Ménage et finances de Voltaire: avec une introduction sur les moeurs des cours et des salons au XVIIIe siècle, Volume 9

Couverture
E. Dentu, 1854 - 412 pages
1 Commentaire
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 219 - Je vous vois accabler un homme de caresses, Et témoigner pour lui les dernières tendresses; De protestations, d'offres et de serments Vous chargez la fureur de vos embrassements ; Et, quand je vous demande après quel est cet homme, A peine pouvez-vous dire comme il se nomme: Votre chaleur pour lui tombe en vous séparant, Et vous me le traitez, à moi, d'indifférent.
Page 219 - Non, non, il n'est point d'âme un peu bien située Qui veuille d'une estime ainsi prostituée...
Page 219 - Ces obligeants diseurs d'inutiles paroles, '', Qui de civilités avec tous font combat, Et traitent du même air l'honnête homme et le fat.
Page 110 - Savoie au delà du lac, couronnées des Alpes qui s'élèvent jusqu'au ciel en amphithéâtre; enfin, une maison où je ne suis incommodé que des mouches au milieu des plus rigoureux hivers.
Page 180 - Ce qu'on nomme libéralité n'est le plus souvent que la vanité de donner, que nous aimons mieux que ce que nous donnons.
Page cxxii - Le plus difficile sera fait quand la philosophie sera délivrée des grands grenadiers du fanatisme et de l'intolérance; les autres ne sont que des cosaques et des pandours qui ne tiendront pas contre nos troupes réglées.
Page 219 - Lorsqu'un homme vous vient embrasser avec joie, II faut bien le payer de la même monnoie, Répondre comme on peut à ses empressements, Et rendre offre pour offre et serments pour serments.
Page 112 - Que tout plaît en ces lieux à mes sens étonnés! D'un tranquille océan l'eau pure et transparente Baigne les bords fleuris de ces champs fortunés; D'innombrables coteaux ces champs sont couronnés. Bacchus les embellit ; leur insensible pente Vous conduit par degrés à ces monts sourcilleux Qui pressent les enfers et qui fendent les cieux.
Page 219 - Je veux qu'on soit sincère, et qu'en homme d'honneur On ne lâche aucun mot qui ne parte du cœur.

Informations bibliographiques