Images de page
PDF
ePub

pays de Barca. Dans la latitude de Maroc, elles paraissent enlassées les unes sur les autres, formant ainsi des gradins successifs, depuis le Désert jusqu'au Tell. Le voyageur qui veut les traverser, afin de se rendre dans le Sous ou dans le Derà, en partant de Temsna ou des contrées maritimes de Maroc, doit y mettre plus de huit jours, et se diriger vers le sud. Dans ces montagnes jaillissent de nombreuses sources; des arbrisseaux couvrent le sol d'un voile épais; de nombreuses forêts répandent leur ombre sur les vallons; des terrains étendus y offrent de grandes ressources à l'agriculture et à la multiplication des troupeaux, et des vastes pâturages y nourissent une foule d'animaux domestiques et de bêles fauves. Dans ces régions forlunées, la végétation déploie une vigueur extraordinaire, et la nature y prodigue le tribut de ses dons. Ces lieux sont habités

par

des peuplades masmoudiennes dont Dieu seul connaît le nombre. Elles y ont élevé des forteresses et des châteaux, des grands édifices et des citadelles, et elles préfèrent leurs pays à toutes les contrées du monde. Des divers côtés, les marchands se rendent au milieu de ces tribus ; les habitants des villes et des campagnes y sont aussi de fréquentes visites.

Depuis une époque bien antérieure à l'islamisme, les Masmouda ont occupé le Deren, non pas quelques endroits seulement, mais bien des régions étendues. Ils y ont formé des royaumes et des états, et se sont partagés en grandes familles et en tribus, dont chacune est distinguée par un nom particulier. Leurs établissements dans ces montagnes commencent au Thenïat-el-Mâden (deplé de la mine), endroit qui s'appelle aussi BeniPazaz et qui touche à la limite du pays habité par la tribu de Sanaga ; ils entourent cette localité du côté du sud et leur territoire se prolonge ensuite jusqu'au Sous.

Parmi le grand nombre de tribus masmoudiennes qui occupent cette chaîne, on remarque les Hergha, les Hintala, les Tînmélel, les Guedmioua, les Guenfica, les Ourika, les Regraga, les Hezmira, les Dokkala, les Haha, les Assaden, les Beni-Quazguît, les Beni-Maguer et les Ailana, appelés aussi Heilana. On dit qu'Aslan, aïeul de cette tribu, fut fils de Berr; qu'il s'allia aux Masmouda par un mariage, et que, pour celte raison, sa descendance a vécu en confédération avec eux.

Parmi les subdivisions de la tribu d'Assaden, on compte les Mesfaoua' et les Maghous. Les Messaoua se partagent en deux branches, les Dogbagha et les Youtanan ?. On dit, mais Dieu sait avec quel degré de certitude, que les Ghomara, les Rehoun et les Amoul descendent d'Assaden,

On représente comme branches de la tribu des Haha les Zegguen et les Lakhès, peuplades nomades du Sous et confédérées des Doui-Hassan, arabes makiliens qui ont subjugaé cette province.

A la tribu des Guenfica appartiennent les Sekcioua, population qui habite la montagne la plus escarpée de la chaîne du Deren. Du haut de ce pic, on pourrait voir la plaine du Sous s'étendre vers le midi et les régions du littoral se déployer vers l'occident. La forte position occupée par les Sekcîoua leur a permis d'étendre leur domination sur les autres peuples de la même race, ainsi que nous l'exposerons plus tard.

Dans les premiers temps de l'islamisme, les tribus masmoudiennes de ces montagnes se distinguaient par leur nombre, leur puissance, leur attachement à la religion (musulmane) et l'hostilité qui les animait contre leurs frères infidèles, les Berghouata. Un de leurs personnages les plus éminenls , fut Kecîrs, fils d'Ouslas, fils de Chemlal, descendant d'Assada et grand-père de Yahya-Ibn-Yahya, docteur qui reçut de Malek l'autorisation d'enseigner son Mouwatta é. Il accompagna Tarec à la conquête de l'Espagne, lui et plusieurs autres notables de la grande tribu masmoudienne, et il s'y établit avec eux. Leurs descendants y jouèrent un rôle sous la dynastie oméïade.

Dans les temps antéislamiques, les Masmouda avaient obéi à

· Dans le chapitre suivant ce uom est écrit Mesfioua.
2 Variante : Boutanan.
3 Variante : Kir ou Guir.

· Le Mouwata, c'est-à-dire le chemin battu, renferme les traditions el sentences qui forment la base de la jurisprudence malekite.

des rois et à des émirs; pendant toute la durée de l'empire almoravide, ils étaient en guerre avec les princes de celle dynastie; ralliés ensuite à la cause du Mehdi, ils formèrent entre eux une grande nation qui renversa la puissance des Almoravides en Afrique et en Espagne, et remplaça la dynastie des Saohadja en Ifrikïa. L'histoire du Mehdi formera le sujet du chapitre suivant.

HISTOIRE DU MENDI ET DE SA PREDICATION. _ ORIGINE ET VICISSI

TUDES DE L'EDPIRE PONDE PAR SES PARTISANS, LES ALMOHADES, EN MAGHREB, EN ESPAGNE ET EN IFRĪKIA.

Les Masmouda du Deren se sont toujours fait remarquer par leur nombre, leur puissance et leur bravoure. Dans l'histoire de la conquête musulmane, on les voit soutenir une longue guerre contre Ocba-Ibn-Nafd et Mouça-Ibn-Noceir, avant d'adopter sincèrement l'islamisme. Menacés ensuite par la proximité de l'empire lemtouno-almoravide, ils lui opposèrent une résistance tellement opiniâtre que le souverain de cette nation prit le parti de fonder la ville de Maroc dans le voisinage de leur pays, afin de pouvoir dompter leur audace par des attaques sans cesse renouvelées.

Sous le règne d'Ali-Ibn-Youçof, pendant que l'empire almoravide était encore dans sa première vigueur, parut l'imam des Masmouda, le savant et célèbre Mohammed-Iba-Toumert súrnommé El-Mehdi , fondateur de la secte des Almohades. Cet homme appartenait à la tribu des Bergha, branche de la grande tribu des Masmouda. Son père s'appelait Abd-Allah et Toumert', et lui-même, dans sa jeunesse, porta le nom d'Amghar. Selon Ibn-Rechtc , dont l'opinion est confirmée par la déclara

3

[ocr errors]

Toumort était son nom berbère el Abd-Allah son nom arabe.

Amghar (prononcer Amt'ar) signifie chef ou vieillard en langue berbère.

3 Iba-Rechic, Abou-Ali-el-Hacen, philologue, poète et historien, habita Cairouan et mourut à Mazzera, en Sicile, lan 463 (1070). Il laissa une histoire de Cairouad.

tion de [l'historien] Ibn-el-Cattan", Mohammed (le Mehdi] était fils d'Abd-Allah-Ibn-Ouguellid ? - Ibn-lamsal-Ibn-Hamza-IbnEïça ; mais quelques historiens maghrebins le disent fils de Mohammed-Ibn-Toumert-Ibn-Tittaouia-Ibn-Safla-lbn-MecîghounIbn-Aigueldis-Ibn-Kbaled.

La plupart des historiens prétendent qu'il était de la famille de Mahomet et lui donnent la généalogie suivante : MohammedIbn-Abd-Allah-Ibn-Abd-er-Rahman-Ibn-Houd-Ibn-Khaled-Ibn Temmam-Ibn-Adnan-Ibn-Sofyan-Ibn-Safouan-Ibn-Djaber-IbnAta-Ibn-Rebah-Ibn-Mohammed-Ibn-Soleiman - Ibn-Abd-AllahIbn-Hacen-Ibn-el-Hacen-Ibn-Ali-Ibn-Abi-Taleb. Le Soleiman de celte liste est le frère d'Idris l'aîné. « La généalogie d'une grande

partie des descendants de Soleiman rentre dans celles de cer» taines tribus masmoudiennes et de quelques familles du Sous. » Soleiman vint en Maghreb après son frère et s'établit à Tlemo cen. Sa postérité se dissémina dans le Maghreb, et tous les » descendants d'Ali-Ibn-Abi-Taleb que l'on rencontre dans le » Sous comptent ce Soleiman au nombre de leurs ancêtres. » Telles sont les paroles d'Ibn-Nakhils. D'autres historiens repoussent cette opinion et considèrent le Soleiman dont il est question comme un parent d'Idris qui était venu le rejoindre en Maghreb; ils ajoutent que le Rebah de la généalogie précédente était fils de Yeçar, fils d'El-Abbas, fils de Mohammed, fils d'El-Hacen.

En adoptant soit l'une, soit l'autre, de ces deux opinions, l'on admet nécessairement que Mohammed-Ibn-Toumert tira son origine d'Ali-Ibn-Abi-Taleb (gendre de Mahomet]; que sa généalogie se confondit avec celle des Hergha, tribu masmoudienne, et que sa famille se greffa sur cette souche“. Voilà pourquoi il

[ocr errors]

• Oo ne possède aucun renseignement sur cet auteur.

Ou-Aguellid signifie en berbère, fils de roi. 3 Dans un des chapitres suivants, il sera question d'Ibn-Nakhil.

• Ibo-Kbaldoun anrait pu facilement démontrer la fausselé de celle généalogie ; mais il dut éviter d'examiner trop scrupuleusement l'origine et la conduite d'un aventurier que les Hafsides respeclaient comme le fondateur de leur religion. Le sultan hafside, Abou-'l-Abbas, auquel notre auteur communiqua son ouvrage, aurait pu s'offenser d'une telle hardiesse.

participait au même esprit de corps qui animait les Masmouda et qu'il se donna pour membre de cette grande famille dont il avait, du reste, adopté tous les caractères distinctifs.

Né d'une famille qui brillait par sa piété, Mohammed-IbnToumeri se montra avide d'instruction et passa ses premières années à lire [le Coran). Il se plaisait à fréquenter les mosquées et, dans sa jeanesse, il reçut le surnom d'Açafou, c'est-à-dire clarté, à cause du grand nombre de bougies qu'il avait l'habitude d'y allumer. Vers la fin du cinquième siècle, il entreprit le voyage de l'Orient dans le but d'y continuer ses études, et, en passant par l'Espagne, il visita Cordoue, centre des lumières à cette époque. Ayant traversé la mer, il débarqua au port d'Alexandrie et, après avoir fait le pèlerinage de la Mecque, il se rendit [à Baghdad) en Irac, où il puisa un vaste fonds de connaissances, auprès des plus savants docteurs et des controversistes les plus habiles de ce pays.

Comme les devins et les augures avaient prédit l'avènement d'une nouvelle dynastie en Magheb, il se flatta que l'honneur d'y fonder la souveraineté des Masmouda lui était réservé. L'on assure qu'il consulta Abou-Hamed-el-Ghazzali2 à ce sujet, en lui découvrant le secret de son coeur; et que ce docteur, voyant l'affaiblissement de l'empire musulman en Occident, et sachant que les colonnes du pouvoir qui devait réunir les peuples et sou

- Açafou signifie l'éclaireur en berbère.- La coutume de brûler des bougies en l'honneur des saints est encore très-répandue dans l'Afrique septeutrionale.

* Avide d'iostruction, Abou-Abd-Allah-Ibn-Toumert entreprit, dans sa jeunesse, le voyage de l'Orient, bien qu'il fut déjà profondément versé dans la connaissance de la loi, des traditions prophétiques et de la théologie. A ces sciences, il réunissait celles de la grammaire et de la philologie arabes, et il s'était, de plus, distingué par une dévotion vive et ardente. A Baghdad, il fréquenta El-Kiya(-el-Herraci, célèbre docleur chafite dont on trouvera la notice biographique dans le deuxième volume de ma traduction d'Ibn-Kballikan). A Alexandrie, il ft la repcontre d'Et-Tortouchi. (Voy. ci-devant, p. 80, note.) C'est à fort que certains historiens maghrebios lui prêtent des entretiens avec ElGhazzali. — (Ibn-el-Athir.)

« PrécédentContinuer »