Images de page
PDF
ePub

pressement par les Berbères de la province de Tanger, il fixa son séjour dans Oulili (Volubilis) et fonda la dynastie idricide. Le royaume de ses successeurs eut Fez pour capitale et embrassa toutes les provinces qui forment l'empire actuel du Maroc; mais il se morcela bientôt entre plusieurs membres de la famille royale. Attaqués alternativement par les Zîrides et les Omeïades d'Espagne, ces petits princes perdirent leurs états, et le dernier qui restait devint le prisonnier du khalife de Cordoue.

[merged small][ocr errors][merged small]

788-9 172 Idris I, fils d'Abd-Allah, à Oulili. 791-2175 Régence pendant la minorité de son fils. 804 188 Idris II, fils du précédent.

807-8192 Fondation de Fez.

827-9 212 (243) Mohammed, fils d'Idris II. 836 221 Ali, fils de Mohammed.

848-9 234 Yahya, fils de Mohammed. Yahya, fils de Yabya.

Ali, fils d'Omar, fils d'Idris II.

Yahya, fils d'El-Cacem, fils d'Idris II.

904-5 292 Yahya, fils d'Idrîs, fils d'Omar, fils d'Idrîs II. 921-2 309 Il est détrôné et remplacé par Rîhan-el-Ketami. 922-3310 (313) selon Ibn-Khaldoun et l'auteur du Baïan, ElHacen-el-Haddjam, fils de Mohammed, fils d'ElCacem, fils d'Idris II.

924-5 312 Sa mort. 925-6 313 Mouça-Ibn-Abi-'l-Afïa s'empare de Fez. Kennoun, fils de Mohammed, fils d'El-Cacem, fils d'Idris II, règne à Hadjer-en-Nesr.

948-9 337 Sa mort.

Abou-'l-Aïch-Ahmed, fils de Kennoun.

954-5 343 Sa mort.

958-9 347 El-Hacen, fils de Kennoun, à Basra.

974-5 364 Il abdique.

983-4 373 Il ressaisit le pouvoir.

985-6 375 Sa mort et fin de la dynastie.

Sur l'histoire des Idrîcides le lecteur doit consulter :
Tome II, Appendice, Hist. des Idricides,

Idrîcides du Rif,
Les Beni-Hammoud,

Les Beni-Eisam,
Les Beni-Saleh,

Tome III, Les Beni-Zîri-Ibn-Atia,

Les Beni-Khazroun.

Comme les émirs des Miknaça et des Maghraoua avaient travaillé à renverser l'autorité des Idrîcides et étaient même parvenus à exercer alternativement le haut commandement à Fez et cela presque toujours au nom du khalife oméïade, nous donnons ici la liste des chefs qui gouvernèrent ces tribus :

[blocks in formation]

LES BENI-ABI-'L-AFIA (miknaciens),

souverains de Teçoul et, pendant quelque temps, seigneurs de Fez,
de Basra, de Tanger et de Tlemcen.

917-8 305 Messala-Ibn-Habbous s'empare de Fez.

925-6 313 Son cousin, Mouça, fils d'Abou-'l-Afïa, occupe Fez. 938-9 327 Medîn, fils de Mouça, à Fez. 952-3344 (ou 328) mort de Mouça. 961 350 Mort d'Ibrahîm, fils de Mouça. 970-1360 Mort d'Abd-Allah, fils d'Ibrahim. 973-4 363 Mort de Mohammed, fils d'Abd-Allah. 1014-5 405 Mort d'El-Bouri, fils de Mouça.

J.-C. A. H.

1071-2 464 (?) El-Cacem, fils de Mohammed, fils d'Abd-erRahman, fils (?) d'Ibrahîm, fils de Mouça, est détrôné par Youçof-Ibn-Tachefin, l'almoravide.

LES MAGHRAOUA DU MAGRREB, émirs de Fez.

Ziri-Ibn-Atia.

1001

394 Remplacé par son fils El-Moëzz. 4026 417 Hammama, cousin d'El-Moëzz et fils d'El-Moëzz

Ibn-Atïa. 1039 431 Dounas, fils de Hammama. 1059 454 El-Fotouh, fils de Dounas. 4065 457 Moannecer, fils de Zîri-Ibn-Atïa. 1067-8 460 Temîm, fils de Moannecer. 1069-0 462 Prise de Fez par Youçof-Ibn-Tache fin.

L'histoire des Miknaça se trouve dans le tome I, et celle des Maghraoua dans le tome III.

[ocr errors]

Passons maintenant aux Fatemides et à leurs successeurs, les Zirides; mais, d'abord, pour faire comprendre le prompt établissement de l'autorité fatemide et l'apparition subite de cette dynastie, il nous sera nécessaire de rappeler ici le grand dogme de la secte chsite. Parmi les partisans d'Ali il s'en trouvèrent plusieurs qui, non-seulement maintenaient ses droits à l'imamat ou commandement temporel et spirituel de tous les musulmans, mais qui croyaient, comme article de foi, que cette dignité devait rester pour toujours dans sa postérité. Empruntant alors l'opinion que les anciens Persans entretenaient au sujet de leurs rois, ils enseignaient l'incarnation de la Divinité dans la personne de l'imam. Lors de la disparition mystérieuse de leur douzième imam, qui était un dixième descendant d'Ali, ils se persuadèrent qu'il reparaîtrait plus tard, afin d'établir l'ordre sur la terre et d'y faire régner l'islamisme.

Cette secte se propagea dans tous les pays musulmans par le moyen d'émissaires qui organisèrent des sociétés secrètes dans le but de soutenir l'imam que l'on attendait. Ce fut déjà par de semblables moyens que les Abbacides étaient parvenus à former le puissant parti qui les plaça sur le trône. Comme l'imam tant attendu (el-montader) n'arrivait pas, une autre secte sortit de celle-ci et enseigna que c'était le Mehdi ou etre dirigé qui devait venir pour guérir les maux de l'islamisme. Selon les partisans de cette croyance, le Mehdi serait un descendant d’Ali, autre que l'imam attendu.

Les semences de cette doctrine se répandirent dans toutes les parties de l'empire, même dans les pays qui composent la province actuelle de Constantine. Les Ketama, tribu berbère qui habitait cette région, s'attendait à la venue du Mehdi, quand un missionnaire se présenta chez eux en se déclarant précurseur de l'imam dirigé. Bientôt il appela ce peuple aux armes, renversa la dynastie des Aghlebides, et porta sur le trône un descendant d'Ali et de Patema. Telle fut l'origine de la dynastie futemide.

J-C.

909

934

946

953

972

[blocks in formation]

296 Obeid-Allah, le Mehdi.

322 Abou-'l-Cacem-el-Caïm, fils d'Obeid-Allah.
334 Ismaïl-el-Mansour, fils d'Abou-'l-Cacem.
344 El-Moëzz-Mâdd, fils d'Ismaïl.

362 Il transporte en Egypte le siége du khalifat.

El-Caïm, fils et successeur du Mehdi, rencontra un ennemi redoutable dans Abou-Yezîd, de la tribu des Beni-Ifren. Ce fanatique avait été initié aux doctrines kharedjites à Touzer, ville du Djerîd tunisien, et de même que tous les membres de cette secte, il avait puisé, dans les enseignements de ses maîtres, une haine implacable contre les descendants d'Ali. Ayant levé l'étendard de la révolte, il obtint l'appui de plusieurs tribus berbères que le gouvernement fatemide avait indisposées par sa tyrannie et par les exigences de ses doctrines religieuses. El-Caïm fut défait dans plusieurs batailles et dut enfin s'enfermer dans ElMehdïa, sa capitale, où il mourut assiégé. Son fils, El-Mansour, défit les troupes d'Abou-Yezîd, s'empara de leur chef et raffermit ainsi la puissance de sa famille. Son fils et successeur, El-Moëzz, enleva Fez aux Idrîcides, Sidjilmessa aux Beni-Midrar, Nokour à la famille Saleh, et passa ensuite en Egypte où il établit définitivement le trône de son empire. Il laissa en Afrique pour lieutenant un chef sanhadjien, nommé Bologguîn-Ibn-Ziri, qui avait servi sous ses ordres.

Pour l'histoire des Fatemides on pourra lire :

Tome I, Les Beni-Midrar,

Les Beni-Abi-'l-Afïa.

Tome II, Appendice, Hist. des Fatemides,

Tome III, Les Beni-Ifren,

Les Maghraoua,
Les Azdadja.

Bologguin transmit à son fils El-Mansour, le gouvernement des provinces que les Fatemides avaient confiées à sa garde. Son arrière petit-fils, El-Moëzz, répudia l'autorité de cette dynastie, rétablit dans ses états la religion orthodoxe et y fit proclamer la suprématie du khalife de Baghdad. Le gouvernement fatemide se vengea de cette usurpation en lançant contre l'Afrique septentrionale une horde d’Arabes nomades qui se répandit dans toutes les parties de ce pays en y portant le ravage et la dévastation.

Ce fut ainsi qu'une nouvelle population arabe remplaça, dans la Mauritanie, celle que la conquête musulmane y avait implantée et qui s'était totalement éteinte vers l'époque où El-Moëzz transporta en Egypte le siége de son empire. Ainsi, toutes les populations arabes qui habitent maintenant l'Afrique, tirent leur origine de quelques tribus qui envahirent ce pays vers le milieu du onzième siècle de notre ère.

A cette époque l'empire de Bologguin s'était partagé entre deux branches de sa postérité : les Zirides qui régnèrent en Ifrîkïa, et les Hammadites qui possédèrent les provinces de Constantine et de Bougie. Ceux-ci résistèrent vigoureusement aux Almoravides, peuple qui venait de renverser l'autorité des Maghraoua à Fez; mais les Zirides laissèrent tomber leurs états au pouvoir de Roger II, roi de Sicile.

[blocks in formation]
[ocr errors]

972 362 Bologguin-Youçof, fils de Zîri.
984 373 El-Mansour, fils de Bologguin.
996 385 Badîs, fils d'El-Mansour.
1016 406 El-Močzz, fils de Badis.
1062 454 Temim, fils d'El-Moëzz.
1107-8 504 Yahya, fils de Temim.
4116 509 Ali, fils de Yahya.
1121-2 515 Hacen, fils d'Ali.
1448-9543 Détrôné par les Siciliens.

« PrécédentContinuer »