Images de page
PDF
ePub

il s'arrêta chez son fils Temîm, qu'il y avait envoyé quelque temps auparavant. Les Arabes pénétrèrent alors dans la ville de Cairouan et la mirent au pillage.

Pendant le séjour d'El-Moëzz à El-Mehdïa, des insurrections éclatèrent dans les autres villes de son empire : en l'an 484 (1059), Hammou-Ibn-Melil-el-Berghouati se rendit maître de Sfax; les habitants de Souça se constituèrent en république ; Tunis subit la domination d'En-Nacer-Ibn-Alennas-Ibn-Hammad, seigneur de la Calà, et Abd-el-Hack-Ibn-Khoraçan , le gouverDeur qu'il y établit, se déclara indépendant et transmit à ses enfants l'autorité usurpée. El-Moëzz-Ibn-Mohammed-es-Sanhadji, gouverneur de Cabes, reconnut la souveraineté de Mounès-IboYahya, et Ibrahim, son frère et successeur, suivit son exemple, ainsi qu'on le verra ci-après. Le royaume de la famille de Badis s'étant ainsi démembré, plusieurs révoltés s'en partagèrent les débris. Dans une autre partie de cet ouvrage nous raconterons leur histoire.

El-Moëzz mourut (le 5 Châban) 454 (août, 1062).

7

[ocr errors]

Règne de Temim fils d'El-Moëzz. La mort d'El-Moëzz plaça son fils Temim à la tête d'un empire dont il ne resta que les villes fermées de murailles; tout le pays ouvert étant tombé au pouvoir des Arabes. Ce prince employa la seule ressource qui lui restait : il suscita des guerres entre eux, et il aida très-adroiteinent les uns contre les autres.

En l'an 455 (1063), il marcha à la rencontre de Hammou-IbnMelil, seigneur de Sfax, qui s'était mis en campagne pour l'attaquer, et il l'obligea à prendre la fuite. Dans cette guerre, une partie des Arabes seconda Hammam et le reste combattit pour Temim. S'étant alors emparé de Souça , ce prince envoya son armée contre Tunis et en contraignit le seigneur, Ibn - Khoraçan, à faire sa soumission. [En l'an 460], à la suite de ces succès, il dirigea ses troupes contre Cairouan. Cette ville avait été placée par El-Moëzz sous le commandement de Caïd-IbnMeimoun-es-Sanhadji, lequel se la laissa enlever, trois [années) plus tard, par les Hoouara, et alla se réfugier dans El-Mehdra. Ayant été ensuite rétabli dans le siège de son commandement par

certains, paraît justifiée, dans le cas acluel, par un passage d'un ancien historien

que l'auteur du Baian cite à propos du même événement. On y lit : El-Moëzz donna une de ses filles en mariage à un de ces chefs arabes et contracta ainsi une parenté avec eux.

Temim, il se révolta contre lui au bout de six (ans) et ouvrit des négociations avec En-Nacer-Ibn-Alennas, seigneur de la Calà. Par cette conduite perfide il obligea Temim à expédier une armée contre lui, et se trouvant dans l'impossibilité de résister, il abandonna la ville et se rendit auprès d'En-Nacer. Après avoir laissé écouler encore six (années), Caïd alla trouver Hammou-IbnMelil-el-Berghouati, seigneur de Sfax, auquel il décida YabkiIbn-Ali, émir des Zoghba, à vendre Cairouan; et, en récompense de ce service, il reçut [de Hammou] le commandement de cette ville “. Ce fut en l'an 470 (1077-8), qu'il y rentra et qu'il s'y fortifia.

Pendant ces événements la guerre continua entre Temim et EuNacer, seigneur de la Calà. Les Arabes, ces fauteurs de troubles, entraînaient En-Nacer à faire des incursions dans l'Ifrikia et même à prendre des villes ; puis ils l'obligeaient à revenir sur ses pas et rentrer à la Calà. Les hostilités durèrent jusqu'à l'an 470, quand En-Nacer fit la paix avec son adversaire et lui donna sa fille en mariage .

[blocks in formation]
[ocr errors]
[ocr errors]

· Voici la traduction littérale de ce passage : « Ensuite, après six, il reviol auprès de Hammou-Ibo-Melil, et il (qui ?) acheta pour lui (qui ?) Cairouan de Yabki-Ibn-Ali, émir des Zoghba, et, en conséquence, il (qui ?) lui en dopoa le commandement et il s'y fortifia en l'an 70.0 Dans le Baïan, la venle de Cairouan est racontée différemment, on y lit: a Eo l'an 466, ou 467, les Zoghba furent expulsés de l'Ifrikra par les Riah et ils (qui ?) vendirent Cairouan à En-Nacer-Ibo-Aleopas, le sanhadjien, seigneur de la Cala.

Pendant la guerre entre ces deux princes, les Arabes prêtèrent leur appui à Temim. Eo l'an 457, Bo-Nacer, soutenu par les Zenata, essuya une défaite qui lui coûta vingt-quatre mille hommes. Les dépouilles des vaincus servirent à enrichir les Arabes qui, jusqu'alors, avaient vécu misérablesnent, et Temim eut le regret d'avoir contribué à fortifier la puissance de ce peuple en affaiblissant celle d'un membre de sa propre famille.

[ocr errors]

En 474 (1081-2), Temim marcha sur Cabes et y assiégea Cadi-Ibn-Mohammed-es-Sanhadji, qui avait succédé au gouvernement de la ville à la mort de son frère Ibrahîm. Ne pouvant réussir dans cette tentative, il décampa, et deux années plus tard, il se vit lui-même bloqué dans El-Mehdïa par les Arabes. Ayant forcé ces bandits à lever le siége, il les poursuivit jusqu'à Cairouan et les en expulsa au moment où ils venaient d'y entrer.

Ce fut sous le règne de Temim, en l'an 480 (1087-8), que les chrétiens de Gènes envoyèrent trois cents navires et trente mille soldats contre El-Mehdïa. Ces troupes étant débarquées, occupèrent la ville ainsi que [le faubourg de] Zouila. Après y avoir tout saccagé, elles la remirent à Temim moyennant la somme de cent mille pièces d'or.

En l'an 489 (1096), Temîm enleva Cabes à son frère OmarIbn-el-Moëzz auquel les habitants avaient déféré le commandement après la mort de Cadi-Ibn-Ibrahîm 4. Quatre années plus tard, il se rendit maître de Sfax. Hammou-Ibn-Melîl se rendit alors à Cabes, où il passa le reste de ses jours sous la protection de Megguen-Ibn-Kamel-ed-Dehmani,

Depuis l'année 467 (1074-5), les Arabes rîahides avaient chassé de l'Ifrikïa les Arabes zoghbiens et s'y étaient installés à leur place.

Vers la fin de ce siècle, les Akhder, tribu rîahide, s'emparèrent de la ville de Bèdja.

Temim mourut dans [le mois de Redjeb] 501 (février-mars 1108).

7

Règne de Yahya, fils de Temim. Yahya, fils et successeur de Temim-Ibn-el-Moëzz, signala son avénement par la réduction d'Iclîbia, forteresse dont le commandant, Ibn-el-Mahfouz, s'était déclaré indépendant. Ayant ensuite appris que les habitants de Sfax avaient déposé son fils Abou-'l-Fotouh (Ali), il parvint à semer la division parmi eux (et les ramena ainsi à l'obéissance). Il reconnut la souveraineté des Fatemides et reçut de leur khalife des lettres de félicitation et un riche cadeau.

* On a vu plus haut que ce personnage n'était pas le fils mais le frère d'Ibrahim.

2 A cette époque, Megguen avait obtenu possession de Cabes. L'oy. ci-après dans la notice des Beni-Djame. — En-Noweiri nous apprend qu'en l'an 491, Temim s'empara de l'ile de Djerba, de celle de Kerkinda et de la ville de Tunis.

Depuis quelque temps il s'était occupé de la construction d'une flotte afin de pouvoir attaquer les chrétiens; et ayant enfin réuni un grand nombre de navires , il envoya plusieurs expéditions contre les pays de l'ennemi et força les Français, les Génois, et les Sardes, populations chrétiennes d'outre-mer, à lui payer tribut. Par ses courses maritimes Yahya s'acquit une grande renommée. Il mourut suhitement 4 dans son palais, l'an 509 [dans le mois de Dou-'l-Hiddja ; avril, 1116].

[ocr errors]
[ocr errors]

Règne d'Ali, fils de Yahya. A la mort de Yahya on rappela de Sfax son fils Ali pour lui succéder. Ce prince partit pour la capitale sous l'escorte d'Abou-Bekr-Ibn-Djaber-lbn-Asker et d'autres émirs arabes. Arrivé à El-Edjem, il rallia autour de lui la plus grande partie de l'armée sanhadjite qui faisait le siége de cette forteresse. Son inauguration accomplie, il alla [l'an 510] investir la ville de Tunis et contraiguit ainsi le gouverneur, Ahmed - Ibn - Khoraçan, à rentrer dans l'obéissance. Un corps de troupes qu'il plaça sous les ordres de l'émir arabe, Meimoun-IbnZiad-es-Sakhri-el-Moadi, pénétra dans le mont Oucelat, et massacra les habitants de cette région qui jusqu'alors avaient toujours résisté à l'autorité de l'empire.

En l'an 541(1117-8), après avoir reçu l'envoyé du gouvernement égyptien qui lui apporta, de la part du khalife fatemide, les lettres de compliment et les cadeaux d'usage, il prépara une expédition contre Rafé-Ibn-Megguen (-Ibn-Kamel] qui se tenait

* L'auteur du Bažan raconte que Yahya fut assassiné par deux ou trois de ses frères qu'il avait bannis et qui s'étaieot ensuite présentés chez lui déguisés en alchimistes. Comme il désirait beaucoup voir faire la projection et apprendre le mystère du grand-æuvre, il entra avec son vizir dans le cabinet où ces hommes travaillaient et leur donna ainsi l'occasion de le tuer à coups de poignard.

[ocr errors]

dans la ville de Cabes. Il avait déjà enrolé pour cet objet les Beni-Fadegh, fraction des Beni-Ali, tribu riahide, quand une mésintelligence éclata entre lui et Roger, seigneur de la Sicile. Celui-ci avait encouragé Rafé dans sa révolte et lui avait même fourni des navires afin d'opérer des descentes sur le territoire d'Ali-Ibn-Yahya et de lui enlever ses vaisseaux. Ali fut donc obligé à en louer d'autres, et il se préparait activement à soutenir la guerre quand la mort vint le surprendre. Il mourut (dans le mois de Rebià second de) l'an 515 (juillet 1121)'.

[ocr errors]
[ocr errors]

Règne d'El-Hacen, fils d'Ali. — El-Hacen, fils et successeur d'Ali, n'avait que douze ans quand il perdit son père. Sandal 1' [eunuque et] affranchi, se chargea du poids des affaires, et transmit, en mourant, la régence à l'affranchi Mouwaffac.

Ali, le père d'El-Hacen, s'était engagé dans une correspondance avec Roger, et, à l'époque de leur mésintelligence, il l'avait menacé de la colère des Almoravides, souverains du Maghreb, avec lesquels il entretenait aussi une correspondance régulière. Il arriva ensuite qu'en l'an 546, une escadre almoravide, commandée par l'amiral Mohammed-Ibn-Meimoun, opéra une descente sur la côle de la Sicile, et pilla un village dont elle massacra une partie des habitants et emmena le reste en esclavage. Roger fut tellement persuadé que cet acte d'hostilité avait été commis à l'instigation d'El-Hacen qu'il fit partir une flotte pour El-Mehdia sous les ordres d'Abd-er-Rahman-Ibn-Abd-el-Azîz et de George d’Antioche, fils de Michel. George était un chrétien de l'Orient qui avait émigré [en Afrique] après avoir fait de bonnes etudes et acquis, à Antioche et dans quelques autres villes de la Syrie, une connaissance parfaite de' l'arithmétique et de la langue arabe. Accueilli avec une grande bienveillance par Temim, il gagna toute sa confiance ; mais, à la mort de ce prince, il trouva un prétexte

· Bo-Noweiri rapporte qu'Ali-Iba-Yahya fut surpris par la mort au moment où il venait équiper uoe flotte pour combattre le roi Roger. Cet armement se composa de dix vaisseaux de guerre (merakeb harbia) et trente galères (ghorab) aboadamment pourvus d'hommes, de vivres et de paphle (feu grégeois).

« PrécédentContinuer »