Images de page
PDF
ePub

Tous les généalogistes arabes s'accordent à regarder les diverses tribus berbères dont j'ai indiqué les noms, comme appartenant réellement à cette race; il n'y a que les Sanhadja et les Ketama dont l'origine soit pour eux un sujet de controverse. D'après l'opinion généralement reçue, ces deux tribus formaient partie des Yémenites qu'Ifrîcos établit en Ifrîkïa lorsqu'il eut envahi ce pays.

D'un autre côté, les généalogistes berbères prétendent que plusieurs de leurs tribus, telles que les Louata, sont Arabes et descendent de Himyer, et que les Hoouara le sont aussi, et proviennent de [la souche de] Kinda par [la branche de] Sekacek. Les généalogistes zenatiens font remonter leur origine aux Amalécites qui s'étaient échappés, par la fuite, aux Israélites. Quelquefois, cependant, ils représentent leur peuple comme un dernier reste des Tobba. Il en est de même avec les Ghomara,les Zouaoua et les Meklata; leurs propres généalogistes les disent issus de Himyer.

Quand j'exposerai en détail les ramifications de chacune des tribus que je viens de nommer, j'aurai l'occasion de rappeler ces prétentions à une origine arabe ;. prétentions que je regarde comme mal fondées; car la situation des lieux qu'habitent ces tribus et l'examen du langage étranger qu'elles parlent, constatent suffisamment qu'elles n'ont rien de commun avec les Arabes. J'en excepte seulement les Sanhadja et les Ketama, qui, au dire des généalogistes arabes eux-mêmes, appartiennent à cette nation; opinion qui s'accorde avec la mienne.

Ayant maintenant terminé notre chapitre sur la généalogie et l'origine des Berbères, nous commencerons à exposer en détail les ramifications et l'histoire de chacune de leurs familles. Nous nous bornerons toutefois à celles des Beranès et des Botr qui ont donné naissance à des dynasties ou joui d'une certaine célébrité dans les temps anciens, et à celles dont la population s'est maintenue jusqu'à notre époque et s'est répandue sur la surface du globe. Nous traiterons d'elles selon l'ordre de leurs ramifications, en y employant les matériaux que d'autres nous ont transmis et les traditions que nous avons nous-mêmes recueillies.

INDICATION DES LOCALITÉS OCCUPÉES PAR LES BERBÈRES

EN IFRIKÏA ET EN MAGHREB.

Le mot Maghreb [occident] avait originairement une signification relative et s'employait pour désigner la position d'un lieu par rapport à l'orient. Il en était de même du mot Charc ou Machrec [orient], qui indiquait la position d'un lieu par rapport à l'occident. Chaque endroit de la terre pouvait donc être à la fois Maghreb et Machrec, puisqu'il est situé à l'occident par rapport à une localité, et à l'orient par rapport à une autre. Les Arabes ont toutefois appliqué chacune de ces dénominations à une région particulière, de sorte que nous trouvons un certain pays distinct de tout autre auquel on a donné le nom de Maghreb. Cette application du mot est consacrée par l'usage des géographes, c'est-à-dire des personnes qui étudient la forme de la terre, ses divisions par climats, ses parties habitées et inhabitées, ses montagnes et ses mers. Tels furent Ptolémée et Rodjar [Roger], seigneur de la Sicile, duquel on a donné le nom au livre, si bien connu de nos jours 1, qui renferme la description de la terre, des pays dont elle se compose, etc.

Du côté de l'occident, le Maghreb a pour limite la Mer-Environnante l'Océan atlantique], receptacle de toutes les eaux du monde, et que l'on nomme environnante, parce qu'elle entoure la partie de la terre qui n'est pas couverte [par l'eau]. On l'appelle aussi Mer-Verte, parce que sa couleur tire, en général, sur le vert. Elle porte, de plus, le nom de la Mer des Ténèbres, parce que la lumière des rayons du soleil, réfléchie par la surface de la terre, y est très faible, à cause de la grande distance qui sépare cet astre de la terre. Pour cette raison, la mer dont nous parlons est ténébreuse; car, en l'absence des rayons solaires, la chaleur qui sert à dissoudre les vapeurs, est assez minime, de sorte

1. Il s agit de la géographie d'Idrici. Cet ouvrage, composé par l'ordre du roi Roger, est ordinairement désigné par les auteurs arabes comme le Livre de Roger (Kitab-Rodjar).

qu'il y a constamment une couche de nuages et de brouillards amoncelée sur sa surface1.

Les peuples étrangers l'appellent Okéanos, mot par lequel ils expriment la même idée que nous désignons par le mot onsor (élément); toutefois je ne me rends point garant de cette signification. Ils lui donnent aussi le nom de Latlant3, avec le second / fortement accentué.

Comme cette mer est très vaste et n'a point de bornes, les navires qui la fréquentent ne s'aventurent pas hors de vue de la terre; d'autant plus que l'on ignore à quels lieux les différents. vents qui y soufflent peuvent aboutir. En effet, elle n'a pas pour dernière limite un pays habité, à la différence des mers bornées par des terres]. Mème dans celles-ci, les vaisseaux ne naviguent à l'aide des vents que parce que les marins ont acquis, par une longue expérience, la connaissance des lieux d'où ces vents soufflent et de ceux vers lesquels ils se dirigent. Ces hommes savent à quel endroit chaque vent doit les conduire; sachant aussi que leur navire est porté en avant par un courant d'air venant d'un certain côté, ils peuvent sortir de ce courant pour entrer dans un autre par lequel ils seront poussés à leur destination".

Mais en ce qui concerne la Grande Mer, ce genre de connaissances n'existe pas, pour la raison qu'elle est sans limites. Aussi, quand même on saurait de quel côté le vent souffle, on ignorerait où il va aboutir, puisqu'il n'y a aucune terre habitée derrière cet océan. Il en résulte qu'un navire qui s'y laisserait aller au

1. Notre auteur ne fait que reproduire ici l'opinion des philosophes arabes.

2. Le texte porte Aknabos, altération du mot Okéanos. Cette erreur est très ancienne et provient du déplacement des points diacritiques. On peut même dire que la fausse leçon est universellement reçue par les géographes arabes.

3. De

لثلاثة

-

(latlant) les copistes ont fait

(leblaiat) et (Adlant,

(leblaia). El-Bekri connaissait l'emploi du mot comme nom de l'Atlas. (Voyez Notices et Extraits, t. XIII, p. 564.)

4. Dans une autre partie de son histoire universelle, Ibn-Khaldoun parle de la boussole, instrument qu'il appelle combas, c.-à-d. compas.

gré du vent, s'éloignerait toujours et finirait par se perdre. Il y a même un danger de plus : si l'on avance dans cette mer, on risque de tomber au milieu des nuages et vapeurs dont nous avons parlé, et là, on s'exposerait à périr. Aussi n'y naviguet-on pas sans courir de grands dangers.

La Mer-Environnante forme la limite occidentale du Maghreb, comme nous venons de le dire, et baigne un rivage où s'élèvent plusieurs villes de ce pays. Tels sont Tanger, Salé, Azemmor, Anfa et Asfi, ainsi que Mesdjid-Massa, Tagaost et Noul dans la province de Sous. Toutes ces villes sont habitées par des Berbères. Quand les navires arrivent aux parages situés au delà des côtes du Noul, ils ne peuvent aller plus loin sans s'exposer à de grands dangers, ainsi que nous l'avons dit.

La Mer-Romaine[laMéditerranée], branche de la Mer-Environnante, forme la limite septentrionale du Maghreb. Ces deux mers communiquent entre elles au moyen d'un canal étroit qui passe entre Tanger, sur la côte du Maghreb, et Tarifa, sur celle de l'Espagne. Ce canal s'appelle Ez-Zogag (le détroit). Sa moindre largeur est de huit milles. Un pont le traversait autrefois, mais les eaux ont fini par le couvrir. La Mer-Romaine se dirige vers l'orient jusqu'à ce qu'elle atteigne la côte de Syrie. Plusieurs forteresses de ce pays, telles qu'Antalia, El-Alaïa, Tarsous, Mississa, Antioche, Tripoli, Tyr et Alexandrie en garnissent les bords; aussi l'appelle-t-on la Mer Syrienne. A mesure qu'elle s'éloigne du Détroit, elle augmente de largeur, mais en s'étendant principalement vers le nord. Cet accroissement de largeur dans une direction septentrionale continue jusqu'à ce que la mer ait atteint sa plus grande longueur, laquelle, dit-on, est de cinq ou six mille milles. Elle renferme plusieurs îles, telles que Maïorque, Minorque, Iviça, la Sicile, la Crète, la Sardaigne et Chypre.

Pour aider à comprendre la configuration du bord méridional de cette mer, nous dirons qu'à partir du Détroit, la côte se dirige en ligne droite; puis elle prend un contour irrégulier, tantôt s'étendant vers le midi et ensuite remontant vers le nord; circonstance que l'on reconnaît facilement à la comparaison des

latitudes des villes qui y sont situées. La latitude d'un endroit, c'est l'élévation du pôle septentrional au-dessus de l'horizon de cette localité; elle est aussi la distance [angulaire] entre le zénith d'un lieu et l'équateur. Afin d'entendre ceci, il faut savoir que la terre a la forme d'une sphère ainsi que le ciel dont elle est entourée. L'horizon d'un endroit est la ligne qui sépare la partie visible du ciel et de la terre de la partie invisible. La sphère céleste a deux pôles, et autant que l'un de ces pôles est élevé à un lieu quelconque de la terre, autant l'autre est abaissé. La presque totalité de la terre habitée est située dans la partie septentrionale [du globe], et il n'y a point de lieux habités dans sa partie méridionale, comme nous l'avons exposé ailleurs 1. Pour cette raison c'est le pôle du nord seul qui a de l'élévation par rapport à la partie habitée de la terre; et quand un voyageur s'avance sur la surface du globe, il en aperçoit une autre portion ainsi que la partie du ciel qui y correspond et qu'il n'avait pas vue auparavant; plus il s'avance vers le nord, plus le pôle s'élève au-dessus de l'horizon, et si cette personne s'en retourne vers le midi, ce pôle s'abaisse de même.

[Passons maintenant à l'examen des latitudes.] Ceuta et Tanger, villes du Détroit, sont en latitude 35°, quelques minutes 2. La côte descend de là vers le midi, de sorte que la latitude de Tlemcen est 34° 30'. Elle se rapproche ensuite davantage du midi, car la latitude d'Oran est de 32°. Cette ville est donc située plus au midi que Fez dont la latitude est 33° et quelques minutes. Il en résulte que les habitants du Maghreb-el-Acsa sont plus rapprochés du nord que ceux du Maghreb central, et que cette différence de position est égale à la différence entre les latitudes de Fez et de Ceuta. Cette portion [du Maghreb-el-Acsa] peut donc être considérée comme une île située entre ces mers, vu la déflexion de la Mer-Romaine vers le midi.

1. Cette phrase renferme une contradiction. Dans un des chapitres suivants l'auteur reconnaît qu'au delà du premier climat, la terre est habitée.

2. Toutes les latitudes données par notre auteur sont plus ou moins inexactes. Dans quelques-unes, il se trompe de plus d'un degré.

« PrécédentContinuer »