Images de page
PDF
ePub

mourut criblé de coups de lance. Son corps fut porté à Tunis pour y être enterré.

Quant à Abd-el-Hack, il trouva chez Abou-Tachefin un excellent accueil, et sachant combien ce prince ambitionnait la conquête de l'empire hafside, il ne manqua pas de l'encourager dans cet espoir. Bientôt après, Hamza-Ibn-Omar et d'autres grands personnages de la tribu de Soleim vinrent, selon leur habitude, solliciter des secours, et Abou Tachefîn consentit à leur en fournir, pourvu qu'ils reconnussent pour leur souverain Mohammed-Ibn-Abi-Amran. Reprenons l'histoire de ce person

nage.

Le sultan Ibn-el-Lihyani avait laissé Ibn-Abi-Amran à Tripoli en qualité de gouverneur. En l'an 721, après la défaite d'AbouDarba et la ruine de son parti, les Arabes mirent Ibn-AbiAmran à leur tête et allèrent s'emparer de la capitale ; mais, huit mois plus tard, ils se virent forcés de l'évacuer en conséquence de l'approche du sultan [Abou-Yahya-Abou-Bekr]. Leur protégé s'en retourna à Tripoli, d'où il fut ensuite expulsé par les habitants, en l'an 724 (1324). Accueilli encore par les Arabes, il fit avec eux plusieurs incursions dans les territoires du sultan ; mais chacune de ces tentatives fut suivie d'une défaite. Ensuite il se fixa à Tlemcen, sous la protection d'Abou-Tachefîn qui le traita avec beaucoup d'égards et lui fit une pension. En l'an 729 arriva la députation dont nous venons de parler, et le sultan abd-el-ouadite mit alors le prince réfugié en avant, comme prétendant au trône de l'Ifrîkïa. Il fournit à ces chefs un corps de troupes zenatiennes commandé par Yahya-Ibn-Mouça, un de ses intimes et ancien serviteur de son père. Abd-el-Hack-IbnOthman les accompagna, suivi de ses fils, ses parents, ses affranchis et ses domestiques, tous gens habitués aux combats et aux dangers. Pendant qu'ils marchaient sur Tunis, le sultan [Abou-Yahya-Abou-Bekr] sortit pour leur livrer bataille. Vers la fin de l'année 729, les deux armées se rencontrèrent à Rîas, dans le pays des Hoouara. Après un combat acharné, les troupes du sultan furent mises en pleine déroute; ce prince lui-même fut entouré par l'ennemi et ne put s'en dégager qu'à grand'peine,

tant il fut affaibli par une blessure reçue dans la mêlée. Parmile grand nombre d'officiers et de domestiques qu'il laissa morts sur le champ de bataille, on cita particulièrement Mohammedel-Mediouni. Son camp fut livré au pillage, et ses fils, Ahmed et Omar, tombèrent entre les mains des vainqueurs. On emmena ces princes à Tlemcen où ils restèrent pendant quelque temps; mais Abou-Tachefîn, ayant conçu le désir de mettre un terme aux hostilités, les renvoya à leur père avec un ambassadeur portant des propositions de paix. Les premières avances à un raccommodement furent ainsi faites par le souverain de Tlemcen, mais elles n'amenèrent aucun résultat.

Après cette bataille, Ibn-Abi-Amran marcha sur Tunis et en prit possession dans le mois de Safer 730 (nov.-déc. 1329); mais il y resta sans autorité et se vit exclu de l'exercice du pouvoir par Yahya-Ibn-Mouça, le général abd-el-ouadite. Quand cet officier s'en retourna auprès de son souverain, le sultan AbouYahya-Abou-Bekr quitta Constantine à la tête des nouvelles levées qu'il venait d'organiser en corps d'armée, et prit la route de Tunis. Par cette démonstration, il força Ibn-Abi-Amran à prendre la fuite, et, dans le mois de Redjeb de la même année (avril-mai 1330), il rentra dans sa capitale.

UNE AMBASSADE HAFSIDE SE REND A LA COUR MÉRINIDE POUR LA POUSSER A LA GUERRE CONTRE LES

BENI-ABD-EL-QUAD.

LIANCE MATRIMONIALE ENTRE LES DEUX DYNASTIES.

AL

Après la bataille de Rîas, le sultan Abou-Yahya-Abou-Bekr se réfugia dans la ville de Bône d'où il se rendit à Bougie par mer. Réduit à la dernière extrémité par les attaques incessantes des Beni-Abd-el-Ouad, par leurs incursions dans ses états et par leur persistance à vouloir réduire la ville de Bougie, il résolut d'envoyer une ambassade au sultan [mérinide] Abou-Saîd, roi de Maghreb, afin de rappeler au souvenir de ce prince la bonne harmonie qui avait régné autrefois entre leurs familles, et les nombreux motifs de haine et de vengeance qui devaient animer

les Beni-Merîn contre les Beni-Abd-el-Ouad. Pour se mettre à l'abri de l'inimitié que ceux-ci lui avaient vouée, il ne vit d'autre ressource que de leur attirer l'hostilité du gouvernement mérinide. Il choisit pour cette mission son fils, l'émir AbouZékérïa, auquel il donna pour conseiller et orateur d'ambassade le cheikh almohade Abou-Mohammed-Ibn-Tafraguîn. Les deux envoyés s'embarquèrent à Bougie et allèrent descendre au port de Ghassaça. Leur arrivée produisit une grande sensation dans le Maghreb, et le souverain de ce pays s'empressa de leur accorder la réception la plus honorable et l'hospitalité la plus magnifique. Il consentit aussi à faire la guerre aux Beni-Abd-el-Ouad moyennant la coopération des Hafsides, et il convint avec ces envoyés qu'à un jour fixe il se trouverait avec son armée sous les murs de Tlemcen et que leur sultan s'y trouverait aussi avec la sienne.

Déjà, en l'an 721 (1321), Abou-Saîd avait envoyé Yahya-erRendahi, commandant de la flotte de Ceuta, auprès du sultan Abou-Yahya-Abou-Bekr, avec la mission de lui proposer un prince mérinide pour gendre; mais, à cette époque, le souverain hafside était tellement occupé par la révolte d'Ibn-Abi-Amran qu'il lui fut impossible de prendre cette demande en considération. Plus tard, ce projet fut repris, et Abou-Saîd désigna IbrahîmIbn-Abi-Hatem-el-Azéfi comme son représentant auprès du sultan hafside. Cet agent diplomatique partit avec les membres de l'ambassade et arriva à Tunis vers la fin de l'an 730 (sept.-oct. 1330). Ce fut justement à l'époque où Abou-Yahya-AbouBekr venait de venger sa défaite et de chasser ses ennemis de la capitale, que cette ambassade revint combler son bonheur et lui annoncer que le sultan du Maghreb allait marcher contre Tlemcen. Ibrahim-el-Azéfi lui demanda alors la main d'une de ses filles l'émir Abou-'l-Hacen, fils du sultan Abou-Said, et obtint celle de Fatema, sœur germaine d'Abou-Zékérïa, du même émir qui s'était rendu auprès du souverain mérinide en qualité d'ambassadeur. En 731, on embarqua la princesse sous la conduite d'Abou-'l-Cacem-Ibn-Ottou, cheikh almohade, et du saint ascétique Mohammed-Ibn-Soleiman. Elle fut reçue en Maghreb avec

pour

de grands honneurs et les plus vives démonstrations de tendresse et d'affection. Les fiançailles, les fêtes, la procession et le festin de noces furent dignes de la grandeur des deux empires et produisirent un effet dont le souvenir dure encore.

LE SULTAN ABOU-YAHYA-ABOU-BEKR PART POUR LE MAGHREB. RETRAITE DES ABD-EL-QUADITES ET DESTRUCTION DE TEMZEZDEKT.

En l'an 731 (1331), à la suite des événements que nous venons de raconter, eut lieu la mort d'Abou-Saîd, sultan du Maghreb, et l'avènement de son fils] Abou-'l-Hacen. Le nouveau souverain fit inviter Abou-Tachefin à mettre un terme aux hostilités qui désolaient le pays des [Hafsides-]Almohades, et, ayant reçu de ce prince un refus très insolent, il se mit en campagne, l'an 732, afin de le châtier et de secourir ses alliés. Pendant qu'il pressait sa marche à travers les contrées qui le séparaient de Tlemcen, l'armée abd-el-ouadite quitta les environs de Bougie pour rejoindre son sultan. Abou-'l-Hacen se détourna alors de Tlemcen et poussa en avant afin de reconnaître la position des choses à Bougie et de paralyser les efforts du corps d'armée qui maintenait le blocus de cette place forte. D'après son ordre, un détachement, commandé par Mohammed-el-Botouï, s'embarqua à Oran pour la ville assiégée. Ce renfort y fut reçu avec les honneurs militaires et obtint du gouvernement hafside la solde et les rations.

Le sultan Abou-Yahya-Abou-Bekr, ayant été invité par le sultan Abou-'l-Hacen à se mettre en campagne et à prendre part au siège de Tlemcen, ainsi que cela avait été convenu avec l'émir Abou-Zékérïa, commença à réorganiser son armée et à faire les préparatifs nécessaires pour cette expédition. Pendant l'espace d'un mois, Abou-'l-Hacen l'attendit à Teçala, et la saison des pluies était tout à fait passée quand il reçut la nouvelle que son frère, Abou-Ali, seigneur de Sidjilmessa, venait d'envahir le Derâ, au mépris de son serment de fidélité, et qu'il avait fait mourir le gouverneur de cette province. Après s'être fait donner

le gouvernement de Sidjilmessa par son père, ce prince avait fait un traité avec Abou-'l-Hacen, traité dans lequel il prit l'engagement de ne pas attaquer le Derâ et de se contenter de la province qu'il possédait déjà. La nouvelle de cette révolte obligea le sultan à rentrer en Maghreb pour y rétablir l'ordre.

Le sultan Abou-Yahya-Abou-Bekr partit enfin de Tunis, à lá tête d'une armée nombreuse et parfaitement équipée. Arrivé à Bougie, il chargea son avant-garde d'expulser les Abd-el-Ouadites des forts dont ils avaient cerné la ville; puis il mena toute son armée contre Temzezdekt. La garnison évacua la place à son approche et permit aux troupes hafsides de la ruiner de fond en comble. Les trésors et les armes que l'on y avait amassés devinrent la proie du vainqueur. De là, le sultan marcha sur El-Mecîla, ville tout aussi réfractaire que Temzezdekt, et séjour ordinaire de la famille des Seba-Ibn-Yahya, chefs des Douaouida.

Le commandement des Douaouida se partageait alors entre Soleiman, fils d'Ali-Ibn-Sebâ, Yahya, frère de Soleiman, Othman-Ibn-Sebâ, leur oncle, et Said, fils d'Othman. Ces chefs avaient entraîné la tribu entière dans le parti du souverain de Tlemcen et donné toutes les facilités au passage des troupes qui venaient occuper ou dévaster les provinces de l'empire hafside. Pour les récompenser de ce service, Abou-Tachefîn avait ajouté à leurs possessions la ville d'El-Mecîla et les montagnes de Metennan, de Ouannougha et d'Aïad.

Quand le sultan hafside eut dispersé l'armée abd-el-ouadite, détruit les forts qui incommodaient Bougie et rendu à cette ville les provinces qu'elle avait perdues, il se dirigea vers le pays des Douaouida. Son intention était de reprendre les districts qu'on lui avait enlevés et d'y rétablir son autorité. Le projet de cette expédition avait été hautement approuvé par Ali-Ibn-Ahmed, chef des Aulad-Mohammed, famille rivale et ennemie des AuladSebâ, sur lesquels elle avait à venger la mort de plusieurs de ses membres. Arrivé à El-Mecîla, il en abattit les murailles et y porta la dévastation. Il était encore dans cette ville, quand on vint lui annoncer qu'Abd-el-Ouahed, fils du sultan AbouYahya-el-Lihyani, marchait sur Tunis.

« PrécédentContinuer »