Images de page
PDF
ePub

1

[ocr errors]

charge importante à Abou-Hilal-Eïad-Ibn-Saîd-el-Hintali. Cet officier resta en fonctions jusqu'à sa mort, évènement qui eut lieu à Beni-Oura, en l'an 673. Son fils Mohammed-Ibn-AbiHilal lui succéda dans ce commandement et y fit preuve d'une haute capacité. Lors de la mort d'El-Mostancer et l'avènement d'El-Ouathec, Mobammed envoya au nouveau sultan l'assurance de son dévouement et lui fit porter, par une députation, les hommages du peuple de Bougie. Quelque temps après, l'administration des revenus fournis par celte province fut confiée à (Abou-'l-Ola]Idris par son frère , Ibn-el-Habbeber. Ce fonctionnaire ramassa beaucoup d'argent dans cet emploi ct imposa ses volontés au conseil municipal de la ville. Le gouverneur luimême fut indigné de la conduite despotique d'Abou-'l-Ola et, sachant que ce même individu travaillait à le perdre, il tint conseil avec ses officiers ? et suborna 3 quelques-uns de ses aflidés afin de prévenir le danger. Le premier jour du mois de Dou-'lCada 687, Abou-'l-Ola alla, comme d'ordinaire, lenir voe séance à la porte du palais quand il fut tué par les conjurés. Sa lète

ma', 0, fut séparée du corps et livrée aux insaltes de la populace.

ra Au moment où cet événement se passa, l'émir Abou-Ishac venait d'arriver à Tlemcen. Ayant appris la mort de son frère El-Mostancer, il s'était décidé à passer en Afrique afin de faire

à valoir ses droits au trône. Il hésita d'abord quelque temps (avant de quitter l'Espagne), mais, ayant enfin traversé la mer, il prit la route de Tlemcen et trouva auprès de Yaghmoracen-IbnZian l'accueil le plus distingué.

Après l'assassinat d'Abou-'l-Ola, les habitants de Bougie et leur gouverneur virent que le seul moyen d'échapper à la vengeance du sultan était de reconnaître la souveraineté d'Abou-Ishac et de le faire prier, par une députation, de venir prendre possessession de la ville. Le prince répondit à leurs væux et fit son

17

[ocr errors]
[ocr errors]

· Dans le texte arabe, il faut lire vi-bialihim.
? Lisez : el-mela à la place d'el-melek, dans le lexte arabe.

3 Le mot dakhel se trouve dans les manuscrits, mais il faut lire dakhel, à la troisième forme.

entrée à Bougie vers la fin de Dou-'l-Cada de la même année. Les Almohades et les notables de Bougie lui prêtèrent aussitôt le serment de fidélité. Le nouveau sultan choisit pour ministre Mohainmed-Ibn-Abi-Hilal et marcha sur Constantine, ville où se trouvait Abd-el-Aziz, fils d'Eïça-Ibn-Dawoud; mais la résistance qu'il, y rencontra fut si vigoureuse qu'il prit le parti de s'en éloigner.

L'ÉMIR ABOC-HAFS EMBRASSE LE PARTI DU SULTAN ABOU - ISUAC.

ABDICATION D'EL-QUATAEC.

[ocr errors]
[ocr errors]

Quand El-Ouathec et son vizir Ibn-el-Habbeber apprirent l'entrée du sultan Abou-Ishac à Bougie, ils envoyèrent contre lui un corps de troupes commandé par Abou-Hafs, oncle d'El

, Ouathec, auquel on avait adjoint Abou - Zeid - Ibn - Djamè en qualité de lieutenant. Pendant que cette armée se rendait de Tunis à Bédja?, où elle dressa son camp, El-Ouathec donna le gouvernement de Constantine à Abd -el - Aziz - Ibn-Eiça-IbnDawoud parce qu'il était gendre : d'Ibn-el-Habbeber. Cet officier étant parvenu à sa destination, défendit la ville contre AbouIshac, ainsi que nous venons de le dire. Ibn-el-Habbeber s'étant alors imaginé qu'Abou-Hafs avait l'intention de se révolter, chercha à semer la division dans l'armée aux ordres de cet émir, et, d'après ses conseils, El-Ouathec écrivit à Abou-Hafs et à Ibn-Djamê, recommandant à chacun d'eux de se défaire de l'autre. Les deux officiers se firent mutuellement part de l'ordre qu'ils venaient de recevoir, et, s'étant aussitôt accordés sur la nécessite de reconnaître la souveraineté de l'émir Abou-Yahya, ils envoyèrent leur adhésion à ce prince. El-Ouathec apprit cette nouvelle à Tunis et, voyant que la ville était restée sans garnison et lui-même sans amis, il sentit l'impossibilité de garder le

+ Dans le lexte arabe, on a imprimé, par mégarde, Bedjaia, au lieu de Badja.

? Ou beau-père; le mot arabe porle les deux significations.

pouvoir el convoqua les grands dignitaires de l'empire, afin d'abdiquer en faveur de son cousin, le sultan Abou-Ishac. Ceci se passa le fer du mois de Rebiâ premier de l'an 678 (13 juillet 4 279). Quittant alors le palais impérial, qui était situé dans la citadelle, il alla se loger dans la maison nommée Dar-el-Acousi. En perdant ainsi le trône, il perdit toute sa considération.

LB SULTAN ABOU-ISRAC OCCUPE LA CAPITALE.

Quand le sultan Abou-Ishac reçut la dépêche que son frère l'émir Abou-Hafs et Ibn-Djamè lui avaient expédiée de Bédja, il se håta d'aller les joindre, et ayant ensuite appris l'abdication de son neveu El-Ouathec, il se porta en avant, accompagné do tout son monde. Les habitants de Tunis, classés par corps et métiers, s'empressèrent d'aller au-devant de lui pour témoigner leur obéissance, et, vers le milieu du mois de Rebià second, il fit son entrée dans la capitale de l'empire. Mobammed-Ibo-AbiHilal remplit auprès de lui les fonctions de premier ministre; celles de grand chambellan furent confiées à Abou-'l-CacemIbn-es-Cheikh, ancien secrétaire d'Ibn- Abi-'l-Hocein, et celles de ministre des finances à Abou-Bekr(-Mohammed], fils d'ElHacen-Ibn-Khaldoun. Ce personnage était venu de Séville avec son père, El-Hacen, pour faire valoir leurs droits à la bienveillance de l'émir Abou-Zékérïa. En effet, ce fut de [leur proche parent] Ibn-el-Mobteceb que ce prince reçat en cadeau la belle esclave qui donna le jour à ses fils et que l'on nommait (pour cette raison] Omm-el-Khalaïf (la mère des khalifes). AbouZékérïa leur fit une très-honorable position". Plus tard, ElHacen partit pour l'Orient où il mourut; mais son fils resta à Tunis. A peine l'émir Abou-Ishac eut-il fait son entrée dans la capitale, qu'il nomma Abou-Bekr au ministère des finances, charge qui, jusqu'alors, avait été remplie par des Almohades. Fadl-Ibn-Ali-Ibn-Mozni obtint le gouvernement du Zab, autre poste où l'on avait toujours auparavant installé un chef almohade, et il dut cette faveur à la reconnaissance du sultan dont il avait été le compagnon d'exil en Espagne. Son frère Abdel-Ouahed-Ibn-Mozni fut nommé gouverneur de Castilia.

1 Daus l'errala de l'édition arabe, nous avons proposé une correction et nous l'avons adoptée dans la traduction. Même avec ce changement, le passage ne serait guères intelligible sans le secours de deux citalions de l'Autobiographie que nous reproduisons ici : a Nos ancêtres de » Séville s'étaient attachés à la cause des Almohades, et, quand l'émir · Abou-Zékérïa, fils d'Abd-el-Ouahed le hafside, gouverna l'Ifrikïa, un » de nos aïeux maternels, nommé Ibn-el-Mohleceb, lai fil cadeau d'une jeune esclave galicienne dont il fit sa concubine. Il eut d'ello » plusieurs enfants et elle reçui, pour celle raison, le litre d'Omm-el» Khalaif. » — « Notre aieul, Ibn-el-Mohleceb, émigra en Afrique et > fut Iraité avec une haute distinction par Abou-Zékérïa. Il vécut dé

Après ces nominations, le sultan fit arrêter Ibn-el-Habbeber et le livra à Mouça-Ibn-Mohammed-Ibn-Yacin, pour être mis à la question jusqu'à ce qu'il eut dégorgé toutes ses richesses. On trouva (au cou du prisonnier], où l'on porte ordinairement des amulettes, plusieurs sceaux et talismans de diverses formes au moyen desquels, dit-on, il avait fasciné l'esprit de son souverain. Ces objets lui portèrent malheur : il fut soumis aux mèmes genres de torture que sa victime, Said-Ibn-Abi-Hocein, avait subis; comme lui, il fit serment d'avoir déclaré toutes ses richesses, el, comme lui, il mourut dans les tourments. Cette exécution eut lieu dans le mois de Djomada premier de cette année (sepl-oct. 1279). Dieu ne lésera (qui que ce soit), pas [méme] pour le poids d'un atomer.

En l'an 678?, quand le sultan se fut bien raffermi sur le trône, il fit arrêter et mourir Mohammed-Ibn-Abi-Hilal qu'il regardait comme un homme dangereux, toujours porté vers l'intrigue et la trahison.

sormais à l'on: bre tutélaire de l'empire hasside, jouissant des faveurs » du prince qui lui avait assigné un traitement et accurdé plusieurs » fiess.)

Coran, sourale iv, verset 44. · Le lcxle de l'auleur porte 676.

EL-QUATHEC ET SES ENFANTS SONT MIS A MORT.

El-Ouaihec resta quelques jours seulement dans la maison où il s'était retiré après avoir abdiqué le pouvoir et où il avait emmené de ses jeunes enfants El-Fadl, Et-Taher et Et-Talib. Le sultan Abou-Ishac, ayant entendu dire qu'il espérait soulever le peuple et qu'il avait pratiqué des intelligences avec quelques officiers de la milice chrétienne, fut très-inquiet de l'influence qu'on lui attribuait encore et donna l'ordre de le mettre en prison ainsi que ses enfants. On les enferma dans la même chambre de la citadelle où, sous le règne d'El-Mostancer, on avait détenu les enfants d'Abou-Ishac. Dans la nuit qui suivit cette arrestation, ils furent tous égorgés par des émissaires du nouveau souverain. Ceci se passa dans le mois de Safer 679 (juin 1280). S'étant assuré le pouvoir de cette manière, AbouIshac confia un commandement à son fils.

L'ÉMIR ABOC-FARES, . FILS DU SULTAN ABOU-ISHAC, EST NOMMÉ

GOUVERNEUR DE BOUGIE.

Abou-Ishac avait cinq fils : Abou-Fares-Abd-el-Aziz, AbouMohammed-Abd-el-Ouabed , Abou-Zékérïa-Yahya, Khaled et Omar. Quand leur père s'enfuit chez les Rîah, El-Mostancer les fit enfermer dans un appartement du palais, pour y être élevés sous ses yeux, et il pourvut abondamment à tous leurs besoins. Rendus à la liberté, lors de l'avènement de leur père, ils virent leur fortune grandir avec la sienne et leur bonheur s'épanouir à l'ombre de sa pnissance. Entourés de grandeurs, ils ne peosèrent qu'à récompenser lous ceux qui leur avaient rendu des services, et ils obtinrent de l'indulgence du sultan les moyens de satisfaire leurs sentiments généreux.

4 El-Fadl, l'aloé de ces frères, n'était pas un jeune enfant; deux années plus tard, il souleva les tribus, lui ou le prétendant qui le représentait, et s'empara du trône.

Il faut corriger le texte arabe et lire thielhom å la place de dhillhom.

« PrécédentContinuer »