Images de page
PDF
ePub

Le tableau suivant représente la filiation des tribus descendues

de Bernès.

Guezoula
Lamta

Aureba.
Sanhadja.
Azdadja.

[Masmouda] Ghomara. Mestaça.

Calden

[ocr errors]

Bel.
Comsana.
Ourstlf.
Blata.

Meld

[ocr errors]

Quaeil.
Melila.
Mesrata.
Ourfel.
Satat.

[blocks in formation]

Keba
Zemmor.
Maoués.
Mesrai.

généalogistes tant berbères qu'arabes au sujet

Opinions des da l'origine de cette race. Réfutation de ces opinions. Les Berbères sont les enfants de Canaan, fils de Cham, fils de Noé. Description de l'Afrique septentrionale, pays des Berbères. - Caractère de cette race; ses bonnes qualités, ses hommes illustres. Esquisse de l'histoire des Berbères sous la domination des khalifes de l'Orient; leurs guerres avec les émirs arabes. - Histoire des tribus appartenant à la branche de Madghis: les Nefouça, les Nefzaoua et leurs ramifications, les Beni-Faten, les Zouaoua, les Ourstif, dont une branche, les Miknaça, a fourni deux dynasties : les Beni-Ouaçoul, ou Midrarides, à Sidjilmessa, et les Beni-Abi-'l-Afïa, à Teçoul. -Histoire de ces deux familles. -La branche de Zenata ayant produit plusieurs dynasties, l'auteur l'a déplacée d'ici pour lui consacrer la dernière moitié du livre. Histoire des tribus issues de la souche de Bernès : les Hoouara, les Azdadja, les Mestaça, les Adjîça, les Aureba, les Ketama, les Sedouîkich, les Beni-Thabet. Sanhadja de la première race: histoire de la dynastie des Zîrides, de celle des Hammadites, des Zîrides de Grenade, et de plusieurs petites dynasties africaines de la même époque, telles que les Beni-Khoracan à Tunis, les Beni-'r-Rend à Cafsa, les Beni-Djamê, famille arabe hilalienne à Cabès, les Beni-Matrouh à Tripoli. Occupation de plusieurs villes de la côte par les Normands de la Sicile. —

[ocr errors]
[ocr errors]

Adjlça.

Heskoura.
Ketama
Masmouda.

Sanhadja de la deuxième race, appelés Sanhadja au litham, ON voile, et Almoravides: histoire abrégée de cette dynastie et de şes conquêtes en Afrique et en Espagne. Histoire des princes de la famille Ghania, parents de la famille royale des Almoravides voulant relever l'empire de leurs aïeux, ils quittent le Maïorque, passent en Afrique et font la guerre aux Almohades pendant un grand nombre d'années. Histoire des rois nègres qui gouvernaient les contrées situées au-delà des déserts occupés par les tribus au litham.— Histoire des Lamta, des Guezoula, des Heskoura, etc. - Sanhadja de la troisième race, appelés aussi Zanaga, établis dans le Maghreb. -Histoire des tribus masmoudiennes, des Berghouata, des Ghomara, etc. - Notice des Beni-Eisam, seigneurs de Ceuta, et des Beni-Saleh, seigneurs de Nokour. Histoire de Ha-mîm, faux prophète qui se montra chez les Ghomara. Histoire des Hammoudites de Ceuta et Tanger, et des autres familles idricides établies dans le pays des Ghomara. L'Atlas et ses populations masmoudiennes. — Histoire d'Ibn-Toumert, le Mehdi, fondateur de la secte et de l'empire des Almohades. Histoire chronologique des princes de cette dynastie, et notice très-détaillée des souverains hafsides. -La première moitié de l'Histoire des Berbères se termine par une série de notices qui ont pour sujet les Beni-Mozni, seigneurs de Biskera, les Beni-Yemloul, seigneurs de Touzer, les BeniKhalf, seigneurs de Nefta, les Beni-Maniâ d'El-Hamma, les BeniMekki de Cabes et les Beni-Thabet de Tripoli.

[ocr errors]

[ocr errors]

Le lecteur aura déjà remarqué sur le tableau des tribus issues de Dari que les généalogistes représentent les Zenata comme descendus de Dari et de Madghis. L'auteur a toutefois regardé cette grande famille comme une race distincte de la population berbère, et, pour cette raison, il a préféré en traiter l'histoire dans un volume à part. Nous trouvons, pour cette raison, que la seconde moitié de l'Histoire des Berbères est consacrée aux tribus zenatiennes et aux dynasties qu'elles ont fondées. La généalogie de ces tribus est rapportée par des savants de leur nation et par un historien arabe, Ibn-Hazm, dont Ibn-Khaldoun estime beaucoup l'autorité. Bien que l'arbre généalogique donné par Ibn-Hazm différe en quelques points de celui des antiquaires berbères, il a été reçu comme exact par notre auteur et nous le reproduisons ici:

[blocks in formation]
[ocr errors]

Dans les premiers chapitres de cette section, Ibn-Kbaldoun traite de la généalogie de Djana ou Chana, père des Zenata, et de l'origine de son nom. Il donne aussi la filiation des tribus qui regardent Djana comme leur ancêtre, et, passant ensuite à l'histoire de ces peuples, il commence par celle des Djeraoua et raconte les guerres et la mort de la Kahena. Ensuite il traite des anciens Ifrenides, de leur chef, le célèbre Abou-Corra, seigneur de Tlemcen, et d'un autre chef également célèbre, Abou-Yezid, l'adversaire des Fatemides. L'empire fondé par les Ifrénides à Salé attire alors son attention ainsi que celui qu'Abou-Nour, prince ifrénide, établit à Ronda, en Espagne. Il termine l'histoire de cette tribu par une courte notice des Merendjîsa, une de ses branches, et ensuite il nous fait connaître l'état de la grande tribu des Maghraoua pendant les premiers siècles de l'islamisme. Racontant alors l'hisioire de leur chef, Zîri-Ibn-Alïa, il fait celle de la dynastie qu'il fonda à Fez dans le 4° siècle de l'hégire. -Une autre branche, de la même famille, les Beni-Khazroun, règne à Tripoli, vers la même époque, et une troisième branche, les Beni-Khazer, s'établità Tlemcen. — Un court chapitre renferme l'histoire des émirs qui commandaient à Aghmat, lors de l'apparition des Almorarides, et le chapitre suivant renferme l'histoire des Righa, des Laghouat et des Beni Ouerra, tribus maghraouiennes. Ensuite se trouve la notice de plusieurs autres branches de la

B

[ocr errors]

grande famille zenatienne telles que les Beni-Irnîan, les Oudjedidjen, les Ouaghmert ou Ghomra, les Ouargla, les Demmer, les Beni-Berzal, les Beni-Ouemannou et les Beni-Iloumi. Les deux derniers peuples habitaient les contrées qui forment aujourd'hui la province d'Oran, et ils y exercaient une espèce de souveraineté à l'époque où Abd-el-Moumen, premier sultan de la dynastie almohade, envahit cette région. Bientôt après ils en furent dépossédés par les Beni-Toudjîn et forcés de se jeter dans le Désert. L'auteur parle ensuite de plusieurs villes et localités du Désert et fait mention des puits ariésiens que l'on creusait dans les pays du Sud, depuis Touat jusqu'au Righ (Ouud-Rir). — Passant alors aux Zenata de la seconde race, tribus descendues de Ouacin, il raconte l'histoire de ces peuples jusqu'à l'époque ou ils sondèrent des dynasties en Maghreb. — Le chapitre suivant est consacré à la puissante famille maghraouienne, les Aulad-Mendil

, qui régna dans la vallée du Chelif à l'époque ou Yaghmoracen, chef des Abd-el-Ouadites, établit le siège de son empire à Tlemcen. Reprennant alors l'histoire des tribus ouacinides, il passe aux BeniAbd-el-Ouad et à leurs souverains. Cette notice remplit plusieurs chapitres et peut être regardée comme celle où Ibn Khaldoun déploie tout son talent comme historien. Une notice des Beni-Gommi, tribu abd-el-ouadite , termine l'histoire de ce peuple. Ensuite viennent plusieurs tribus ouacinides, telles que le Beni-Rached, les Beni-Toudjîn, tribu maîtresse du Ouancherîch, les BeniSelama, peuplade établie à Taoughzout, et les Beni-Irnaten, branche toudjinide, qui habitait le Seressou.- L'histoire d'une autre tribu issue de Ouacin, celle des Beni-Merin, souverains de Fez et de Maroc, remplit un grand nombre de chapitres, dont ceux qui racontent les expéditions de ce peuple en Espagne, ne sont pas les moins importants,

- L'ouvrage se termine par des notices de quelques membres de la famille royale mérinide qui commandèrent les Volontaires de la foi, corps de troupes zénatiennes employé au service des souverains de Grenade dans leurs guerres contre les Chrétiens.

Outre les chapitres que nous avons iodiqués, on y en trouve plusieurs autres d'une moindre importance dont quelques-uns renferment des notices biographiques des divers hommes d'état dont les noms figurent dans les pages de notre histoire.

Nous allons maintenant indiquer la succession de ces dynasties et l'ordre dans lequel les chapitres de ce livre devront être lus, quand on voudra suivre chronologiquement l'histoire du pays. .

DYNASTIES MUSULMANES DE L'AFRIQUE SEPTENTRIONALK.

[ocr errors]

L'islamisme avait commencé à étendre ses conquêtes au dehors de l'Arabie, vers l'époque où la domination byzantine s'éteignait dans l'Afrique septentrionale. Affaiblie par le schisme des Donatistes et par les fréquentes révoltes des indigènes, brisée ensuite par les Vandales, l'autorité des Césars y avait reçu un coup fatal ; et, bien qu'elle fût relevée par l'habileté de Bélisaire, et soutenue pendant quelques années par les armes de Salomon et de Jean Troglita, elle penchait maintenant vers sa ruine définitive. Les populations de langue latine s'étaient concentrées aulour de leurs places forles, après avoir abandonné leurs riches campagnes aux Berbères ; plusieurs villes de premier rang venaient d'être évacuées, et depuis l'an 618, l'importante province de la Tingitane était tombée au pouvoir des Goths d'Espagne. En l'an 645-6, le patrice Grégoire, préfet de l'Afrique, usurpa la pourpre et s'établit à Suffetula , dans la partie de la Byzacène qui avait le moins souffert de tant de révolutions ; pendant que Carthage, capitale de la province, et les autres villes de la Zeugitane, restaient fidèles à l'empire.

Tel était l'état de l'Afrique septentrionale quand les Arabes, après avoir effectué la conquête de l'Egypte (an 641), occupèrent la Cyrénaïque (an 642), et, une année plus tard, soumirent la Tripolitaine. En 646-7, ils envahirent l'Ifríkra sous la conduite d'Abd-Allah-Ibn-Såd, tuèrent l'usurpateur Grégoire et s'emparèrent de Suffetula. Malgré cette victoire, ils ne se crurent pas assez forts pour conquérir le reste du pays, et consentirent à évacuer la province, moyennant une forte contribution d'argent. Vingt années plus tard, ils y reparurent encore, et leur chef Moaouïa-Ibn-Hodeidj, s'empara d'Usalitanum (Djeloula). Son successeur, Ocba, posa, à quelques lieues de cette ville, les fondements de Cairouan, future capitale de l'Afrique musulmane, et porta les drapeaux du khalifat au-delà du Fezzan, et ensuite jusqu'à l'Océan Atlantique.

Pendant ce temps, les Berbères n'avaient vu dans les Arabes

[ocr errors]
« PrécédentContinuer »