Recueil des notices et mémoires de la Société archélologique de la province de Constantine, Volume 13

Couverture
Alessi et Arnolet, 1869
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés

À l'intérieur du livre

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 152 - Cencius, élevés avec nous dès » leur adolescence dans le palais de Rome, désireraient vivement se lier d'amitié et » de services réciproques avec vous. Ils seraient heureux de pouvoir vous être » agréables en ce pays. Ils vous envoient quelques-uns de leurs hommes, qui vous » diront combien leurs maîtres ont de l'estime pour votre expérience et votre grandeur, » et combien ils seront satisfaits de vous servir ici. Nous les recommandons à Votre » Magnificence , et nous vous demandons...
Page 151 - Votre noblesse nous a écrit cette année pour nous prier de consacrer évêque suivant les constitutions chrétiennes, le prêtre Servand, ce que nous nous sommes empressé de faire, parce que votre demande était juste. Vous nous avez en même temps envoyé des présents, vous avez, par déférence pour le bienheureux Pierre, prince des apôtres, et par amour pour nous, racheté les chrétiens qui étaient captifs chez vous et promis de racheter ceux que l'on trouverait encore. Dieu, le créateur...
Page 208 - La course se fait de la manière suivante : une société plus ou moins nombreuse de corsaires s'organise; ils construisent un navire et choisissent pour le monter des hommes d'une bravoure éprouvée. Ces guerriers vont faire des descentes sur les côtes et les îles Habitées par les Francs; ils y arrivent à l'improviste et enlèvent tout ce qui leur tombe sous la main; ils attaquent aussi les navires des infidèles, s'en emparent très souvent et rentrent chez eux, chargés de butin et de prisonniers.
Page 160 - Les marchands de cette ville sont en relation avec ceux de l'Afrique occidentale , ainsi qu'avec ceux du Sahara et de l'Orient; on y entrepose beaucoup de marchandises de toute espèce. Autour de la ville sont des plaines cultivées, où l'on recueille du blé, de l'orge et des fruits en abondance. On y construit de gros bâtiments , des navires et des galères, car les montagnes et les vallées environnantes sont très boisées et produisent de la résine et du goudron d'excellente qualité... On...
Page 150 - Il y eut même pendant longtemps, et jusqu'au xme siècle, des chrétiens servant dans les armées des princes africains. Des facilités leur étaient données pour la libre pratique de leur culte au milieu des troupes et des populations musulmanes : l'église et les gouvernements chrétiens en permettaient le recrutement en Europe. Ce qui nous reste de la correspondance pontificale, montre Grégoire VII s'occupant encore plusieurs fois de l'église d'Afrique, et recevant quelques satisfactions de...
Page 224 - Bougie , et peutêtre est-ce vraiment, comme on le répète sans le croire, du nom de cette dernière ville que vient notre mot bougie, qui a dû être introduit d'abord sous la forme de chandelle ou cire de Bougie, comme on disait candela de Babylonia, chandelle d'Egypte.
Page 155 - Rougie avec ses troupes et sa cour. Il s'éloigna ainsi d'une région où la violence et la tyrannie des Arabes avaient tout ruiné. L'audace de ces brigands en était venue à un tel point qu'ils portaient la dévastation dans les environs de la Calâ et enlevaient tout ce qui se montrait en dehors de la ville.
Page 152 - Pierre, prince des apôtres, et par amour pour nous, racheté les chrétiens qui étaient captifs chez vous, et promis de racheter ceux que l'on trouverait encore. Dieu, le créateur de toutes choses, sans lequel nous ne pouvons absolument rien, vous a évidemment inspiré cette bonté, et a disposé votre cœur à cet acte généreux. Le Dieu tout puissant, qui veut que tous les hommes soient sauvés et qu'aucun ne périsse, n'approuve, en effet, rien davantage chez nous que l'amour de nos semblables,...
Page 223 - La police intérieure du fondouc appartenait absolument au consul de la nation et à ses délégués. Des portiers, généralement des indigènes bien famés, étaient préposés à l'entrée et avaient droit de refuser le passage à tout individu, chrétien ou musulman, suspect, ou non autorisé du consul, à moins qu'il ne fût accompagné de l'un des drogmans ou employés de la douane. Sous aucun prétexte, ni pour s'assurer que des marchandises avaient pu être soustraites aux droits...
Page 160 - Les vaisseaux y abordent, les caravanes y viennent, et c'est un entrepôt de marchandises. Ses habitants sont riches et plus habiles dans divers arts et métiers qu'on ne l'est généralement ailleurs, en sorte que le commerce y est florissant. Les marchands de cette ville sont en relation avec ceux de l'Afrique occidentale, ainsi qu'avec ceux du Sahara et de l'Orient ; on y entrepose beaucoup de marchandises de toute espèce. Autour de la ville sont des plaines cultivées où l'on recueille du blé,...

Informations bibliographiques