Images de page
PDF
ePub

EL-OBBAD (les dévots), nom du cimetière attenant au zaouïa de Sidi-Bou-Medin (Medyen), à un mille S. E. de Tlemcen. OIOUN-EL-MOHADJER (les sources d'El-Mokadjer), probablement l'Aïn-el-Hadjer (source du rocher) de nos cartes, à deux milles N. O. de Tlemcen.

OMACH, Voy. AOUMACH.

OMM-REBIA, fleuve qui sépare les provinces de Fez d'avec celles de Maroc. Il prend sa source dans l'Atlas et se jette dans l'Atlantique auprès d'Azemmor. Selon Chénier, le flux s'y fait sentir jusqu'à cinq ou six lieues de la mer; Ibn-Khaldoun (t. 1, p. 195) dit soixante-dix milles.

OMM-ER-RIDJLEIN, endroit de l'Omm-Rebiâ, dans le voisinage de Tamedghast (?).

OMRA, Voy. AMRA.

ORAN, en arabe Ouehran.

OUACEL, branche supérieure du Chelif qui traverse le Seressou en se dirigeant vers l'est.

OUADAN, bourg du Grand-Désert, au sud de la rivière Derâ. Nos cartes placent cet endroit à soixante-dix lieues E. du cap Blanc.

QUADI-'L-ABID, branche supérieure et centrale de l'Omm-Rebiâ. QUADI-'L-CASSARIN (rivière des foulons), traverse la route qui mène de Cairouan à El-Casr-el-Cadim.

QUADI-'L-COTEN (rivière du coton), coule, soit dans le Ferdjîoua, soit dans le pays qui sépare cette région de la rivière de Bougie.

QUADI-'L-DJENAN, rivière qui a ses sources dans la montagne

située derrière Sour-el-Ghozlan (Aumale); elle se dirige au S. E. vers le bassin du Hodna.

QUADI-'L-MATAHEN, voy. MataHEN.

QUADI-'N-NEDJA, voy. NEDJA.

QUADI-'T-TIN (variante, OUALTIN), dans le Seressou occidental.
QUADJER, Voy. OUEDJER.

QUALATEN, ville du Grand-Désert placée par M. Cooley, à quatrevingt-trois lieues O. N. O. de Tenboktou.

OUALLEN, voy. COLEÏA.

OUAMHERMAN (?), voy. Zaher.

OUANCHERICH, montagne à treize lieues S. O. de Cherchel, a le Chelif au S., à l'E. et au N. Voyez, sur l'orthographe de ce nom, la note, page 248 de ce volume.

OUANNOUGHA, grand territoire au S. du Djurdjera, s'étend depuis Sour-el-Ghozlan jusqu'aux Portes-de-Fer (El-Biban). QUAREKCEN, localité traversée par la route qui mène de Sidjilmessa à Tlemcen. Dans le Baïan, le nom de cet endroit est écrit Ouarkanfou.

Ouargla ou OuerGLA, et au pluriel OUARGLAN, ville, oasis et bourgades situés à soixante ou soixante-dix lieues S. de Biskera. QUARSLEF, localité à l'O. des sources du Mîna.

QUAZMOR, Voy. Azemmor.

OUCELAT, voyez page 307, note 1, de ce volume.

OUCHTATA, territoire qui, avec celui d'Adjîça ou Addîça, formait la ligne de séparation entre les royaumes hafsides de Tunis et de Bougie. Il est situé à cinq lieues S. S. O. de La Calle. OUDJDA (on prononce Ouchda), ville située à onze lieues O. S. O. de Tlemcen.

OURDDAN, ville et oasis à soixante-cinq lieues S. S. E. du cap Mesrata. — 2o Ville à plusieurs journées au S. de Morzouc. OURDJER, localite de la plaine de la Metîdja. Elle est traversée par une rivière du même nom, qui se jette dans le Mazafran, et qui porte, sur quelques cartes, le nom de Oued-Djer. QUELLATEN. Voy. OUALATEN.

OUENGACEN, voy. OUNGACEN.

OUERGHA, ville du pays au S. du Rîf marocain. Elle est située sur la rivière Ouergha (Ouerr'a), affluent septentrional du Sebou. OUGHELLAN ('Ourlel et Ourellal de nos cartes), bourgade du Zab, à six lieues S. O. de Biskera.

'OULILI, ville située sur le Zerhoun, montagne à six ou sept lieures

O. N. O. de Fez.

OUNGACEN. Cette tribu donna son nom à la montagne de Debdou.
OURA OU OUERA, rivière entre Casr-Ketama et Tanger.
OURDAÇA, rivière à quarante milles E. de Tripoli.

OUREG, branche supérieure du Chelif, venant du Djebel-Amour.
OURÎKA, montagne sur laquelle s'élève Aghmat-Ourîka.

OURNID (ce nom doit s'écrire Ourennid), tribu dont le territoire est situé entre Tlemcen et Sebdou.

OUTAT, tribus et bourgades du Molouïa supérieur.

Ouzina, localité du Seressou oriental, occupée maintenant par le village de Saneg, à six lieues E. du Chelif. Sur une inscription dédicatoire récemment déterrée à Saneg, on lit encore le mot Usinazenses.

ER-RABEDA, localité de la banlieue de Fez, près de la porte de Fotouh.

RACCADA (la dormeuse), forteresse, château de plaisance et ville à quatre milles S. O. de Cairouan.

RACHED, la montagne que cette tribu occupait porte maintenant le nom de Djebel-Amour; voy. AMOUR.

RACTOUM, localité près de Zaghouan.

RAGHIS (en berbère, agris signifie gelée blanche). En Algérie il
y a plusieurs localités qui portent ce nom. Celle dont Ibn-
Khaldoun parle est placée par lui, d'abord entre Bône et
Constantine, et ensuite aux environs de Mermadjenna!
ER-RAMMADA, ville maritime sur la route d'Alexandrie à Barca.

Elle a donné son nom au golfe situé à l'E. de l'Acaba-t-es-
Sollem. (Voyez page 8, note 2, de ce volume.)

RAs, rivière qui coule près de Tetouan.

KAS-EL-AIN (tête de la source), située dans le Garet, à sept lieues S. de Melîla.

RAS-ET-TABIA, jardin et parc royal, près de Tunis.

ER-RASSA, localité de la banlieue de Bougie, entre la ville et la

rivière.

ER-RAUD-ER-REFÏA (le jardin exalté), parc qui faisait un des ornements de Bougie.

REBA, bourgade située dans le voisinage de Bou-Semghoun. REDAT, rivière de la province de Tanger, qui se jette dans le Sebou.

REDJOUAN, localité au S. de Laribus.

REGAN, bourgade de l'oasis de Touat.

REGRAGA. La tribu de ce nom occupe le Djebel-el-Hadîd, montagne située entre Mogador et l'embouchure du Tencîft.

ER-REMEKA, localité près de Fez, probablement la même à laquelle l'édition imprimée du Cartas donne le nom d'Er-Remila. (Dans l'écriture arabe, un trait sur la lettre / le change en k.) Il est situé à l'endroit où la rivière débouche de la ville.

ER-RESSA, Voy. ER-RASSA.

REHIOU, Voy. Riou.

RIACH (variante: RIAs), localité près de Mermadjenna.

RIAH. La tribu de ce nom occupait le territoire qui appartient maintenant aux Aulad-Naïl et qui est située au S. E. de la province de Tîteri.

ER-RIAHIN, endroit situé en face du Bahrein de Benzert.

RIBAT,

ville et citadelle en face de Salé, sur la rive gauche du Bou-Regrag.

RIBAT-EL-FETH,

RIBAT-SALE,

RIBAT-MASSA, Voy. MASSA.

Rir. En arabe ce mot désigne un pays bien arrosé, couvert de cultures et d'arbres. En Afrique, il s'emploie pour désigner les contrées qui bordent la mer; il sert aussi de nom propre à cette partie du royaume actuel de Maroc qui s'étend depuis Tetouan jusqu'au Molouïa.

LE RIGH,

RIGHA,
QUAD-RIGH,

pays d'oasis et de bourgades situé entre le Zab et Ouargla.

Riou (en arabe Rehïou), rivière qui se jette dans le Chelif vis-àvis de Mazouna.

ER-ROKN, endroit situé probablement à quatre ou cinq lieues E. de Fez.

SABRA 1° Faubourg de Cairouan; voyez El-Mansourïa. 2o Village à deux lieues E. S. E. de Cairouan. -3° L'ancienne Sabrata, ville à douze lieues O. de Tripoli. 4o Station sur le Molouïa, probablement à une lieue S. du confluent de cette rivière et du Messoun.

[ocr errors]
[ocr errors]

SAFCIF, Voy. SEFCIF.

ES-SAFIF, un des noms par lesquels les manuscrits d'Ibn-Khaldoun désignent le Sefcif.

SAFIHA OU SFIHA, montagne du pays des Ghomara, au S. O. de Tétouan.

SAFIR OU SAIFIR, rivière des environs de Fez.

SAGUÏET-GHABOULA, voy. GHABOULA.

ES-SAGUÏA-T-EL-HAMRA (la rigole rouge), rivière et ville du Désert au S. de la rivière Derâ.

SAHARI, les montagnes occupées par ce peuple sont situées au S. E. de la Sibkha de Zaghez, dans le pays des Aulad-Naïl, au S. O. du Hodna.

SAHEL, le rivage, les contrées situées sur le bord de la mer, les régions maritimes d'une province.

SAHRA, ce mot signifie une plaine, un lieu étendu; devenu nom propre, il conserve la même signification, et désigne le GrandDésert.

ES-SAHRIDJ, montagne de la province de Bougie : elle donne son nom au Djamâ-es-Sahrîdj, bourg situé à vingt milles S. E. de Dellis.

SAID. Voy. BENI-BOU-SAID.

SAIDA et CALAT-SAIDA, château fort à cinq ou six lieues S. de

Tlemcen. Il ne faut pas confondre cette localité avec la ville de Saîda, à vingt lieues S. de Mostaghanem, sur la limite du Tell.

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »