Histoire de l'Afrique du Nord avant 1830: précédée de la Géographie physique et politique de la Tunisie, de l'Algérie et du Maroc, Volume 1

Couverture
Gojosso, 1914 - 622 pages
0 Avis
Les avis ne sont pas validés, mais Google recherche et supprime les faux contenus lorsqu'ils sont identifiés
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Table des matières

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 311 - C'est que Justinien, après la défaite des Vandales, ne s'inquiéta point d'assurer la solide possession du pays; il ne comprit point que la meilleure garantie de l'autorité réside dans la bonne volonté des sujets : mais il se hâta de rappeler Bélisaire qu'il soupçonnait injustement d'aspirer à l'empire, et lui-même administrant l'Afrique à distance, il l'épuisa, la pilla à plaisir. Il envoya des agents pour estimer les terres, il établit des impôts très lourds qui n'existaient point...
Page 311 - Afrique on demeurerait, je crois, encore au-dessous de la réalité. C'est que Justinien, après la défaite des Vandales, ne s'inquiéta point d'assurer la solide possession du pays; il ne comprit point que la meilleure garantie de l'autorité réside dans la bonne volonté des sujets : mais il se hâta de rappeler Bélisaire qu'il soupçonnait injustement d'aspirer à l'empire, et lui-même administrant l'Afrique à distance, il l'épuisa, la pilla à plaisir. Il envoya des agents pour estimer...
Page 311 - ... sur de longs parcours, s'étonne de rencontrer un homme. Cependant les Vandales en état de porter les armes étaient environ quatre-vingt mille, sans compter les femmes, les enfants, les serviteurs ; les Africains qui habitaient dans les villes, qui cultivaient la terre, qui faisaient le commerce de mer, formaient, je l'ai vu de mes yeux, une telle multitude qu'à peine pouvait-on l'évaluer; plus nombreux encore étaient les Maures, et tous ont péri avec leurs femmes et leurs enfants. Le même...
Page 311 - CHAPITRE PREMIER L'ÉTAT MATÉRIEL DE L'AFRIQUE BYZANTINE Dans un passage célèbre de l'Histoire secrète, Procope a marqué en traits déplorables les conséquences qu'eut pour l'Afrique la conquête byzantine. « L'Afrique, dit-il, qui s'étend sur de si vastes espaces, fut si complètement ruinée que le voyageur, sur de longs parcours, s'étonne de rencontrer un homme. Cependant les Vandales en état de porter les armes étaient environ quatre-vingt mille, sans compter les femmes, les enfants,...
Page 309 - s'étant révoltés, le roi m'envoya contre eux; et Dieu m'ayant » permis de les vaincre, j'ai fait élever ce monument pour éter» niser mon souvenir ». Donnons maintenant ce passage d'après l'original, comme moyen de contrôle (T.
Page 309 - Ces monuments étaient en pierre de taille, et vus de loin, ils présentaient l'aspect de tombeaux en dos d'âne. Sur une pierre de ces ruines il découvrit une inscription dont on lui fournit l'interprétation suivante : Je suis Soleiman le Serdéghos *. Les habitants de cette ville s'étant révoltés, le roi m'envoya contre eux; et Dieu ma'yant permis de les vaincre, j'ai fait élever ce monument pour éterniser mon souvenir3.
Page 134 - D'après ce que nous venons de dire , il est facile de voir que nous ne condamnons point la religion chrétienne, mais seulement l'orgueil et la vengeance.
Page 303 - ... souffrait impatiemment de voir les chrétiens orthodoxes soumis aux hérétiques ariens, « persécuteurs des corps et des âmes »', et de même qu'au dedans il revendiquait pour la couronne tout le pouvoir que la lex Regia avait...
Page 306 - Bélisaire, dit Procope, s'était si fort concilié les Africains par sa douceur et son honnêteté qu'il semblait, durant toute la route, qu'on marchât en pays ami ; les habitants ne s'enfuyaient point à l'approche des troupes, ils ne cachaient point ce qu'ils possédaient; au contraire, ils apportaient des vivres et fournissaient à discrétion aux soldats tout ce qu'ils souhaitaient1.
Page 311 - Alors la tranquillité la plus profonde régnait dans notre pays ; ni la guerre, ni les ravages des pillards, ni l'avidité des soldats ne venaient s'abattre sur le toit du paysan ; les propriétés étaient respectées, la Libye regorgeait de richesses, la paix était assurée dans le monde.

Informations bibliographiques