Images de page
PDF
ePub

EN-NACER ENTREPREND LA GUERRE SAINTB.

En-Nacer, apprenant que les chrétiens s'étaient emparés de plusieurs forteresses (aux environs) de Valence, en ressentit de vives inquiétudes et s'adressa, par écrit, au cheikh Abou-Mohammed le hafside, pour avoir son avis sur la nécessité de recommencer la guerre sainte. Bien que la réponse de ce chef

. fut défavorable au projet, En-Nacer quitta Maroc, l'an 607 (1210-1), et, s'étant rendu à Séville, il y établit son quartier

y général et fit ses préparatifs pour entrer en campagne. Après avoir envahi le territoire du fils d'Alphonse, il prit le château de Salvatierra; mais, trouvant ensuite que la neige avait bloqué le chemin qu'il s'était proposé de suivre, il laissa au roi chrétien le temps de faire le siége de Calatrava. Youçof-Ibn-Cades, le commandant de cette place, se vit enfin réduit à une telle extrêmité, qu'il dut la remettre à l'ennemi pour obtenir une suspension des hostilités 1. Etant ensuite allé se présenter devant En-Nacer, il fut mis à mort par l'ordre de ce monarque.

En-Nacer conduisit alors son armée à El-Ocab 2, localité où le roi chrétien, soutenu par le roi de Barcelonne, se tenait prêt à le recevoir. Dans cette rencontre, qui eut lieu vers la fin du mois

Eo parlant de la prise de Calatrava, El-Merrakchi dit : « Alphonse » se vit alors abandonner par un grand nombre d'Européens (roum), o parce qu'il les empêcha de luer les musulmans qui élaient dans la » forteresse. Eu le quittant, ils lui dirent : Tu pous a fait venir ici pour » prendre des villes et tu nous empêches de piller et de faire mourir » les musulmans. Donc, nous u'avons pas de motifs pour rester avec > toi. » Dans Ferreras, vous lisoos que les Ultramontains (c'est-àdire les Français), formant une armée de dix mille maîtres et de quarapte mille fantassios, abaodoppèrent les Espagnols parce qu'on n'avait pas livré Calatrava au pillage.

? El-Ocab ou Hisn-el-Ocab (cháteau de l'Aigle) est appelé, dans le Cartas, Hisn-el-Ocban (château des Aigles). El-Merrakchi écrit ce nom El-Eicab, mot qui sigoîfie punition. Les chrétiens désignent cette balaille par le nom de bataille de las Navas.

[ocr errors]

de safer 609 (juillet-août 1 212)", les musulmans essuyèrent une défaite totale e, après y avoir déployé la plus grande bravoure, et

[ocr errors]

+ Cette bataille se livra le 15 Safer (17 juillet), selon l'auteur du Cartas; le lundi, 15 Safer, selon El-Merrakchi; le 16 juillet, selon les auteurs chrétiens,

9 El-Merrakchi dit que la perte de cette bataille doit être attribuée au méconteotement des troupes almohades qui n'avaient pas touché leur solde pendant toule cette campagoe, bien qu'elles y avaient droit tous les quatre mois. « Plusieurs d'entre eux m'ont assuré, dit-il, que pas un ► d'eux ne tira l'épée ni mit lance en arrêt; qu'ils ne firent aucun pré

paratif et qu'ils tournèrent lous le dos à la première charge des Francs, et cela avec intention. »

Ibo-Abi-Zerâ, l'auteur du Cartas, donde de longs délails sur celle campagne. Selon lui, Eo-Nacer entreprit d'abord le siége de Serbetera (Salvatierra), mit quarante catapultes ou mangonneaux (mendjanec) en batterie pour foudroyer la place, et il y resla si longtemps que des hirondelles firent leurs nids et élevèrent leurs petits dans son pavillon. L'hiver commeaça, le froid devint excessif, les approvisioncements du capup s'épuisèrent et le sullan ne bougea pas. Il s'était laissé diriger par son vizir Ibo-Djame, homme de basse naissance, qui le tenait en ude ignorance complèle de tout ce qui se passait ailleurs et qui lui cacha surtout l'état dans lequel se trouvait la ville de Calatrava. IbnCadės, l'officier maure-espagnol qui y commandait, eut beau envoyer demander des secours, le vizir supprima ses lettres et permit aux chrétiens de se reodre maîtres de la place. Ibo-Cadės capitula, après avoir épuisé ses vivres et ses flèches, et se rendit au camp d'En-Nacer qui le fit mourir d'après le conseil d'Ibn-Djamê. Les troupes mauresespagnoles qui se trouvaient avec le sultan en furent indignées, et, comme Ibn-Djame les avaient publiquement insultées, elles prirent la résolution de se venger : au jour de la bataille d'El-Ocab, elles laisséreot lailler en pièces le corps des volontaires qui avaient donné sur les chrétiens. Voyant alors l'ennemi s'avancer, elles reculèrent en désordre et opérèrent leur retraite. Les contingents arabes et les troupes almobades suivirent leur exemple. Les Almohades, surtout, évitèrent le combat parce qu'ils n'avaient pas louché leur solde pendant toute la campagne, eux qui avaient le droit d'être régulièrement payés lous les quatre mois. D'ailleurs, ils voulaient témoigner ainsi leur haine contre Ibo-Djame dont les manières hautaines et le ton iosolent les avaient profondément offensés. Le sultan resta sur le champ de bataille, assis sur son bouclier, devant la porte de sa tente, et il ne se décida à prendre un cheval et à se retirer qu'après avoir vu tuer plus de dix mille hommes du corps nègre et de sa maison militaire qui faisaient cercle autour de lui. T. II.

15

En-Nacer s'en retourna à Maroc où il mourut, l'année suivante, dans le mois de châban (déc.-janv. 1213-4)':

Le fils d'Alphonse s'était concerté secrètement avec son cousin Bebboudj, roi de Léon, afin que celui-ci, après avoir pris le parti d'En - Nacer, l'abandonnåt à l'improviste pour entraîner ainsi la déroute des musulmans. A la suite de celle bataille désastreuse, les vainqueurs envahirent l'Andalousie, avec l'intention de ravager le territoire musulman; mais le cîd Abou-Zékéria, fils d'Abou-Hafs et petit-fils d'Abd-el-Moumen, les attaqua aux environs de Séville et les força à s'éloigner. Ce succès releva, pour quelque temps, le courage des musulmans.

RÉVOLTE D'IBN-FERÈS.

Il y avait en Espagne un membre du corps des uléma, nommé Abd-er-Rahîm-Ibn-Abd-er-Rahman-Ibn-Ferds (fils de jument) et surnommé El-Mohr (le poulain). Cet homme ayant un jour tenu des propos inconsidérés dans une assemblée présidée par El-Mansour, fut obligé de se cacher pour éviter les suites de son imprudence. Après la mort de ce monarque, il se montra dans le pays des Guezoula, où il prit le titre de grand imam des musulmans, en prétendant qu'il était le Cahtanide dont il est question dans cette parole du Prophète béni : La (dernière] heure [du monde] n'arrivera pas jusqu'à ce qu'un individu sorte de Cahtan pour conduire les hommes avec son bâton et pour rem

[ocr errors]

El-Merrakchi dit : « On nous a raconté la mort d'En-Nacer de » plusieurs manières, mais je tiens pour certain qu'il mourut d'une » inflammation de cerveau. Đ

Selon l'auteur du Cartas, En-Nacer étant rentré à Maroc, resta enfermé daos son palais et s'abandonna aux plaisirs. Il mourut subilement, après avoir bu une coupe de vin em poisonné qu'une de ses coocubipes lui présenta. Cette femme avait été subornée par quelques vizirs dont la mort venait d'être décidée par le sultan.

? Ce fait n'est pas indiqué par les auteurs chrétiens.

plir (la terre) de justice autant qu'elle est maintenant remplie d'iniquités, etc.

On lui attribua aussi les vers suivants :

Va dire aux enfants d'Abd-el-Moumen-Ibn-Ali de s'attendre à une grande catastrophe.

Le seigneur, l'agent [de la tribu] de Cahtan, est venul lui qui est l'accomplissement de la prédiction, le vainqueur des dynasties.

Les hommes obéissent à son bâton, pendant que lui, cet océan de science et d'action, les pousse devant lui par le pouvoir de commandement et de prohibition.

Håtez-vous d'embrasser sa cause; Dieu le soutient; Dieu qui renverse les projets des hommes égarés et des impies !

Un corps de troupes, envoyé par En-Nacer pour étouffer ce mouvement, dispersa les partisans du rebelle et lui ôta la vie. Sa tête fut envoyée à Maroc et exposée aux regards du public.

RÈGNE D'EL-MOSTANCER, FILS D'EN-NACER.

Au commencement de l'an 614 (1244), après la mort de Mohammed-en-Nacer, son fils Youçof fut proclamé souverain sous le titre d'El-Mostancer-Billah (qui compte sur le secours de Dieu). Comme il n'avait que seize ans, le vizir Ibn-Djame et le corps des cheikhs almohades prirent sur lui un tel ascendant qu'ils s'emparèrent de la direction des affaires publiques. AbouMohammed le hafside, gouverneur de l'Ifrikïa, refusa d'envoyer ses hommages à un khalife trop jeune, selon lui, pour régner, mais il céda aux instances d'Ibn-Djame et d'Abd-el-Aziz-IbnAbi-Zeid, ministre des finances, et transmit, enfin, à la cour de Maroc l'assurance de son dévouement.

Entraîné par l'ardeur de la jeunesse, El-Mostancer se livra aux plaisirs et négligea tout-à-fait l'administration de l'état. Il confia aux princes de la famille royale le commandement de ses provinces; au cîd Abou-Ibrahîm [-Ishac-] Ed-Daher (le victorieux), frère d'El-Mansour et père d'El-Morteda, il donna le gouverne

1

ment de Fez, et, à son oncle, le cid Abou-Ishac-el-Ahouel (le louche), celui de Séville.

Le roi Alphonse, après avoir enlevé aux Almohades les forte resses dont ils s'étaient emparés et culbuté les troupes qui gardaient la frontière musulmane, chargea Ibn-el-Fakkhar d'une mission pour la cour de Maroc. L'arrivée de cet envoyé procura à Ibn-Djamê l'occasion de négocier et de conclure avec le moparque chrétien un traité de paix.

La mort d'[Abd-el-Azfz-]Ibn-Abi-Zeid offrit à Abou-Zeid-IbnYouwoddjan le moyen de faire enlever le vizirat à Ibn-Djamê; on confia les fonctions de cet office à Abou-Yahya-el-Hezerdji, et on transféra l'administration des finances à Abou - Ali-IbnAchrefi. Quelque temps après, Ibo-Djamê rentra en faveur et recouvra sa place. Abou-Safd, fils d'El-Mansour, reçut le commandement de Tlemcen en remplacement d'Abou-Zeid-IbnYouwoddjan, qui fut envoyé à Murcie pour y rester prisonnier.

à Les jours d'El-Mostancer se passèrent dans la paix et la tranquillité jusqu'en l'an 613 (1216), quand les Beni-Merin se montrèrent, aux environs de Fez, pour la première fois. Le cîd Abou-Ibrahîm, gouverneur de cette ville, marcha contre eux, à la tête d'un corps almohade, et essuya une défaite. Il tomba luimême au pouvoir de ces nomades ; mais, en ayant été reconnu, il fut remis en liberté.

On reçut ensuite la nouvelle qu'Abou-Mohammed le bafside, gouverneur de l'Ifrîkïa, avait cessé de vivre. Le cîd Abou-'lOla, frère d'El-Mansour, ex-gouverneur de Séville, dut alors aux efforts d'Ibn-Mothenda, favori du sultan, son rappel de l'Espagne et sa nomination au gouvernement de l'Ifrikra. Il se rendit à sa nouvelle destination, ainsi que nous le raconterons dans l'histoire des Hafsides.

[Vers cette époque], un membre de la famille d'Obeid-Allah (le fatemide), descendant d'El-Aded [le dernier khalife de cette dynastie), prit le titre de Mehdi et se montra dans la province de Fez; mais, ayant été trahi par ses partisans, auxquels le cîd Abou-Ibrahim, frère d'El-Mansour, avait fait passer de l'a

de l'argent, il fut livré à ce prince et mis à mort.

« PrécédentContinuer »