc oriental du Ouancherich. MAMA et AÏN-MAMA (variantes Nama, Tamu, Tamet), source à quatre lieues S. O. d'Oudjda.

EL-MAMORA, ville du Maghreb, à l'embouchure du Sebou.

EL-MANTOUR, probablement la même montagne que le Trozza de nos cartes, à neuf lieues O. S. O. de Cairouan.

EL-MANSOURA 1° ville et camp retranché à deux kilomètres O. de Tlemcen. 2o Plateau qui domine Constantine.

[ocr errors]

EL-MANSOURIA: 1° ville située à l'occident de Cairouan dont il formait un faubourg; on l'appelait aussi Sabra. -2° Localité à six lieues E. de Bougie.

MARNAC, voy. MERNAC.

MAROC (en arabe MERRAKECH), ville qui, du temps d'Ibn-Khaldoun, formait la métropole de ce qu'on appelait alors les États marocains, c'est-à-dire, des contrées situées au midi de l'OmmRebïa et auxquelles l'Océan atlantique et les montagnes de 'Atlas servent de limites. Pour désigner l'empire actuel dų

Maroc, les Arabes emploient le mot El-Gharb, c'est-à-dire le Ouest.

MASCALA (ou MASCULA), voy. TAREF.

MASMOUDA. Cette race berbère habitait la partie de l'Atlas qui s'étend depuis les sources du Ouadi-'l-Abîd jusqu'à l'Océan. MASSA (ou MACET, peut-être le Masatat de Pline, de même que le Derá serait son Darat); Ribat et mosquée situés près de l'embouchure d'une rivière du même nom qui se jette dans l'Atlantique à une journée S. de l'embouchure du Sous. EL-MATAHEN (les moulins), rivière qui traverse la plaine d'Addad. Serait-elle le Oued-Yenahoun de la carte Beaudouin ? MATGHARA, montagne située à trois lieues S. S. O. de Fez. EL-MATMAR (le silo). Ce sont, peut-être, les anciens silos qui se trouvent sur le bord du glacis actuel de Tlemcen, du côté N. MATMATA. 1° Montagne située entre Fez et Sofrouï. - 2o Localité située dans la partie orientale du Rîf marocain. 3° Montagne à neuf lieues S. O. de Cabes.

MAZOUNA, ville à trois lieues au N. du Chelif et à treize lieues E. N. E. de Mostaghanem.

MECELLATA, Voy. MESLATA.

MECETTAÇA, montagne à l'E. ou S. E. de Fazaz.

EL-MECHAR, montagne du territoire de Bedja (?).

EL-MECHENTEL, pays de montagnes dans le territoire des AuladNaïl, s'étend depuis le Zab jusqu'au Djebel-Amour.

MECÎFA, village qui existe encore à quatre milles S. O. de Nedroma. Sur les dernières cartes on a, mal à propos, écrit ce nom Mesila.

EL-MECILA, ville située dans le N. du Hodna.

MEDDILA, montagne au S. E. de l'Auras et à l'extrémité orientale du Zab.

MEDDJANA, ville à vingt ou trente milles N. ou N. E. de Tebessa. Ibn-Haucal, nous fournit l'itinéraire suivant : « De Cairouan à El-Djohnîin, une journée ;

» D'El-Djohnfin à Sebîba, une journée. »>

« PrécédentContinuer »