Images de page
PDF
ePub

J.-C. A. H

LES MÉRINIDES. (Suite.)

4384 1384

1386 788 El-Ouathec-Mohammed, fils d'Abou-'l-Fadl, fils

d'Abou-'l-Hacen.

J.-C. A. H.

De 776 (4374-5) à 784 (4382-3), Abd-er-Rahman, fils d'Abou-Ifelloucen, fils d'Abou-Ali-Omar, fils d'Abou-Saîd, règne à Maroc.

786 Mouça, fils d'Abou-Einan.

786 El-Montacer, fils d'Abou-'l-Abbas.

4387 789 Abou-'l-Abbas, pour la 2e fois. 4393 796 Abou-Farès, fils d'Abou-'l-Abbas.

Consultez sur les Mérinides:

Tome II, Sanhadja de la 3o race.
Tome III, Les Beni-Ouemannou.
Tome IV, Histoire des Beni-Merîn,

1337

1348

Histoire des Volontaires de la foi,
Les Beni-Rached,

Les Beni-Toudjîn,
Les Beni-Selama.

LES ABD-EL-OUA DITES.

1235-9 633 Yaghmoracen, fils de Zian. 1283 681 Othman, fils de Yaghmoracen. 1303-4 703 Abou-Zian, fils d'Othman. 1308

1348

707 Abou-Hammou I, Mouça, fils d'Othman.

718 Abou - Tachefîn I, Abd-er-Rahman, fils d'AbouHammou.

737 Occupation mérinide.

749 Abou-Saîd-Othman et son frère Abou-Thabet-ezZaïm, fils d'Abd-er-Rahman, fils de Yahya, fils de Yaghmoracen.

1352

753 Abou-Hammou II, Mouça, fils de Youçof, fils d'Abder-Rahman, fils de Yahya. 1386-7 788 Abou-Tachefin II, fils d'Abou-Hammou II. 4393 796 Abou-Zian, fils d'Abou-Hammou.

Les chapitres suivants fournissent des renseignements sur les Beni-Abd-el-Ouad:

Tome III, Les Zenata de la 3o race,

Histoire des Beni-Abd-el-Ouad,

Les Beni-Gommi,

Les Beni-Mendil,

Les Iloumi et les Ouemannou,

Les Maghraoua,

Les Toudjîn,

Les Beni-Rached,

Les Beni-Selama.

Les trois dynasties dont on vient de lire les noms se maintenaient encore debout à l'époque où notre auteur termina son ouvrage. Pour compléter l'histoire de ces peuples, il faut espérer qu'une plume habile continuera le récit d'Ibn Khaldoun, en nous faisant connaître les vicissitudes de fortune qu'ils eurent à subir jusqu'à la conquête de Tunis et de Tlemcen par les Turcs, et jusqu'au renversement du trône des Merinides par les chérifs, ancêtres du souverain actuel du Maroc.

NOTICE BIOGRAPHIQUE D'IBN-KHALDOUN.

Abou-Zeid-Abd-er-Rahman, surnommé Ouéli-'d-Din (ami de la religion), fils de Mohammed, fils de Mohammed, fils de Mohammed, fils d'El-Hacen, fils de etc., etc., fils de Khaldoun 1, appartenait à une noble famille arabe dont l'aïeul, Ouaïl-IbnHodjr, prince de la tribu de Kinda, avait embrassé l'islamisme dans la dixième année de l'hégire 2. Les Kinda habitaient alors le Hadramout, province située dans le Sud de la Péninsule ara

1 Les faits rapportés dans la première partie de cette notice ont été tirés de l'autobiographie d'Ibn-Khaldoun, récit très-curieux dont j'ai publié la traduction dans le Journal asiatique de 1844.

L'histoire d'Ouaïl se trouve dans l'autobiographie; sa conversion à l'islamisme est mentionnée dans l'Essai sur l'histoire des Arabes de M. C. de Perceval.

bique. Khald, surnommé Khaldoun, huitième descendant de Ouail, passa en Espagne avec un détachement de troupes tirées du Hadramout, et se fixa dans Carmona. Vers le milieu du troisième siècle de l'hégire, sa famille alla s'établir à Séville, et pendant longtemps elle fournit à l'Espagne musulmane une suite de généraux habiles et de savants distingués. La puissance des Beni-Khaldoun et la haute influence qu'ils exercèrent dans cette ville se maintint jusqu'à la conquête de l'Espagne par les Almoravides Youçof-Ibn-Tachefin, souverain de ce peuple africain, y détruisit pour toujours la domination de l'aristocratie arabe.

Dans la première moitié du septième siècle de l'hégire, la famille Khaldoun, prévoyant la chute prochaine de Séville que menaçaient déjà les armées de Ferdinand III, roi de Castille, émigra en Afrique, et s'allia par des mariages aux Beni-Azéfi, famille puissante qui habitait Ceuta. El-Hacen, trisaïeul de notre auteur, suivit la fortune de l'émir hafside Abou-Zékérïa2, et mourut à Bône dans la jouissance des bienfaits et des honneurs dont ce monarque l'avait comblé. Son fils, Abou-Bekr-Mohammed, obtint du sultan El-Mostancer, fils et successeur d'AbouZékérïa, les mêmes faveurs et les mêmes avantages dont son père avait été reconnu digne. Employé ensuite par le sultan AbouIshac en qualité de ministre des finances, il déploya une grande habileté dans cette charge importante. L'usurpateur Ibn-AbiOmara lui ôta la vie après avoir confisqué ses biens. Mohammed, fils d'Abou-Bekr et grand-père de notre auteur, remplit avec

1 Plusieurs grandes maisons d'origine arabe adoptèrent de bonne heure l'usage de se distinguer par un nom particulier qui se transmit à leurs descendants. On le choisissait ordinairement dans la liste ancêtrale de la famille, et l'on adoptait celui qui était le moins usité et par conséquent, le plus remarquable. C'est ainsi que l'on disait les Beni-'lDjedd, les Beni-'l-Houd, les Beni-'l-Ghania. Quand tous les noms dans la liste des ancêtres étaient d'un emploi trop général pour servir d'appellation distinctive d'une famille, on en choisissait un, composé de trois lettres radicales, et on y ajoutait la syllabe oun. Ce fut ainsi que se formèrent les noms de Bedroun, Abdoun, Sadoun, Zeidoun, Azzoun, Khaldoun. En Espagne surtout cet usage fut très-répandu.

2 Voyez l'histoire des Hafsides dans cet ouvrage.

distinction les hauts emplois auxquels les sultans Abou-Hafs et Abou-Acida l'avaient successivement élevé. Il mourut en 737 (1336-7). Son fils, Abou-Bekr-Mohammed, s'adonna à l'étude et aux pratiques de la dévotion. Enlevé par la peste terrible qui sévit à Tunis en 749 (1348-9), il laissa trois enfants: Mohammed, Abou-Zeid-Abd-er-Rahman et Abou-Zékérïa-Yahya. L'aîné de ces frères n'a rien fait qui pût transmettre son nom à la postérité; le cadet nous a laissé une histoire de Tlemcen ', et sa triste fin forme le sujet d'un chapitre de l'ouvrage qui a donné au nom de son frère, Abou-Zeid Ibn-Khaldoun, une grande et souvent une juste célébrité parmi les nations chrétiennes et musulmanes.

Abou-Zeid-Abd-er-Rahman Ibn-Khaldoun naquit à Tunis, le 4er Ramadan 732 (fin de mai 1332). Animé, dès sa première jeunesse, de cet amour de l'étude qui le domina pendant toute sa vie, il approfondit de bonne heure les principales sciences cultivées par les docteurs musulmans. Sous la direction des maîtres les plus habiles de sa ville natale, il acquit une parfaite connaissance du texte du Coran, tel qu'il est représenté par les sept éditions de ce livre sacré. Il apprit aussi les Hadith ,ou traditions relatives à Mahomet, célèbre recueil des maximes, sentences et récits qui forme, après le Coran, la principale base de la loi islamique; il travailla en même temps à se rendre maître de la jurisprudence, de l'histoire du Prophète, des chefs-d'œuvre de la littérature arabe et de la philologie de cette langue. Telle fut sa passion pour la culture des lettres, qu'à l'époque où les Mérinides, sous les ordres d'Abou-'l-Hacen, occupèrent la capitale du royaume hafside, il s'empressa aussitôt de travailler sous la dictée de plusieurs savants docteurs que ce monarque y avait amenés dans sa suite. Il était alors âgé de dix-sept ans.

1 M. l'abbé Bargès a donné une notice de cet ouvrage dans le Journal asiatique de 1841 et de 1842. C'est une histoire qui n'est pas dépourvue de mérite; mais elle est bien inférieure aux chapitres sur le même sujet qui se trouvent dans l'histoire des Berbères. En comparant les deux traités ensemble, on reconnaît que notre Ibn-Khaldoun a eu sous les yeux le travail de son frère et qu'il s'est efforcé à rendre le sien plus exacte et plus complet.

2 Voy. ci-après, page 252, note 1.

Ayant perdu à la fois son père et sa mère, qui lui furent enlevés vers cette époque, il chercha des consolations dans l'étude et y consacra encore trois années. « Alors, dit-il, dans son autobio» graphie, je me trouvai savoir quelque chose. »

L'évacuation de Tunis par les Mérinides procura à l'ex-ministre des Hassides, Ibn-Taferaguin, l'occasion d'y relever le trône de cette dynastie. Il fit proclamer sultan le prince Abou Ishac, jeune homme qui n'avait pas encore atteint l'âge de puberté, et il attacha Ibn-Khaldoun au service du nouveau monarque en qualité d'écrivain de l'Alama ou paraphe royal. Cet office consistait à valider tous les écrits du sultan en y traçant en gros caractères une certaine formule qui, dans le cas actuel, se composait des mots : Louange à Dieu; reconnaissance à Dieu.

Ce fut ainsi que le futur historien des Berbères se vit lancé, à l'age de vingt-un ans, dans la carrière épineuse de la politique. La prévoyance dont il donna plus tard des preuves si nombreuses, ne lui fit pas défaut en cette occasion : reconnaissant que le parti d'un souverain encore dans l'enfance ne pouvait résister aux entreprises d'un rival plus âgé et mieux soutenu, il mit en pratique un principe que pendant le reste de sa vie, il n'oublia jamais, savoir : de veiller à ses propres intérêts quand ceux de ses maîtres étaient compromis. Aussi il prit la résolution d'abandonner son emploi le plus tôt que cela lui serait possible et de se rendre à Fez, auprès des savants mérinides dont il avait fait la connaissance à Tunis. En l'an 763 (1352), il quitla celte dernière ville à la suite du sultan Abou-Ishac, el, profitant de la défaite de l'armée tunisienne par celle de Constantine sous les ordres du prince hafside, Abou-Zeid, il s'enfuit de Mermadjenna à Tebessa, d'où il se rendit à Biskera, en traversant la ville de Cassa. De Biskera il se dirigea vers Fez, mais arrivé à El-Bat’ha, sur le Mîna, il y rencontra un officier mérinide de haut rang qui allait s'installer dans le gouvernement de Bougie. Ayant consenti à accompagner ce fonctionnaire, il passa quelques mois dans celte place forte, et, profitant alors du départ d'une députation qui se rendait auprès du sultan mérinide, Abou - Binan, il se mit

« PrécédentContinuer »