Images de page
PDF
ePub

prétend que, par tous ces moyens, il ramassa plus de vingt quintaux d'or et assez de grosses perles et de rubis pour en remplir deux sacs.

Vers le commencement de l'an 717 (mars-avril 1317), il fit publier son intention de visiter les provinces, et, après avoir établi des garnisons dans Tunis, Bédja et El-Hammamat, il laissa à la capitale, comme lieutenant, Abou-'l-Hacen-Ibn-Ouanoudîn, et se rendit à Cabes. De là, il envoya ses percepteurs dans les provinces voisines pour y prélever l'impôt, et il continua à y

у demeurer jusqu'à l'avènement de son fils au trône de Tunis.

LR SULTAN ABON

YAHYA-ABOU - BEKR MARCOE SUR TUNIS ET RENTRE

A CONSTANTINE.

En l'an 716, le sultan Abou-Yahya-Abou-Bekr revint à Constantine, après avoir envahi le pays des Hoouara, et organisa une nouvelle expédition contre Tunis. Il leva des troupes, distribua de l'argent, répara son matériel de guerre et passa en revue les contingents fournis par les Zenata, les Arabes et les Sedouikich. Le chambellan Mohammed-Ibn-el-Caloun fut désigné pour commander à Constantine, et Mansour-İbn-FadlIbn-Mozni, gouverneur du Zab, fut envoyé à Bougie pour obtenir du chambellan, Abou-Abd-er-Rahman-Ibn-Ghamr, des secours

d'argent afin de pourvoir au donatif et à la solde des troupes. Ibn-Ghamr ayant remarqué dans Ibn-Mozoi un grand talent pour la conduite des affaires et pour trouver de l'argent, lui avait déjà confié l'administration de l'Auras, du Hodoa, du pays

des Sedouîkich, du pays des Aïad et de toutes les autres provinces

o de l'empire ; lui laissant ainsi l'administration générale des impôts et lui accordant de plus le contrôle des recettes et dépenses de tous les agents du fisc. Ibn-Mozni revint auprès du sultan, porteur de l'argent fourni par Ibn-Ghamr et de sa propre nomination au grade de vice-chambellan.

4 Dans l'arabe, lisez ouaçaïr.

[ocr errors]
[ocr errors]

Dans le mois de Djomada (premier] 747 (juillet-août 1317) le sultan quitta Constantine à la tête de son armée. Pendant sa marche, il accueillit les députations des tribus arabes, et, arrivé à Bédja, il trouva que la garnison avait évacué la place pour rentrer à Tunis. Abou-'l-Hacen-Ibn-Ouanoudîn, lieutenant du sultan Ibn-el-Lihyani, fit aussitôt prévenir son maître de l'approche du sultan Abou-Yahya-Abou-Bekr et lui déclara qu'il devait absolument venir et repousser l'ennemi. Le sultan s'en excusa, mais il mit à la disposition des envoyés l'argent qu'il avait

par

devant lui et leur donna l'autorisation de lever autant de troupes qu'ils voudraient. [Rentrés à Tunis], ils commencèrent à monter un corps de cavalerie, à enrôler des fantassins et à organiser une administration militaire. Ils firent aussi remettre en liberté le prince Mohammed-Abou-Darba (le balafré), fils d'Ibn-el-Lihyani . La nouvelle s'étant alors répandue tout-à-coup que

le sultan de Constantine était en vue de Bédja, [toute cette armée] sortit de Tunis (pour le combattre), et Moulahem-IbnOmar-Ibn-Abi-l-Leil passa à l'ennemi. Il y avait longtemps que

-' ce chef attendait une occasion semblable, étant très-mécontent du gouvernement tunisien et de la préférence que son frère, Hamza, avait trouvée auprès d'Ibn-el-Libyani. Ayant rencontré le sultan Abou-Yahya-Abou-Bekr en-deça de Bédja, il se mit à ses ordres et l'encouragea à marcher en avant. Dans le mois de Chåban (octobre) le sultan arriva en vue de Tunis et campa dans le Raud-es-Senadjera (prairie des Sindjar ), un des parcs royaux. Les notables de la ville hésitèrent toutefois à lui prêter le serment de fidélité, ne sachant pas la tournure que prendrait la tentative d'Abou-Darba et de ses partisans.

Voici comment les choses se passèrent : Quand le sultan de Constantine quitta Bédja pour se porter en avant, Hamza-IbnOmar courut à Tunis et trouva les amis et partisans d'Ibn-elLihyani sur le point d'abandonner la ville. Il leur conseilla de proclamer Abou-Darba, afin de contenir le peuple, et de marcher

* L'auteur ne dit pas pour quelle raison Abou-Yahya avait fait emprisonner son fils.

ensuite contre l'ennemi. Il parvint aussi à obtenir de son frère Moulahem la promesse de jeter le désordre dans l'armée [d'Abou-Yahya-Abou-Bekr). Ce monarque avait passé sept jours au Raud-es-Senadjera sans pouvoir faire reconnaître son autorité dans Tunis, et ayant alors appris que Moulahem devait le trahir, il décampa précipitamment et prit la route de Constantine.

Moulahem le quitta alors pour rentrer dans son pays, et Mansour-Ibn-Mozni se rendit à Bougie pour remplir une mission auprès d'Ibn-Ghamr. Vers le milieu de Châban, Abou-Darba rentra à Tunis avec ses Almohades et fut proclamé khalise, sous le titre d'El-Mostancer (IV). Après avoir décidé les Tunisiens à entourer leurs faubourgs d'une muraille d'enceinte, il fit entreprendre ce travail malgré les exigences des Arabes qui lui demandaient des sommes exorbitantes pour l'avoir soutena. Bientôt après, notre seigneur le sultan (Abou-Yahya-Abou-Bekr) y entreprit une seconde expédition..

LE SULTAN ABOU-YAHYA-ABOU BEKR PREND POSSESSION DE LA

CAPITALE. DÉFAITE D'ABOU-DARBA ET FUITE DE SON PÈRE

[ocr errors]

EN ORIENT.

[ocr errors]

Avant de s'éloigner de Tunis pour rentrer à Constantine, le sultan Abou-Yahya-Abou-Bekr fit partir pour Bougie son card Mohammed Ibn-Séïd-en-Nas. L'arrivée de cet officier causa tant d'inquiétude à Ibn-Ghamr qu'il prétendit ne point le connaître et refusa de le recevoir. Une conduite aussi suspecte n'échappa pas à l'observation du sultan, mais il dut fermer les yeux là dessus et se contenter de demander des renforts. Alors Ibn-Ghamr se montra empressé à obéir; il réunit des troupes, des tentes, des machines de guerre, et bientôt il expédia au sultan sept corps d'armée , comniandés chacun par un grand dignitaire de l'empire. Ces chefs étaient Mohammed-Ibn-Séïd-en-Nas, Mo

1

"Lisez Yordjif dans le texte arabe.

T. II.

29

[ocr errors]
[ocr errors]

hammed-Ibn-el-Hakim, Dafor-es-Sinan et Akhoua, affranchis de V'émir Abou-Zékérïa II, Mohammed-el-Mediouni, Mohammed-elMedjerci et Mohammed-el-Botouï Il lui envoya aussi un des plus brillants guerriers de la race zenatienne, Abd-el-Hack-IbnOthman le méripide. Ce chef avait quitté l'Espagne pour se rendre auprès d'Ibn-Ghamr, ainsi que nous le raconterons [dans un des derniers chapitres du quatrième volume]. Un autre chef que le gouverneur de Bougie envoya au sultan fut Abou-RechidIbn-Mobammed-Ibn-Youçof, de la famille des Abd-el-Ouad. Tous ces officiers se mirent en marche avec leurs gens et serviteurs et joignirent le sultan à Constantine.

| Abou-Yahya-Abou-Bekr ayant obtenu des renseignements très-exacts sur la position des affaires en Ifrikïa, résolut d'entreprendre une nouvelle expédition contre Tunis, et, après avoir pris pour chambellan Abou-Abd-Allah-Ibn-el-Caloun et pour vicechambellan Abou-'l-Hacen-Ibn-Omar, il quitta le camp près de Constantine et se mit en marche dans le mois de Safer 718 (avril 1318). A Laribus, il opéra sa jonction avec les troupes fournies par les Hoouara et commandées par Soleiman-IbnDjamê. Elles lui apprirent qu'Abou-Darba s'était enfui de Bédja où il avait eu l'intention d'attendre et de livrer bataille. Le sultan leva son camp à l'instant même et poussa rapidement en avant. Moulahem-Ibn-Omarle rencontra en route et lui fit encore agréer sa soumission. L'armée continua toujours la poursuite d'Abou-Darba et arriva bientôt sous les murs de Cairouan dont le gouverneur et les cheikhs vinrent jurer fidélité au sultan. Alors on cessa de courir après l'ennemi et l'on prit le chemin de Tupis,

Mohammed-Ibn-el-Fallac, l'officier auquel Abou-Darba avait confié la défense de la capitale, fit sortir ses archers dans la plaine et y livra un combat qui dara une heure; la ville fut alors emportée d'assaut, les faubourgs mis au pillage et il y perdit la vie. Dans le mois de Rebiâ [premier ?] de cette année (mai

4 Les manuscrits portent, à tort, El-Hakem. 2 Dans le texte arabe, on lit El-Botouni.

1

juin 1318], le sultan entra à Tunis où il resta assez de temps pour recevoir de toute la population (le serment de fidélité]. Il donna le commandement de la chorta (cavalerie de police) à Meimoun-Ibn-Abi-Zeid et le chargea de gouverner la ville pendant son absence. S'étant alors mis à la poursite d'Abou-Darba, il l'atteignit à Messouh, dans le pays des Hoouara, et lui tua beaucoup de monde. Dans cette journée, on compta parmi les morts Abou-Abd-Allah-Ibn-es-Chehîd, cheikh almohade et membre de la famille royale, Abou-Abd-Allah-Ibn-Yacîn, autre cheikh almohade et Abou-l-Fadl-el-Bédjaï “, l'un des secrétaires d'état. Abou-Mohammed-Abd-Allah-Ibn-Yagbmor, premier ministre de l'empire, fut fait prisonnier et conduit devant le sultan qui lui accorda non-seulement la vie mais de grandes marques de considération. Quelque temps après, il fut rétabli dans son ministère. Dans le mois de Redjeb (septembre), le sultan rentra à Tunis.

Revenons au sultan Abou-Yahya 2 -el-Lihyani. En 717 (1317), quand ce prince fut averti que le sultan [ Abou-Yahya-AbouBekr] marchait sur Tunis pour la seconde fois et que les Almohades et les Arabes avaient proclamé Abou-Darba, il quitta Cabes et se rendit dans la province de Tripoli. Ensuite il reçut la nouvelle de la retraite du sultan, ce qui le décida à se fixer dans cette ville. Il établit le siége de son gouvernement dans le Tarma, édifice qu'il avait fait bâtir contre la muraille de la ville, du côté de la mer, et il envoya ses percepteurs dans les pays voisins pour y recueillir l'impôt. Abou-Abd-Allab-Ibn-Yacoub, parent de son chambellan, et Hedjrès-Ibn-Morghem, chef des Djouari debbabiens, furent chargés de soumettre les montagnes de Tripoli. Ils réduisirent les forts de cette région et se firent payer l'impôt dans toutes les contrées qui s'étendent de là jusqu'à Barca , et Ibn-Yacoub prit au service du sultan les Al-Soleiman et les Al-Salem, arabes de la tribu de Debbab. Il revint ensuite auprès de son maître. Ce prince, ayant alors appris que

[ocr errors]

· Variantes : Et-Tidjani, Et-Tidjami.
Les manuscrits portent, à tort, Abou-Eïça.

.

« PrécédentContinuer »